• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’UE et l’euro sont morts, ne reste plus qu’à constater (...)

L’UE et l’euro sont morts, ne reste plus qu’à constater le décès

Bien sûr, la constitution du nouveau gouvernement italien a fait baisser la tension, mais la nouvelle équipe constitue une nouvelle bombe à retardement pour ce projet européen qui n’en avait pas besoin. Bien sûr, il est impossible de prédire la date de son effondrement mais la multiplication des fronts indique qu’il viendra, tôt ou tard, comme l’indiquent deux textes majeurs de Jacques Sapir et Coralie Delaume.

 

L’Italie, une Grèce puissance dix ?
 
Bien sûr, le M5S et la Lega n’ont pas fait campagne sur la sortie de l’euro ou de l’UE, ce qui pourrait ne pas pleinement leur donner le mandat pour le faire, mais l’équipe au pouvoir, qui compte des ministres qui y sont favorables, met déjà l’UE dans une position difficile sur de nombreux sujets, comme le note Jacques Sapir. Sur l’Aquarius, Matteo Salvini a tenu une position ferme sans fléchir. Mieux, Rome a annoncé qu’elle ne signera pas l’impopulaire CETA, une faille majeure dans le fonctionnement de cette UE où la commission est supposée gérer les questions commerciales. Va-t-il réclamer, comme pendant la campagne les 250 milliards de rachat de dette publique italienne par la BCE ?
 
Ce début de mandat, entre docilité sur l’euro, mais vraies remises en question de l’EU sur l’immigration et le commerce, intrigue. Bien sûr, ces dernières restent limitées, mais appuient là où cela fait mal. En outre, l’Italie n’est pas la Grèce, où Tsipras s’est mué en exécuteur zélé de la troïka qu’il dénonçait, accréditant l’idée qu’il n’y aurait pas d’autres politiques possibles. Le processus de décomposition de l’UE, c’est aussi la réunion des ministres de l’intérieur allemand, autrichien et italien, « coordination inter-gouvernementale entre des Etats souverains, coordination qui contourne allégrement les procédures et les habitudes de l’UE, et qui, probablement, mettra en cause ses règles » pour Sapir.
 
Le risque est d’autant plus fort que les déclarations inadmissibles du commissaire allemand ou de la presse allemande creusent un fossé toujours plus grand entre Rome et Bruxelles, alors même que des partisans d’une sortie de l’euro sont au pouvoir et que Rome sait ce qu’il en coûte de vouloir rester à tout prixMême JP Morgan doit reconnaître qu’une sortie de l’euro est la meilleure option pour le pays. Et ce ne sont pas les déclarations venues d’Allemagne, commission ou média, qui pourraient apaiser la situation, tant le mépris suinte pour l’Italie. Bref, même si les euroïnomanes s’evertuent à dire qu’il ne serait pas possible de sortir de l’euro, la probabilité d’un tel scénario croit avec le temps.
 
Comme le dit Sapir, le processus de décomposition avance : « il est désormais évident que l’UE ne protège pas, et ne favorise pas la paix ou l’entente entre les peuples. C’est même tout le contraire  ». Quelques jours avant, Coralie Delaume avait évoqué dans une interview « un espace liquide, une entité molle et post-politique, totalement inapte à agir dans les domaines régaliens  ». Elle évoque le rôle de la démographie dans la position des pays d’Europe de l’Est sur les migrants et rappelle que « le long processus d’intégration économico-juridique (…) a créé de la divergence, de la méfiance voire de l’animosité, (générant) une compétition féroceet une course à la déflation salariale  ».
 
En somme, l’UE créé les tensions qui la mèneront à sa perte, même si cela prendra du tempsla BCE ayant le pouvoir de la maintenir sous perfusion. Mais la fin de l’avancée de l’intégration, ses reculs ponctuels (Brexit, migrants) et ses remises en question de plus en plus fréquentes et fortes indiquent que la marche arrière est enclenchée. Les questions qui subsistent sont quand quelqu’un d’autre osera lâcher l’embrayage, après les britanniques, et comment cela se passera ?
 
 
Dans quelques jours, la suite : pourquoi l’UE et l’euro vont disparaître ?

Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

97 réactions à cet article    


  • Roosevelt_vs_Keynes 20 juin 2018 09:45

    Faisons souffler l’esprit de Singapour sur le Conseil européen des 28 et 29 juin 2018 !


    • sahb 21 juin 2018 13:40

      @Roosevelt_vs_Keynes
       ??? en clair ça donne quoi ?


    • Legestr glaz Ar zen 20 juin 2018 10:22

      l’Union européenne est une dictature qui ne dit pas son nom.


      Qu’a apporté l’UE à la France ? Jamais de bilan à ce sujet ? 

      François Asselineau, que ne cite pas l’auteur, depuis longtemps, a donné toutes les indications sur la nature de l’Union européenne. Depuis belle lurette Vincent Brousseau et l’UPR ont annoncé la fin de l’Euro en mettant sous les feux de la rampe les soldes « Target ». Qui a repris cette information ? Personne, absolument personne. 

      L’Italie a une dette d’environ 600 milliards d’euros envers la BCE. La chute va être difficile.

      Mais puisque d’aucuns s’ingénient à refuser de prendre en considération les analyses de l’UPR, et bien le cirque médiatique continue. On cache la poussière sous le tapis. 






      • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 juin 2018 13:17

        @Ar zen

        Ce que vous dites est un tantinet faux :
        On tient compte de l’UPR en fonction de son poids aux élections, soit 0.92% pour être précis.

        Je suis d’accord que ce n’est pas loin de zéro, mais vous exagérez quand même.

        Pour faire une lapalissade, c’est sûr que si vous faisiez 30% vous auriez plus de poids dans la discussion.

        Quand même, c’est toujours aussi amusant de voir des admirateurs de Vladimir Poutine, qui n’est pas particulièrement libéral, critiquer notre système pour son « autoritarisme ».


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 juin 2018 18:18

        @Olivier Perriet

        Le poids de l’ UPR vient du fait que toutes les analyses sont confirmées par les faits. Toutes les réformes en cours ont été annoncées par Asselineau lors de la campagne électorale.

        Poutine et bien d’autres, qui se sont réunis au Sommet de l’ Organisation de coopération de Shangaï, donnent une leçon d’unité qui a largement manqué au Sommet du G7 !

        Mais votre cher Micron est-il capable de comprendre ce qui se passe dans le monde ??


      • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 20 juin 2018 20:47

        @Olivier Perriet


        Vous suggérez que les électeurs sont tous terriblement lucides et documentés (la preuve, l’élection de Macron smiley ) au point d’en faire une référence ? Il semblerait qu’à part une catégorie d’électeurs qui ont un intérêt direct à faire élire l’un ou l’autre, la grande majorité de ceux qui votent sont téléspectateurs, consommateurs et publivores, d’où la palme au plus gros budget ... Êtes-vous capable de réflexion au-delà du conformisme entretenu par ceux qui se frottent les mains d’obtenir un gros score qui leur laisse le champ libre pour liquider ce qui reste de la France ? J’en doute !

      • Michel Maugis Michel Maugis 20 juin 2018 22:24

        @Olivier Perriet

        « On tient compte de l’UPR en fonction de son poids aux élections, soit 0.92% pour être précis. »


        Olivier Perriet est le représentant des -ONs, il vient de le reconnaître.

        Les -ons ne tiennent compte d’une opinion que si elle est majoritaire, mais certainement pas selon ses propres mérites, Ainsi Pour ces -ons, la terre est ronde puisse que c’est l’opinion majoritaire.

        « Pour faire une lapalissade, c’est sûr que si vous faisiez 30% vous auriez plus de poids dans la discussion. »

        Pauvre Olivier Perriet qui n’arrête pas de faire pschitt avec les lapalissades des -ons.

        En ce qui me concerne, comme pour la majorité des français, je tiens compte des positions de l’UPR, mais hélas les français n’osent pas encore affronter la clique des ordures du Grand Capital.. par manque de courage.. ayant peur de sa réaction fasciste. Mais il y a une limite à tout. C’est dialectique.

        Quant à Poutine, la majorité des français honnêtes ils ne peuvent qu’être admirateur de sa politique Internationale de respect de la charte de l’ONU et du droit international. 

        Pour le libéralisme, ce mot est un JOKER pour les -ons. Aucun d’eux n’ a encore donnée une définition. 

        Ce mot est un euphémisme pour EGOÏSME, comme savent en user les -ons.



      • toma 21 juin 2018 09:46

        @Olivier Perriet

        Poutine est autoritaire, c’est vrai, mais il l’est pour la défense de la nation et du peuple russe.

        Macron est un vendu, que ce soit Alstom, Areva, la SNCF, arcelor,.... Il va même vendre les 180 milliards de fond de pension pour rembourser la dette. Demain pour payer les pensions il demandera de l’argent aux banques, super idée.

        Il vendrait sa mère.

        L’Europe vend aussi sa mère, aux USA, systématiquement, aux sionistes, aux banquiers, et bizarrement, toujours contre l’intérêt apparant des peuples.

        Autoritaire contre le gamin qui dit salut manu, qu’il aille en banlieue au nord de Marseille.

        Un jour Chirac s’est fait insulté, il a gardé le sourire, a pris la main du gars, et ah, ouiiii, bonjour, merciiii, c’est cela, bonjour....

        Après Chirac on a eu, Conard, descend me le dire si tu oses, suivi d’un Hollande clownesque, et maintenant un, on dit M. Le président !!!

        Autoritaire avec les pauvres, retraités, receveurs d’apl,... Bravo.


      • Titarmo 21 juin 2018 11:15

        @toma
        En ce qui concerne Jacques Chirac, je crois qu’il a été beaucoup plus subtil lorsqu’il a été traité de connard dans la rue, il s’est contenté de répondre « Enchanté, moi c’est Jacques Chirac »


      • sahb 21 juin 2018 13:45

        @Olivier Perriet
        Poutine n’est peut-être pas très libéral de coeur MAIS il est pieds et poings liés CAR la banque russe appartient à la même pourriture rotechiliène que la notre et que celle de Frankfurt qui nous régente !


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 juin 2018 16:15

        Le problème c’est qu’Asselineau a raison, mais il n’a pas d’électeurs.

        Tous des cons ? Y’a-t-il autre chose ? Pour rééduquer tous ces cons, proposez-vous une dictature (enfin, comme on y est déjà, ça ne devrait pas changer) ? Dans ce cas dites le clairement

        Je comprends votre admiration pour toutes les formes de régime à poigne, pourvu qu’ils soient à l’étranger.

        Encore une hypocrisie, mais c’est une autre histoire.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 juin 2018 17:25

        @Olivier Perriet

        L’ UPR est censurée par les médias depuis bientôt 12 ans, vous qui critiquez Poutine, vous devriez balayer un peu devant votre porte et protester auprès du CSA.... !

        La prochaine campagne électorale s’annonce, en France, aussi anti-démocratique que la Présidentielle : réforme des temps de parole sur l’audiovisuel public :

        + 155% du temps pour Macron, et Mélenchon qui devait avoir 20 minutes aurait... 2 minutes.

        Si vous pouvez me dire de combien de secondes disposera l’ UPR, merci d’avance !

      • zygzornifle zygzornifle 22 juin 2018 08:01

        @Ar zen


         L’Europe c’était beau sur le papier glacé et ensuite comme a leur habitude les politiques l’ont massacré .....

      • baldis30 24 juin 2018 17:12

        @Fifi Brind_acier
        bonjour,

        « Mais votre cher Micron est-il capable de comprendre ce qui se passe dans le monde ?? »

         Pour répondre à votre question tout en allant dans le sens de votre intervention on ne peut que rappeler la récente déclaration de François Pinault relativement à Macron sur son manque de compréhension du petit peuple !

        Si ON ne comprend pas le petit peuple et si de plus ON pratique une gérontophobie qui n’est pas sans rappeler certains des jours et des pratiques les plus sombres de l’Histoire de la France contemporaine, alors ON se classe dans une partie de l’humanité peu fréquentable !


      • Arthur S Clark Kent 20 juin 2018 10:29

         "La différence entre le suspense et la surprise est très simple. Nous sommes en train de parler, il y a peut-être une bombe sous cette table et notre conversation est très ordinaire, il ne se passe rien de spécial, et tout d’un coup, boum, explosion. 

        Le public est surpris, mais avant qu’il ne l’ait été, on lui a montré une scène absolument ordinaire, dénuée d’intérêt. Maintenant, examinons le suspense. 
        La bombe est sous la table et le public le sait, probablement parce qu’il a vu l’anarchiste la déposer. Le public sait que la bombe explosera à une heure et il sait qu’il est une heure moins le quart - il y a une horloge dans le décor ; la même conversation anodine devient tout à coup très intéressante parce que le public participe à la scène (...). 
        Dans le premier cas, on a offert au public quinze secondes de surprise au moment de l’explosion. Dans le deuxième cas, nous lui offrons quinze minutes de suspense"
         Alfred Hitchcock 

        La disparition de l’UE et de l’Euro ne seront pas des surprises, mais il y a du suspense.

