• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Non, les banques ne sont pas invulnérables devant les tribunaux. Tout est (...)

Non, les banques ne sont pas invulnérables devant les tribunaux. Tout est dans la préparation du dossier

 

Par Gérard Faure-Kapper

 

Non, les banques ne sont pas invulnérables devant les tribunaux.

 

Pourquoi certains clients gagnent et d'autres perdent.

 

C'est une question de préparation du dossier. Tous les mouvements doivent être reconstitués et analysés dans leur contexte.

Le chiffrage doit être très précis.

Les preuves des infractions doivent ressortir clairement.

 

Et mon grand conseil, ne parlez pas de vos turpitudes, jamais. J'ai vu beaucoup de défense de clients qui commençaient avec ça : "les affaires ont été mauvaises, la banque n'a pas voulu nous financer, à cette époque, je n'ai pas réussi à vendre ma maison, j'ai eu un divorce difficile, je suis tombé malade... etc."

Et l'avocat de la banque se frotte les mains "C'est bien malheureux monsieur le juge, mais comme l'explique mon adversaire, la banque n'y est pour rien."

 

Avec Maître Katia Debay, pendant plus de six ans de collaboration, nous avons mis au point une méthode gagnante.

 

Voici quelques victoires auxquelles il faut rajouter de nombreuses négociations fructueuses en direct

 

Le 5 mai 2017, Cour d’Appel de Colmar,

Le 5 mai 2017, Cour d’Appel de Paris,

Le 29 avril 2017, Tribunal de Grande Instance de Bergerac

Le 17 mars 2017, Tribunal de proximité d’Alençon

Le 17 janvier 2017, Tribunal de Grande Instance de Saintes

Le 8 décembre 2016, Cour d’Appel de Chambéry

Le 24 novembre 2016, Cour d’Appel de Versailles

Le 8 novembre 2016, Cour d’Appel d’Angers

Le 2 novembre 2016 Tribunal de Proximité de Pantin

Le 13 octobre 2016, TGI d’Aix en Provence

Le 31 octobre 2016, Tribunal de Grande Instance de Laval

Le 4 octobre 2016, Tribunal de Grande Instance de Douai

Le 13 septembre 2016, Tribunal de Grande Instance de Lyon

Le 28 juillet 2016, Tribunal de Grande Instance de Nantes

Le 8 juillet 2016, Tribunal de Grande Instance de Versailles.

Le 23 novembre 2015, Tribunal de Grande Instance de Toulouse

Le 30 juillet 2015, Tribunal de Grande Instance de Metz

Le 7 mai 2015, Cour d'Appel de Paris

Février 2015, Cour d’Appel d’Angers

Le 24 novembre 2014, Tribunal de Grande Instance de Créteil

Le 17 novembre 2014, Tribunal de Grande Instance de Laval

Le 10 novembre 2014, Tribunal d’Instance de Lagny sur Marne

Le 22 septembre 2014, Tribunal de proximité de Thionville

Le 21 mai 2014, Tribunal d’Instance de Douai

Le 26 mai 2014, Tribunal du Commerce de Lyon

Le 9 mai 2014, Tribunal de Grande Instance de Grasse, Juge de l’Exécution.

Le 2 septembre 2013, Tribunal de Grande Instance de Montpellier

Le 23 décembre 2011, Tribunal d'Instance d'Ivry sur Seine

 

 

 

Le 5 mai 2017, Cour d’Appel de Paris

 

Une militante de l’APLOMB contre la Banque Populaire Rives de Paris

Dossier instruit et défendu par Maître DEBAY à partir d’une étude technique de l’APLOMB de Gérard FAURE-KAPPER

 

Objet : demande de remboursement de commissions d’intervention pour 18.982,27€

Résultat : le tribunal condamne la BPRDP à rembourser la somme de 18.982,27€ plus 8.000€ au titre des frais de justice engagés.

 

 

Le 3 mai 2017, Cour d’Appel de Colmar

 

Une cliente de l’APLOMB contre le CRCA AV

Dossier instruit et défendu par Maître DEBAY à partir d’une étude technique de Jean-Claude JOUFFREY

 

Objet/ Obligation de mise en garde pour un prêt immobilier.

Résultat : La banque est condamnée à verser 30.000€ de dommages et intérêts ainsi que 3.55€ d’article 700.