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 juin 2018 13:19

          @Clark Kent

          Ce qui ne vous a jamais empêché de dauber abondamment sur le Brexit, trop.....jesaispastropquoi, et pas assez......avotregout.

           smiley


        • vesjem vesjem 21 juin 2018 20:52
          @Olivier Perriet
          olive , tes commentaires sont simplistes ; réfléchis un peu

        • Clocel Clocel 20 juin 2018 10:32
          Mission accomplie !

          Peuples, Nations, identités, cultures, particularismes pulvérisés, le IV Reich va pouvoir déployer toute sa malveillance pour le plus grand bonheur des pathocrates...



          • baldis30 24 juin 2018 17:26

            @Clocel
            bonjour,

            Je viens de relire le prix Renaudot de l’an dernier « la disparition de Josef M... » 

            Que l’individu ait disparu c’est sûr, la Nature a fait son œuvre,.. mais pour les idées et les pratiques c’est autre chose …. seulement la population ciblée a changé …. et je dirai grâce à Visicalc et ses successeurs Excel and C° …parce que :

             « Telle partie de la population ne contribue pas assez à la richesse des puissants - voire lui coûte cher- donc elle doit être réduite en volume afin que la moyenne de son rapport productif rejoigne la moyenne des autres catégories de la population ».

             Donc on va cibler ces parties improductives de la population que sont les vieux, les chômeurs et les jeunes … Pour ces derniers le procédé habituel, la guerre doit être suffisant à la condition d’être bien encadrée, pour les autres on peut essayer par exemple la dénutrition, ou le manque de soins COMME LE SUGGERE la très récente intervention des médecins hospitaliers ( de ce jour, ou d’hier ) .

            Avec le temps les méthodes changent (Ô tempora, Ô mores !)…. pas les buts . !


          • baldis30 25 juin 2018 08:13

            @baldis30
            pour l’intervention de 175 médecins on peut voir l’information suivante tant que les spartaquiens ne l’auront pas classée comme fake :

            https://www.francetvinfo.fr/sante/medicament/une-mise-en-danger-de-la-vie-d-autrui-175-medecins-alertent-edouard-philippe-sur-la-degradation-des-services-hospitaliers_2818605.html


          • malitourne malitourne 20 juin 2018 10:32

            Conclusion.. ? Bah maintenant faut arrêter de sauter comme des cabris et se mobiliser et se rassembler pour le Frexit.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 juin 2018 07:03

              @malitourne, Ar Zen,

              Si vous le pouvez, faites connaître l’analyse de Chouard sur « Une Autre Europe ».
              Merci.

            • Legestr glaz Ar zen 21 juin 2018 10:17

              @Fifi Brind_acier

              Il est toujours utile de rappeler cette analyse de Chouard. Je l’ai déjà postée d’ailleurs. 

              Mais cette analyse, comme tant d’autres d’ailleurs, ne va pas dans le sens de la croyance de certains qui espèrent « l’émergence d’une autre Europe ». Elle est pourtant pleine de bon sens et s’appuie sur des faits, mais se heurte à différents biais cognitifs. Le Biais de la confirmation d’hypothèse, l’effet boomerang ou retour de flamme, et la sempiternelle dissonance cognitive. Quand vous êtes soumis à une idéologie, il est très difficile de faire votre idée par vous même.

              Le biais de confirmation d’hypothèse est la tendance naturelle qu’ont les êtres humains à privilégier les informations qui confortent leurs préjugés, leurs idées reçues, leurs convictions, leurs hypothèses. Ce biais cognitif consiste à accorder plus de poids aux preuves qui confirment les croyances de départ. Il contribue donc à un excès de confiance dans celles-ci et à les renforcer, même devant des preuves qui les infirment. Ce mode de raisonnement peut conduire à des désastres lorsqu’il est mis en oeuvre dans les domaines militaires, politiques, économiques, sociaux. Il se manifeste par la non vérification de la véracité des informations reçues, leur interprétation de manière biaisée, notamment par des illusions de corrélation entre plusieurs évènements perçus à tort comme étant liés ou associés.

              L’effet retour de flamme est un biais cognitif qui conduit des personnes confrontées à des preuves logiques et claires qui contredisent ou invalident leurs croyances, à les rejeter et à se sentir confortées dans leur croyance initiale.  En effet, si l’on sait qu’il existe une communauté de personnes qui partagent nos convictions et si l’on croit qu’il y a certainement des informations que nous ne possédons pas, mais qui l’emporteraient sur les informations contraires qui ont été fournies, alors la rationalisation devient plus facile, par un processus qui conduit à donner plus de poids au renforcement des croyances de la communauté.

              Le concept de dissonance cognitive est lié au fait qu’il est plus difficile pour un individu de corriger des idées acquises depuis longtemps que d’apprendre des idées nouvelles pour lesquelles il ne dispose pas encore d’un modèle ou d’un système de représentation.Les croyances qui sont partagées par une communauté deviennent des vérités qui ne peuvent être remises en question et ne peuvent donc plus être discutées. Lorsque des faits vont à l’encontre de ces croyances, il est contreproductif et même parfois risqué de les combattre directement. Il est plus efficace d’engager un dialogue permettant un questionnement, puis une prise de conscience, que de provoquer sciemment une dissonance cognitive chez un interlocuteur. 

              Alors pensons « printemps », pensons « Europe sociale », pensons « désobéissance », pensons « renégociations ». Les joueurs de flute de Hamelin se bousculent au portillon.






            • malitourne malitourne 21 juin 2018 14:54

              @Fifi Brind_acier
              Je viens de visionner : il dit tout Chouard. L’émergence d’une prise de conscience populaire contre cette camisole politique fatale qu’est l’UE est la seule issue. Nous n’avons pas d’autres choix que d’y travailler... Le Frexit, c’est la libération, tout autres choix n’est que soumission.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 juin 2018 17:36

              @Ar zen

              Oui, mais tous les citoyens ne sont pas assis sur des certitudes.
              Il existe des citoyens qui cherchent des réponses à leurs questions.

              Chouard n’est pas à l’ UPR, mais il arrive aux mêmes conclusions. Et Chouard est ce qu’on appelle « un leader d’opinion », il a un blog extrêmement suivi. Que quelqu’un comme lui arrive au bout de longues années de réflexion aux mêmes conclusions que l’ UPR, est important. Cela prouve que les graines semées par l’ UPR commencent à germer.

            • Legestr glaz Ar zen 22 juin 2018 11:30

              @Fifi Brind_acier

              Effectivement, fort heureusement tous les lecteurs d’Agoravox ne sont pas des soumis à une certaine idéologie. C’est à ceux-ci qu’il convient de fournir les preuves de la nocivité de l’UE et de son irréformabilité définitive. A travers vos post vous faîtes oeuvre de pédagogie. Les lecteurs en tirent toujours quelque chose, excepté les « enracinés d’une idéologie » qui vous reprochent de trop poster et de rabâcher les mêmes arguments. Ils font comme si « tous » les médias dominants ne faisaient pas exactement la même chose en cachant la poussière sous le tapis et en orientant l’information à destination des masses dominées et incapables de trouver des informations alternatives (excepté sur le net). 

              J’aime énormément Etienne Chouard. Seulement, je trouve que bien souvent il évite d’être frontal. Dans la vidéo que vous avez proposée il exprime que la priorité des priorités est la sortie de l’UE, que sans celle-ci, rien ne sera possible. Dans ces conditions il devrait fustiger publiquement, et d’une manière incessante, l’action de Mélenchon, et des autres partisans « d’une autre Europe », qui ne veulent pas sortir de l’UE. Pourquoi ne le fait-il pas ? C’est un mystère ? 

            • malitourne malitourne 23 juin 2018 08:07

              @Ar zen
              Tout à fait Arzen. A un moment il faut s’engager et lier le geste à la parole. Chouard devrait s’engager politiquement pour le Frexit puisqu’il est conscient que c’est la seule issue positive. 


            • Jean Roque Jean Roque 20 juin 2018 12:23

               
               
               
              Fin de la grosse gogochonne teutonne, la négrière à Krupp chérie à la schlague des glands remplacés soumis ?
               
               
              https://fr.sputniknews.com/international/201806171036839212-merkel-seehofer-ultimatum/
               
               


              • Fergus Fergus 20 juin 2018 13:04

                Bonjour, Laurent

                Ne criez pas victoire trop vite : les pays membres étant au pied du mur, nul doute - à mon avis - que des compromis vont surgir afin de pérenniser tant l’UE que l’Euro. Et pour cause : aucun des membres de l’Union n’a intérêt à sortir de celle-ci car malgré tous ses défauts - euphémisme ! -, l’UE reste le meilleur élément de stabilité politique continentale.

                Reste à trouver un accord qui ne soit pas trop bancal sur la question migratoire, et cela ne sera pas évident. Mais poussés par la nécessité, les négociateurs y parviendront probablement sur la base d’un durcissements des conditions d’accueil imposé par la crainte de nouvelles poussées populistes mortifères pour l’UE. Même la CSU bavaroise, potentiellement menacée par l’AfD, devrait composer avec Merkel.


                • Fergus Fergus 20 juin 2018 16:45

                  Bonjour, Robert Lavigue

                  Peut-être ! Notez cependant que les percussions jouent un rôle important en musique : que seraient les symphonies de Beethoven sans les timbales ? smiley 


                • tartemolle 20 juin 2018 16:59

                  @Robert Lavigue, Fergus donne plutôt l’impression d’avoir des poussées hémorroïdaires... 



                • Fergus Fergus 20 juin 2018 17:19

                  Bonjour, tartemolle

                  Je vous conseille de vous occuper plutôt du fondement de vos propres idées ! smiley


                • Fergus Fergus 20 juin 2018 17:23

                  Bonjour, Ar zen

                  Merci pour le lien ! La même chose sans le lait, et ce sera parfait pour moi, accompagné d’un muscadet ou d’un riesling.


                • Doume65 20 juin 2018 18:16

                  @Fergus

                  « UE reste le meilleur élément de stabilité politique continentale. »
                  Mantra classique de la religion Européiste qui ne s’appuie sur aucun fait solide. C’est vrai que quand on est européiste, on n’a pas besoin de faits. Rabâcher la novlangue suffit.

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 juin 2018 18:34

                  @Fergus

                  Le « compromis » va sans doute capoter sur les quotas de migrants à distribuer dans chaque pays... Vous pouvez compter sur l’Autriche et plusieurs pays de l’ Est pour opposer leur véto.

                  C’est quand même le bal des faux-culs. Cela fait bientôt 20 ans que les pays européens de l’ OTAN participent et/ ou soutiennent, ou se taisent sur le chaos répandu par les guerres en Afrique, en Afghanistan, en Ukraine et au Moyen Orient ...

                  Les vagues migratoires ne viennent pas de la planète Mars, elles sont le résultat des politiques menées dans tous ces pays, avec l’ Europe comme vassal des USA.


                • Fergus Fergus 20 juin 2018 18:53

                  Bonjour, Doume65

                  « Mantra classique de la religion Européiste qui ne s’appuie sur aucun fait solide »

                  Je vous retourne cette observation : contrairement aux siècles précédents, il n’y a plus eu le moindre conflit entre des membres de l’UE depuis qu’ils ont intégré l’Union Européenne. Cela, c’est un fait indéniable. Quant au plan économique, vous ne disposez de rien de probant pour démontrer que les pays de l’UE réussiraient mieux chacun de leur côté ! Vous êtes dans l’incantation, au moins autant que les inconditionnels de l’UE actuelle !

                  Un mot encore : je ne suis pas « européiste », mais "européen’ ! Et je ne suis en aucun cas un partisan de l’UE telle qu’elle existe, raison pour laquelle j’ai voté NON au référendum de 2005 et pesté contre l’adoption du Traité par le Congrès en 2008. Mais je suis persuadé qu’il n’y ne peut y avoir de salut dans l’avenir que dans le cadre d’un bloc uni, capable de s’opposer aux blocs existants ou émergents.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 juin 2018 19:36

                  @Fergus

                  La guerre en Yougoslavie et en Ukraine se passent bien en Europe. Quant aux guerres un peu partout des pays de l’ OTAN, on les mesure aux vagues migratoires... Voici la liste des engagements militaires de la France depuis 2000.
                  Si vous pensez que l’UE c’est la paix, c’est raté !

                  Un bloc uni, cela s’appelle « des accords de coopération entre pays souverains », comme on le voit avec les pays des BRICS et avec l’ OCS. Ce sont des accords gagnant- gagnant, dans lesquels aucun pays n’a renoncé à sa souveraineté. 

                  L’UE, c’est le contraire, c’est la concurrence organisée entre pays, au bénéfice des multinationales et de la finance. C’est curieux que des gens qui se disent de Gauche ne fasse pas la différence.
                  De plus, vous vivez dans l’ illusion que l’Europe est réformable.
                  Plus les divisions se multiplient, moins il sera possible d’avoir l’unanimité.
                  Vous pouvez en faire votre deuil.