 

 

Le 29 avril 2017, Tribunal de Grande Instance de Bergerac

 

Un couple de militants de l’APLOMB contre le CFCAL

Dossier instruit et défendu par Maître DEBAY à partir d’une étude technique de Jean-Claude JOUFFREY

 

Objet : Expulsion en cours et TEG erroné sur un prêt immobilier.

Résultat : Le tribunal a annulé la procédure d’expulsion et a réduit le TEG du prêt au taux légal.

 

 

Le 17 mars 2017, Tribunal de proximité d’Alençon

 

Une militante de l’APLOMB contre la Banque Populaire de l’Ouest

Dossier défendu par la cliente, à partir d’une étude de l’APLOMB supervisée par Maître Katia DEBAY

 

Objet : demande de remboursement de commissions d’intervention pour 2.313,31€

Résultat : le tribunal condamne la Banque Populaire de l’Ouest à rembourser la somme de 518,18€.

 

 

Le 17 janvier 2017, Tribunal de Grande Instance de Saintes

 

Un militant de l’APLOMB contre le Crédit Mutuel

Dossier instruit et défendu par Maître DEBAY à partir d’une étude technique de l’APLOMB par Jean-Claude JOUFFREY

 

Objet : TEG erroné sur un prêt immobilier.

Résultat : Le tribunal a tout accordé au client : 18.036,97€ de remboursement immédiat, plus 800€ au titre des remboursements de frais de justice, plus le recalcul au taux légal des intérêts sur le restant de la durée du prêt.

 

 

 

Le 8 décembre 2016, Cour d’Appel de Chambéry

 

Une militante de l’APLOMB contre le Crédit Agricole

Dossier instruit et défendu par Maître DEBAY

 

Objet : Saisie, 900.000€ demandé.

Résulta : saisie stoppée, recalcul au taux légal sur 900.000€ sur 10 ans.

 

 

 

Le 8 novembre 2016, Cour d’Appel d’Angers

 

Un militant actif de l’APLOMB contre le Crédit Mutuel de Laval.

 

Objet : Affaire complexe concernant des fautes de la banque dans l’affectation des fonds, suite à un remboursement de prêt immobilier.

Résultat : Le client avait gagné en 1ère instance et gagne en appel 61.000€

 

 

 

Le 13 octobre 2016, TGI d’Aix en Provence

 

Un adhérent de l’APLOMB contre la Lyonnaise de Banque

Dossier instruit et défendu par Maître Katia DEBAY à partir d’une étude technique de l’APLOMB par Jean-Claude JOUFFREY

 

 

Objet : TEG erronés sur 2 prêts.

Résultat, le tribunal accorde les remboursements demandé ainsi que les articles 700. Gain pour le client : 72.842,56€

 

 

 

Le 24 novembre 2016, Cour d’Appel de Versailles

 

Un client contre le CIC

Dossier instruit et défendu par Maître DEBAY

 

Objet : Le client était caution pour 128.600€ et devait pour son compte débiteur, 5.033€. Il avait perdu en instance contre le CIC

Résultat : La Cour d’Appel déboute le CIC et annule le jugement. Le client a gagné 133.613€

 

 

 

Le 2 novembre 2016 Tribunal de Proximité de Pantin

 

Une militante de l’APLOMB contre le LCL

Dossier instruit et défendu par Maître DEBAY à partir d’une étude technique de l’APLOMB de Gérard FAURE-KAPPER

 

Objet : demande de remboursement de commissions d’intervention pour 1.674€

Résultat : le tribunal condamne le LCL à rembourser la somme de 1.674€ plus 2.000€ au titre des frais de justice engagés.

 

 

 

Le 31 octobre 2016, Tribunal de Grande Instance de Laval

 

Un militant de l’APLOMB contre le Crédit Mutuel de Laval St Tugal

Dossier instruit et défendu par Maître Katia DEBAY à partir d’une étude technique de l’APLOMB par Jean-Claude JOUFFREY

 

Objet : TEG erroné sur un prêt immobilier.

Résultat : Le tribunal a tout accordé au client : 13.876,60€ de remboursement immédiat, plus 2.000€ au titre des remboursements de frais de justice, plus le recalcule au taux légal des intérêts sur le restant de la durée du prêt.

 

 

 

Le 4 octobre 2016, Tribunal de Grande Instance de Douai

 

Un militant de l’APLOMB contre la Banque Populaire

Dossier instruit et défendu par Maître DEBAY à partir d’une étude technique de l’APLOMB

 

Objet : la Banque Populaire réclamait 89.064€ au client.