                • Fergus Fergus 20 juin 2018 20:13

                  Bonsoir, Fifi Brind_acier

                  Vous ressassez toujours les mêmes propos manipulateurs : les pays de l’ex-Yougoslavie n’étaient pas membres de l’UE, et e pays artificiel portait en germes tous les ingrédients de sa dislocation violente ! Quant aux guerres extérieures à l’Europe, on peut toujours en discuter la responsabilité de l’Union, mais cela relève de la géopolitique et n’affecte en aucune manière l’intérieur des frontières des pays membres (exception faites des attentats, je vous l’accorde).

                  Bref, vous pouvez tordre les éléments factuels tant que vous voulez, il est irréfutable que, pour la première fois de l’histoire, il n’y a eu aucune guerre entre pays membres depuis qu’ils ont adhéré à l’Union Européenne. Rappelons que la France et l’Allemagne ont été membres fondateurs de la CEE (Traité de Rome) en 1957, autrement dit il y a 61 ans.

                  Rappelons qu’il s’est écoulé 43 ans entre la guerre de 1870-71 et la 1ere guerre mondiale, et 21 ans entre celle-ci et la 2e guerre mondiale ! Or, ce sont désormais... 73 ans qui se sont écoulés sans guerre entre les deux pays, et nul doute que la construction européenne et l’émergence de l’UE y ont très largement contribué !


                • Legestr glaz Ar zen 20 juin 2018 21:15

                  @Fergus

                  Vous avez certainement raison Fergus. Le traité de l’OTAN, un traité militaire, par conséquent, signé en 1949 n’a jamais joué aucun rôle dans le maintien de la paix. Dans ce traité, il était question que les pays signataires s’associent en cas d’agression de l’un d’eux, se prêtent mutuelle assistance. En revanche ils pouvaient, selon votre analyse, s’agresser entre eux sans que les autres ne bougent. C’est ça Fergus ?

                  Vous avez raison, c’est le traité de Rome, un traité économique, signé en 1957, par 6 pays seulement, qui est à l’origine de la paix et du plein emploi. En 1955 l’OTAN comptait déjà 15 pays, qui s’apprêtait, selon vous, à se faire la guerre, évidement !

                  Heureusement que vous êtes là pour nous éclairer ! Et puis la dissuasion nucléaire compte pour des prunes ainsi que la « destruction mutuelle assurée ». 

                  Merci de votre brillante analyse. Vous savez bien colporter la propagande des puissances de l’argent qui savent utiliser le même argument que vous pour justifier l’existence de l’UE, de cette dictature sournoise. 

                  L’OTAN compte actuellement 29 pays membres. À sa création en 1949, l’Alliance comptait douze membres fondateurs : Belgique, Canada, Danemark, États-Unis, France, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal et Royaume-Uni. Les autres pays membres sont : Grèce et Turquie (1952), Allemagne (1955), Espagne (1982), République tchèque, Hongrie et Pologne (1999), Bulgarie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Roumanie, Slovaquie, Slovénie (2004), Albanie et Croatie (2009) et Monténégro (2017).

                • Michel Maugis Michel Maugis 20 juin 2018 22:40

                  @Fergus

                  « l’UE reste le meilleur élément de stabilité politique continentale.

                  C’est de l’incantation religieuse.
                  Les faits montrent exactement le contraire.

                  Il semble que l’Europe était bien plus stable avant.... sous »la menace soviétique"-

                  La construction de cette Europe n’est rien d’autre qu’une tentative de reconstruction d’un pouvoir COLONIAL consensuel. 

                  En fait vouloir cette Europe c’est vouloir créer l’OTANAZIE pour pouvoir maintenir le l’impérialisme du FUKUS ( France, UnitedKingdom ) sur le reste du monde.

                  Vouloir l’ Europe c’est vouloir l’instabilité du MONDE, par le pouvoir des fakes news et complots du FUKUS.

                • Legestr glaz Ar zen 20 juin 2018 22:46

                  @Michel Maugis

                  Très joli résumé. J’approuve. 

                • Doume65 20 juin 2018 23:48

                  @Fergus

                  « Il n’y a plus eu le moindre conflit entre des membres de l’UE »

                  L’UE existe depuis 26 ans. Il n’y a pas eu de conflits non plus dans les 26 année les précédant. De plus les relations n’ont en fait jamais été aussi tendues qu’à l’heure actuelle. L’argument tombe à l’eau.

                  «  Et je ne suis en aucun cas un partisan de l’UE telle qu’elle existe »
                  Mais tu la défends à fond ! Tu n’as pas parlé de solidarité européenne, ou de je ne sais quel principe abstrait, mais bien de l’UE : « L’UE reste le meilleur élément de stabilité politique »

                • BarnaB 21 juin 2018 05:25

                  @Ar zen

                  En effet, joli résumé de l’argumentaire scatologico-injurieux.
                  Mais autant de créativité mise au service du vide est quand même du gâchis.

                  Bonne journée.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 juin 2018 06:53

                  @Fergus

                  A vous, et à tous ceux qui à Gauche, veulent « une Autre Europe », écoutez bien ce qu’explique Etienne Chouard qui vous accuse de nous enfermer dans un piège fasciste :

                  « L’Union européenne est un piège fasciste qui nous conduit au malheur grec ou au Portugal, il y a plein de gens à Gauche qui disent il faut y rester, l’ Europe n’est pas réformable, elle est faite pour nous opprimer, vous nous enfermez, ça suffit d’être aussi cons, ils n’ont pas lu les Traités »etc

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 juin 2018 07:09
                  @Fergus
                  Les mantras européistes ont la vie dure : « L’Europe de la paix et de la prospérité ». Pour la prospérité, on voit ce qu’il en est, pour la paix, c’est de la propagande aussi. Pendant la guerre froide, la paix n’a pas résulté de l’ UE, qui ne date que de 1992 et du Traité de Maastricht, mais de la menace nucléaire entre les USA et l’URSS. L’UE n’y est pour rien.

                • Eric F Eric F 21 juin 2018 10:01
                  En fait la CEE a pu être créée parce que la paix était préalablement établie entre les pays de l’Europe de l’Ouest, c’est la paix qui a conduit à l’union et non pas l’union qui a produit la paix.
                  Il en va de même pour les élargissements aux pays de l’Est, consécutifs à la disparition du bloc soviétique. Mais ces élargissements à motif géopolitique ont été une confusion des genres, car cela a introduit de grosses disparités de niveau de développement économique sans mesures de compensation, entrainant des délocalisations internes à l’Europe.
                  Le « marché unique » et la monnaie commune sans une certaine harmonisation préalable ont entrainé une concurrence interne au lieu d’une synergie (développement coordonné) qui existait aux origines de l’UE.

                  Et désormais, les questions migratoires ont pris une place prépondérante dans les relations européennes, car la « libre circulation » était prévue entre citoyens des pays membres, elle est devenue une autoroute d’immigration clandestine. Les intérêts et principes de chaque pays étant divergents, c’est devenue une pomme de discorde. Le « droit d’asile » est par ailleurs totalement détourné, lorsque l’on voit que 100 000 demandes ont été déposées en France en 2017, ce n’est plus de l’asile mais des migrations de masse -et encore certains reprochent à la France de ne pas prendre suffisamment de migrants surnuméraires allemands ou italiens. Vouloir imposer sous peine de sanction aux différents pays des quotas décidés par l’extérieur est une fausse piste, tout comme organiser les norias migratoires par connivence entre mafias de passeurs et ONG humanitaristes. Tout sauvetage devrait reconduire les naufragés au lieu d’embarquement d’origine, ce qui découragerait la prise de risque.


                • Legestr glaz Ar zen 20 juin 2018 13:08
                  En atteignant +906.941.417.444,22 € au 31 décembre 2017, le solde Target 2 de l’Allemagne dépasse les 900 milliards d’euros pour la première fois depuis la création de l’euro.

                  C’est la Bundesbank allemande qui vient de le révéler.

                  Au même moment, le solde négatif de l’Italie avoisine les -450 milliards d’euros et celui de l’Espagne les -400 milliards. (La France étant à peu près à l’équilibre)

                  Ces évolutions, qui confirment une nouvelle fois la justesse des analyses de l’UPR depuis dix ans, confirment par la même occasion que la fin inéluctable de l’euro approche.

                  Le plus incroyable de toute cette situation, c’est qu’aucun grand média et aucun parti politique français – à part l’UPR – ne met en garde nos concitoyens sur cette inéluctable explosion à venir de l’euro, alors que cette explosion aura des conséquences d’autant plus graves sur notre économie et notre niveau de vie que la France n’aura pas su l’anticiper et sortir de l’euro à temps.

                  La connivence objective entre les dirigeants des grands médias et ceux des autres partis politiques pour écarter tout débat national sur l’avenir de l’euro et pour tenir les Français dans l’ignorance de ce qui se passe vraiment s’apparente à non-assistance à peuple en danger.

                  François Asselineau
                  6 janvier 2018


                  https://www.upr.fr/actualite/france/euro-pendant-grands-medias-partis-politiques-sauf-lupr-gardent-silence-situation-continue-dempirer



                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 juin 2018 18:54

                    @belin

                    Et oui, appliquer la même monnaie à des pays qui ont des économies différentes est une grave erreur ! Au lieu de rapprocher les économies, elles divergent de plus en plus, au lieu de protéger, l’ euro fragilise ces économies.

                    Heureusement « il y a une vie après l’ euro », sous réserve que les politiques et les euro-nouilles cessent de faire peur aux Français.


                  • Eric F Eric F 21 juin 2018 10:18

                    @Ar zen

                    Curieusement en effet, sauf exception, ni les économistes classiques ni la presse économique ne mettent cet aspect en exergue, au point où on peut se demander s’il s’agit d’un problème tangible ou d’un simple « jeu d’écriture ». Car enfin, ce devrait alors être l’Allemagne qui demande à sortir de l’euro (il est vrai que certains économistes allemands ont exprimé leur inquiétude) .
                    Par ailleurs la BCE fait marcher la planche à billets par le rachat de dettes publiques aux banques privées, ce qui ferait chuter une monnaie nationale comme la lire ou le franc, alors que c’est quasiment sans effet sur le cours de l’euro. Bref, tout cela ne suit pas les scénarios monétaires habituels.

                  • UnLorrain 20 juin 2018 13:43

                    @ Alfred Hitchcoke..ou Arzen

                    Tous les anarchistes ne sont pas des buteurs ou rotisseurs style Baader ou Bonnot. Moi j’en verrais bien tendance anarque ou a-crates des superviseurs pour dire simple. L’euronouillerie le billet avec,le nivellement par le bas,ça coince fatalement.


                    • Clocel Clocel 20 juin 2018 14:36
                      Quel mépris sur ces couvertures de magazine !

                      On sent que la race supérieure a repris de la superbe, il n’y a plus que les français pour se pisser sur leurs plaies historiques...

                      • L'enfoiré L’enfoiré 20 juin 2018 16:54
                        @Clocelit
                        Je l’ai toujours dit « Pauvres français »  smiley

                      • aimable 20 juin 2018 17:29

                        @Clocel

                        c’est cela qui la rend supérieur c’est que du passé elle a fait table rase depuis presque la fin de la guerre .
                        elle a commencé par pansé ses plaies puis elle repris sa marche en avant , elle a changé de tactique en menant cette fois une guerre économique , tout en encourageant les autres a se souvenir pour pouvoir manœuvrer en douce .

                      • Fergus Fergus 20 juin 2018 17:31

                        Bonjour, Clocel

                        Je ne crois pas qu’il faille voir là du mépris des Allemands pour les Italiens, mais l’illustration de l’application des professions de foi de la Ligue du Nord et de 5 étoiles telles avaient été promues durant la campagne avant la coalition. Je n’ai pas les dates de ces couvertures, mais je suis prêt à parier qu’elles datent de la période où s’est formée cette coalition de gouvernement.

                        Or, depuis, les deux composantes de cette coalition ont très largement fait machine arrière sur l’appartenance à l’UE, et même sur l’Euro qu’il n’est plus question d’abandonner.


                      • Jason Jason 20 juin 2018 18:31

                        @aimable


                        Dommage que vous soyez si mal renseigné.

                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 juin 2018 19:21
                        @Fergus

                        Merkel a mis du temps à répondre à Macron, mais ce qu’elle propose est loin du Plan de Macron !

                        En Italie, effectivement le Président a imposé la ligne européiste, mais en Allemagne, dans les sphères dirigeantes, on demande le rejet du Plan Macron et que la sortie de l’ euro soit dans les Traités. « 154 professeurs d’économie allemands demande une sortie ordonnée de l’ euro dans les Traités » .




                      • Jason Jason 20 juin 2018 18:30

                        « L’UE et l’euro sont morts, ne reste plus qu’à constater le décès ». Mais le cadavre risque d’empester l’air pendant longtemps.


                        Certains aiment jouer à se faire peur.