Résultat : le tribunal a abaissé la prétention de la banque à 76.431€ soit une économie de 12.633€

 

 

 

Le 13 septembre 2016, Tribunal de Grande Instance de Lyon

 

Un client contre le LCL

Dossier instruit et défendu par Maître DEBAY

 

Objet : fraude à la carte bancaire

Résultat : le tribunal condamne la banque à payer le montant du préjudice, soit 19.145€ plus 1.500€ au titre des dommages et intérêts plus 1.000€ au titre de remboursement des frais de justice.

 

 

 

Septembre 2016

 

Négociation de Katia Debay avec une banque pour un TEG inexact.

 

La banque offre 40.000€ demandés.

Le client a accepté

 

 

 

Le 28 juillet 2016, Tribunal de Grande Instance de Nantes

 

Un militant de l’APLOMB contre la Caisse d’Epargne Pays de Loire.

Dossier instruit et défendu par Maître Katia DEBAY à partir d’une étude technique de l’APLOMB par Jean-Claude JOUFFREY

 

Objet : TEG erroné d’un prêt immobilier. Demande d’annulation de la stipulation d’intérêts

Résultat : Le tribunal condamne la Caisse d’Epargne à restituer au client la somme de 7.747,22€ plus 3.000€ au titre du remboursement des frais de justice, plus le recalcul sur toute la durée du prêt (30 ans) des intérêts au taux légal. Ils passent de 5,35% à 0,38%

 

 

 

Le 8 juillet 2016, Tribunal de Grande Instance de Versailles.

 

Une militante de l’APLOMB contre la Banque Populaire Val de France

Dossier instruit et défendu par Maître Katia DEBAY à partir d’une étude technique de l’APLOMB par Jean-Claude JOUFFREY

 

Objet : TEG erroné de prêt immobilier. Demande d’annulation des intérêts.

Résultat, le tribunal condamne la Banque Populaire à payer à la cliente la somme de 41.026€ plus 2.500€ au titre du remboursement des frais de justice.

 

 

 

Le 23 novembre 2015, Tribunal de Grande Instance de Toulouse

 

Une militante de l'APLOMB contre la Banque Populaire Occitane.

Dossier instruit et défendu par Maître DEBAY à partir d’une étude technique de l’APLOMB par Gérard FAURE-KAPPER

 

Objet : Demande de remboursement de commissions d’intervention pour 5.088€

Résultat : Le tribunal condamne la Banque Populaire Occitane à rembourser le client de la somme de 5.088€.

 

 

 

Le 30 juillet 2015, Tribunal de Grande Instance de Metz

 

Un militant de l’APLOMB contre la Banque Populaire de Lorraine Champagne.

Dossier instruit et défendu par Maître Katia DEBAY à partir d’une étude technique de l’APLOMB par Jean-Claude JOUFFREY

 

Objet : TEG erroné sur un prêt immo, demande de substitution dut taux conventionnel par le taux légal.

Résultat : Le tribunal condamne la Banque Populaire Lorraine Champagne à rembourser le client de la somme de 9.687,40€ représentant le trop perçu passé. Condamne la banque à recalculer pour chaque année future au taux légal. Condamne la banque aux dépens. Condamne la banque à verser 1.500€ au titre de l'article 700. Condamne la banque à une astreinte de 50€ par jour de retard.

 

 

 

Le 7 mai 2015, Cour d'Appel de Paris

 

Une militante de l'APLOMB contre la BNP

Dossier instruit et défendu par Maître DEBAY, à partir d’une étude technique de l’APLOMB par Gérard FAURE-KAPPER

 

Objet : Demande de remboursement des frais d'intervention, suite à un jugement en instance non satisfaisant.

Résultat : Le tribunal condamne la BNP à rembourser l'intégralité des frais demandés plus 2.000€

 

 

 

Février 2015, Cour d’Appel d’Angers

 

Un militant de l’APLOMB contre le LCL ;

 

Dette forclose. 29.000€ de gagné

 

 

 

Le 24 novembre 2014, Tribunal de Grande Instance de Créteil

 

Une militante de l’APLOMB contre la SA Crédit Logement.

Dossier instruit et défendu par Maître Katia DEBAY à partir d’une étude technique de l’APLOMB par Jean-Claude JOUFFREY

 

Objet : TEG erroné sur un prêt immobilier, dossier prescrit.

Résultats : Le TEG est erroné, la prescription sans objet. Le tribunal diminue la dette de cette cliente de 27.968,35€.

 

 

 

Le 17 novembre 2014, Tribunal de Grande Instance de Laval

 

Un militant de l’APLOMB contre la Caisse de Crédit Mutuel de Laval Saint Tugal.

Dossier instruit et défendu par Maître Katia DEBAY à partir d’une étude technique de l’APLOMB par Jean-Claude JOUFFREY

 

Objet : Dans le cadre d’une liquidation d’entreprise, entre autres griefs : défaut de conseil et TEG erroné sur un prêt professionnel.

Résultats : Le Tribunal condamne la Caisse de Crédit Mutuel de Laval Saint Tugal à payer les sommes suivantes :

30.000€ de dommages et intérêts, plus 6.402,33€ en remboursement des intérêts trop perçus, plus 2.000€ sur le fondement de l’article 700 (remboursement des frais d’avocat).

 

 

 

Le 10 novembre 2014, Tribunal d’Instance de Lagny sur Marne

 

Une militante de l’APLOMB contre la Caisse de Crédit Mutuel de Lagny Pomponne.

Dossier défendu par l’intéressée, à partir d’une étude technique de l’APLOMB supervisée par Maître DEBAY.

 

Objet : Compensation d’un découvert réclamé par la banque par le remboursement des commissions d’intervention (TEG de 140%).

Résultat : le jugement annule la demande de la banque, et la déboute de sa demande de remboursement au titre de l’article 700.

 

 

 

Le 22 septembre 2014, Tribunal de proximité de Thionville

 

Un militant de l’APLOMB contre la Banque Populaire de Lorraine Champagne.

Dossier défendu par l’intéressé, à partir d’une étude technique de l’APLOMB par Gérard FAURE-KAPPER et supervisée par Maître DEBAY.

 

Objet : Demande de remboursement de commissions d’intervention.

Résultat : Le tribunal condamne la Banque Populaire Lorraine Champagne à rembourser le client de la somme de 2.530,49€.

 

 

 

Le 21 mai 2014, Tribunal d’Instance de Douai

 

Un militant de l’APLOMB contre la Banque Populaire du Nord.

Dossier défendu par l’intéressé, à partir d’une étude technique de l’APLOMB par Gérard FAURE-KAPPER supervisée par Maître DEBAY

 

Objet : Demande de remboursement de commissions d’intervention pour 309€.

Résultat : Le tribunal condamne la Banque Populaire du Nord à rembourser le client, et rejette les demandes de dommage et intérêts pour procédure abusive présentée par la Banque Populaire du Nord.

 

 

 

Le 26 mai 2014, Tribunal du Commerce de Lyon

 

Une entreprise de bâtiment contre le Crédit Lyonnais

Dossier instruit et défendu par Maître DEBAY, à partir d’une étude technique de l’APLOMB par Gérard FAURE-KAPPER.

 

Objet : demande de remboursement de commissions d’intervention et autres frais pour 18.576,22€.

Résultat : Le tribunal condamne le Crédit Lyonnais à rembourser la somme de 18.576,22€

 

 

 

Le 9 mai 2014, Tribunal de Grande Instance de Grasse, Juge de l’Exécution.

 

Une militante de l’APLOMB contre CHEBANCA SPA.

Dossier instruit et défendu par Maître DEBAY, à partir d’une étude technique de l’APLOMB.

 

Objet : Déchéance du terme abusive, TEG erroné, procédure de saisie en cours, mais irrégulière, absence de pouvoir pour la Ste RECOCASH.

Résultat : Le TEG est incomplet et erroné, donc déchéance du droit aux intérêts. La banque est aussi sommée de répliquer sur l’irrégularité de la déchéance du terme, ainsi que des pouvoirs donnés à la Société RECOCASH. La vente est suspendue.

 

 

 

Le 2 septembre 2013, Tribunal de Grande Instance de Montpellier

 

Une militante de l’APLOMB contre le Crédit Agricole Mutuel de Languedoc.

Dossier instruit et défendu par Maître Katia DEBAY à partir d’une étude technique de l’APLOMB par Jean-Claude JOUFFREY

 

Objet : TEG erroné sur un prêt immobilier.