                        L’Union Européenne étant en grande partie imaginaire, ce sont donc des fantasmes qui risquent de disparaître. Car, à part la monnaie, le reste ne suit pas.

                        Si l’Euro disparaît, ni vous ni moi n’y pourront rien, et on ne nous demandera pas notre avis.

                        Par contre, les dégâts économiques, s’il y en a, seront payés par les populations, avec un bon coup de gourdin sur les plus pauvres.

                        De plus, comme on l’a vu dans les crises bancaires, on ne nous préviendra pas à l’avance (crainte du « bank run » ou assaut vers les liquidités).

                        J’ajouterai que j’attends de voir la tête des créanciers des pays endettés quand les défauts de paiement se succéderont.

                        Je suis donc très optimiste dans l’attente du spectacle. Je deviendrai un émigré économique.

                        P.S. Prévenez-moi quand je dois commencer à planter des patates.

                        • Fergus Fergus 20 juin 2018 18:56

                          Bonjour, Jason

                          Beaucoup d’observations de bon sens dans votre commentaire !


                        • DACH 20 juin 2018 18:43

                          Toutes les avancées politiques européennes se sont réalisées dans et par des crises. Cela se perpétue. Donc la fin de l’Ue et de l’Euro n’est par demain. Le souhaiter ou le prédire relève d’une incompétence et d’un fantasme pour gogos. Mais tout ce qui ne va pas s’avère loin des solutions souhaitables.


                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 juin 2018 19:03

                            @DACH

                            Nous sommes passés avec Trump dans une autre dimension, celle du début de la fin de la mondialisation qui ne fait les affaires que des multinationales...

                            L’Union européenne n’est rien d’autre qu’un grand marché, on a donné la primauté à l’économie, on est en train de découvrir que la primauté va au pouvoir politique souverain.

                            " Le véritable pouvoir est le pouvoir régalien. Encore faut-il avoir le courage, la volonté et l’indépendance de l’exercer pour le bien des nations et des peuples."

                          • jesuisdesordonne jesuisdesordonne 22 juin 2018 02:41

                            @Fifi Brind_acier

                            Fifi, ça m’arrive rarement, mais je ne suis pas complètement convaincu par votre post et encore moins par l’analyse de Charles SANNAT.

                            Je crains que la primauté n’aille pas aussi facilement au pouvoir politique et que l’économie ne soit pas que de l’intendance.
                            Comme souvent dans l’histoire, les peuples ont à subir les conséquences des soubresauts du capitalisme.

                            Nous assistons à une guerre économique entre deux modèles capitalistes qui sous-tendent beaucoup de pouvoirs médiatiques et politiques.
                            Cette guerre résulte d’un changement d’équilibre des forces. Nous assistons à une opposition entre les multinationales non géolocalisées, de plus en plus grandes et de moins en moins nombreuses d’une part, hostiles à TRUMP et des capitalistes moins gargantuesques, plus nombreux et localisés nationalement : les soutiens à TRUMP.
                            Il me semble que les USA ont abandonné leur lutte contre les monopoles depuis longtemps.
                            Le libéralisme sans frontières, c’est à dire la liberté de circulation des capitaux, (visiblement ceux qui ont imposé ce concept ne s’intéressaient qu’à leurs capitaux et pas aux gens), le libéralisme, disais-je, version libertarienne, la bagarre sans règles, profite aux plus forts.
                            Donc si TRUMP et ses soutiens veulent se protéger avec des taxes c’est qu’ils ont acté qu’ils ne sont plus les plus forts face au reste du monde. Et ça, c’est plutôt une bonne nouvelle. Ceci nous laisse espérer que les tenants d’une troisième guerre mondiale, voyant leurs bases militaires de par le monde comme un moyen de reprendre le leadership, comme si c’était un simple retour sur investissement légitime, restent sur la touche.
                            On nous dit que les actionnaires des grandes multinationales, qui pourtant ils possèdent les médias, n’ont pas réussi à imposer CLINTON.
                            C’est oublier que certains capitalistes soutiennent TRUMP comme d’autres le Brexit et qu’ils sont donc pour une relocalisation d’une économie protégée nationalement.
                            Les profits des multinationales qui devaient monter toujours plus haut jusqu’au ciel en exploitant toujours plus les travailleurs d’une planète à piller toujours plus intensément sont maintenant situés dans une bulle de richesses virtuelles qui risque d’imploser à tout moment.
                            Etre bon gestionnaire passe donc par la prudence et par un retour au moins partiel à l’économie réelle, géolocalisée, qu’il convient évidemment de protéger.
                            La démondialisation passe peut-être par la déprofitation de Charles SANNAT pour les toujours plus riches de moins en moins nombreux. C’est cependant la seule voie raisonnable et l’UPR qui laboure le terrain économique trouvera forcément une oreille attentive auprès des riches, puisque c’est leur intérêt.
                            Après, il nous restera à nous autres prolétaires, à constater que nous n’avons pas besoin d’eux pour gérer notre propre production… mais ça c’est une autre histoire car la primauté ne va pas aussi facilement qu’on croit au pouvoir politique …


                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 juin 2018 06:33

                            @jesuisdesordonne

                            C’est sûr que Trump attaque plus facilement la Chine ou l’ Europe, qu’il ne s’attaque à ceux qui ont organisé la mondialisation...
                            Article intéressant sur la question :

                          • jesuisdesordonne jesuisdesordonne 22 juin 2018 12:28

                             @Fifi Brind_acier
                            Merci Fifi pour ce lien vers un article d’opposant à TRUMP.
                            Ses arguments ne me semblent pas toujours convaincants sur tout.
                            Il présente les taxes douanières de TRUMP comme une mesure globale qui ne serait pas appliquée intelligemment pour protéger tel secteur où les USA peuvent être compétitifs et pour importer dans un autre.
                            La critique des défauts vaut-elle de jeter la cuirasse ?
                            Sinon son argumentation est incantatoire quand il dit (« La meilleure solution est de produire plus de marchandises américaines que le reste du monde achètera volontiers sans coercition. ») puisque les technologiques, dans un monde de plus en plus global, circulent également librement.
                            Les avantages compétitifs des industries ne sont pas que des choix idéologiques qui dépendraient uniquement du bon vouloir des entrepreneurs. Ils reposent notamment sur
                            1) une monnaie pas plus forte que la concurrence supporte,
                            2) des aides publiques aux entreprises (plus ou moins directes et avouées via les infrastructures, l’éducation, des facilités financières ou d’approvisionnement, ou un lobbying commercial d’Etat etc...) c’est à dire une solidarité et une redistribution des richesses qui vaut aussi pour les entreprises et pas seulement pour les peuples....
                            3) d’un marché intérieur solide avec des citoyens et des entrepreneurs qui ont des préférences nationales.
                            Par exemple l’Allemagne, qui est forte sur les points 2 et 3, a montré qu’une aide anodine pluri-décennale sur son marché du bois, par exemple, lui a permis d’avoir une industrie plus prospère que la France.
                            Chris Kanthan veut vendre son livre. Bon très bien. En attendant si des américains eux-mêmes nous expliquent qu’ils n’ont plus confiance, ni dans leur stratégie commerciale, ni dans leur monnaie, les beaux jours du dollar sont peut-être crépusculaires... Quant à leur modèle social, merci bien.


                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 juin 2018 20:20

                            De toutes façons, avec Uranus qui rentre dans le signe symbolique de l’Europe et de l’argent : Le TAU reau (maison 2, l’argent), cela va swinguer dans le terroir et les bourse, deux légendes se partagent l’origine d’Europe. La grecque : https://mythologica.fr/grec/europe.htm et la phénicienne.https://fr.wikipedia.org/wiki/Europe_fille_d’Ag%C3%A9nor


                            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 juin 2018 20:23

                              Eliminée de « Proléraire de fer ». Sait-il seulement qu’un cabaliste s’appelait : Melanchton ?.https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_M%C3%A9lanchthon


                              • JC_Lavau JC_Lavau 20 juin 2018 20:27

                                @Mélusine etc.

                                On peut le comprendre : tu es tellement envahissante et chiante...

                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 juin 2018 20:32

                                @JC_Lavau


                                Si je suis chiante, je vous conseille d’aller vous laver à Lavaux-Sainte-ANNE. Je ne me plains pas du tout d’avoir été éjectée. C’est le but. Vous avez ainsi une idée de ce que sera un retour au communisme : FERME TA GUEULE.

                              • JC_Lavau JC_Lavau 20 juin 2018 20:38

                                @Mélusine etc. On peut passer aux votes :

                                La rombière envahissante est-elle chiante ?
                                Oui ?
                                Non ?

                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 juin 2018 20:41

                                @JC_Lavau


                                rassurez-vous, pas de besoin de passer au vote. On me ferme le clapet,...On a parfaitement saisi votre problème avec les femmes...

                              • Jason Jason 20 juin 2018 20:52

                                @Mélusine ou la Robe de Saphir.


                                Vous connaissez le mot de Sacha Guitry. Les femmes ? Je suis contre, tout contre.
                                Et, le problème avec les femmes, c’est qu’il faut leur parler avant, et après.
                                Autre époque.

                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 juin 2018 21:00

                                @Jason

                                Jason, sachez que les hommes qui m’ont aimée appréciaient surtout nos échanges. Ils devaient et sont probablement en avance sur les nombreux homo sapiens présents sur ce Site.

                              • JC_Lavau JC_Lavau 20 juin 2018 23:10

                                @Mélusine etc. Rappel de l’actualité sur le front de la guerre sexiste :
                                http://www.petitefeuille.net/t26336-au-royaume-uni-les-femmes-enragent-contre-les-hommes-portant-des-sandales-pieds-nus
                                 
                                https://fr.sputniknews.com/societe/201804231036063438-sandales-pieds-ete/
                                 
                                http://www.slate.fr/story/41825/chaussures-ete-homme-pied-moches

                                Aucun effort ne sera négligé pour faire comprendre aux hommes qu’ils sont de trop, puisqu’ils ne sont même pas lesbiennes.


                              • BA 20 juin 2018 21:00

                                Bruno Le Maire : « L’Europe est dans un processus de décomposition. »


                                Sur l’Europe, Bruno Le Maire dresse un constat alarmant.


                                Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, était l’invité de BFM TV mardi 19 juin.


                                « L’Europe est dans un processus de décomposition sous nos yeux », s’est alarmé le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, sur BFM TV.


                                Et de pointer du doigt « les Etats qui se replient sur eux-mêmes ». Selon lui, la question migratoire ou celle du risque financier, notamment, « ne peuvent avoir de solutions que européennes ».


                                https://www.lopinion.fr/video/phrase/l-europe-bruno-maire-dresse-constat-alarmant-154052



                                • Tom France Tom France 20 juin 2018 21:11

                                  Le monde a existé bien avant l’ue, l’euro et bien d’autres instances mondialistes et continuera d’exister bien après, contrairement à ce que disent les globalistes et leurs peurs enfantines irraisonnées ! Reste à savoir quand la BCE mettra fin à sa planche à billet de fausse monnaie pour faire exploser l’euro et toute les banques européennes.


                                  • Le421 Le421 21 juin 2018 08:21
                                    Perso, jouer les jocrisse, c’est pas mon fort.
                                    Par contre, les « ceusses » qui ont bossé sur le TCE en 2005 avaient parfaitement prévues les conséquences de son acceptation.
                                    On a dit « non », mais Sarko et Merkel ont dit « oui ».
                                    Et le bordel a progressé petit à petit.
                                    Avec le résultat que l’on devine.
                                    L’immigration n’est qu’une facette du problème. Avec le ventre bien rempli et un boulot régulier, on pense beaucoup moins à chercher des responsables à tout.
                                    Or, cette Europe a tout fait pour opposer ses citoyens les uns aux autres. Sur les ressources, sur la fiscalité, sur les conditions de vie, sur le social et j’en passe.
                                    La jalousie et la haine se sont installées, petit à petit, insidieusement.
                                    Vous pensez que l’Italie va régler ses problèmes parce qu’elle va virer manu militari une poignée de Roms ? Franchement !!

                                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 juin 2018 10:01
                                      @Le421
                                      Diviser pour mieux régner, vous avez raison, mais les responsables ne sont pas là où vous les désignez. Ils sont dans les politiques qui font croire qu’on peut changer les Traités, ou qu’on peut désobéir, sans sortir de l’ UE & de l’euro, dont la France Insoumise.

                                      Vous avez regardé la déclaration d’Étienne Chouard qui s’adresse aux adeptes « d’Une Autre Europe » ? Vous rendez les Français responsables, alors que c’est la Gauche dans son ensemble qui refuse de sortir de l’ UE et qui nous bloque dans cette dictature.

                                      Quand on lit les Traités européens, on comprend que l’ UE n’est pas réformable. C’est ce que l’ UPR explique depuis bientôt 12 ans. Vidéo de 5 minutes dans laquelle Chouard décrit bien ce qui nous attend : si nous faisons confiance à ceux qui veulent rester