Résultat : le tribunal condamne le Crédit Agricole à payer la somme de 35.000€, condamne la banque aux dépens ainsi qu’à la somme de 1.500€ au titre de l’article 700.

 

 

 

Le 23 décembre 2011, Tribunal d'Instance d'Ivry sur Seine

 

Une militante de l'APLOMB contre la Banque Populaire Rives de Paris

Dossier défendu par l’intéressée, à partir d’une étude technique de l’APLOMB par Gérard FAURE-KAPPER, supervisée par Maître DEBAY.

 

Objet : Demande de remboursement de commissions d’intervention générant un taux usuraire.

Résultat : Le tribunal condamne la Banque Populaire Rives de Paris à rembourser la cliente de la somme de 588€.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Satournenkare Satournenkare 8 août 11:41

    J apprécie énormément ce que fait votre association et vos articles Par contre celui ci, à par une auto pub, n’apporte guère d’informations concrètes


    • foufouille foufouille 8 août 11:54

      avec un bon avocat c’est assez normal mais sans c’est juste un coup de bol.
      surtout que pas mal sont juges sont véreux.


      • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 8 août 13:21

        La plupart des adhérents de l’APLOMB vont au tribunal sans avocat. Nous les « coachons » et l’avocate, même si elle n’est pas saisie, reste disponible pour nous apporter les conseils de dernières minute.


        • foufouille foufouille 8 août 13:38

          @Gérard Faure-Kapper
          dans certains tribunaux de provinces, le juge ne respecte même pas le code de procédure civil.
          bon courage aussi pour qu’un huissier accepte d’assigner une banque.


        • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 8 août 13:23

          Il est vrai que, contrairement aux banques, nous ne faisons aucune publicité pour notre association, et ce pour une raison simple, nous n’avons rien à vendre. Dans ce domaine, une seule chose compte, ce sont les résultats, d’où cet article. Il faut savoir que nous sommes tous bénévoles à l’aplomb.


          • sls0 sls0 8 août 16:20

            On peut gagner contre une banque ce qui est heureux.

            On apprend aussi de ses erreurs.
            Quelques exemples de ce qu’il ne faut pas faire seraient les bienvenus. La prévention coute moins chère que le curatif.
            Merci pour votre travail et vos exemples.

            • zygzornifle zygzornifle 8 août 18:26

              non seulement il faut un dossier béton mais aussi une vrai fortune pour payer les avocats et en trouver des bons pas a la solde de la partie adverse , les banques elles s’en contrefichent car ce sont leurs clients qui payent les frais d’avocats ......


              • QAmonBra QAmonBra 8 août 21:02

                Merci @ l’auteur pour le partage.


                Avec une avocate aussi charmante que compétente, je me sentirai également l’âme très « bénévolesque » ou « bénévolante » !

                Plus sérieusement, je confirme que quand décision a été prise de le défendre, tout dossier juridique doit être préparé méticuleusement, en mâchant quasiment le travail de ces flemmards de juges !

                Le top des top, c’est quand ils reprennent dans leur décision, pratiquement mot pour mot, une partie de vos propres conclusions, cela m’est arrivé dans ma « carrière » de syndicaliste spécialisé dans la défense juridique des salariés et c’était à chaque fois le PIED !!

                • alain_àààé 13 août 11:26

                  excellent article et j en profite pour vous racontez mon probléme. j ai eu aprés une erreur avec la banque postale regardé d un peu plus prés mes relevés de compte et horreur. j ai regardé ceuxci avec stupeur .car j ai payé a Médiapart 2 abonnements de 9e et pendant 5 ans alors que je n avais qu un compte légale a cette banque.j ai donc envoyé 5 mails a cette ordure de PEVEL directeur de Médiapart qu il avait fait une erreure en faisant 2 abonnements sur médiapart. alors que je n avais qu un compte a mon nom mais aussi sur un compte virtuel dont je ne sais pas ou il l a trouvé.ce MR et un escroc car il m a fait payé 2 abonnements sur 5 ANS SOIT 9e l abonnement sur 5 ans cela fait plus de 500e.la banque postale va me remboursée que 13 mois a 9e soit 117e.cette ordure de PLEVEL qui ne me répond pas va toucher 500-117=PLUS DE 383E. il va pouvoir boire l apéritif avec mes sous.un handicapé et dont la famille fut déportée a aswitch dont certains sont morts la bas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès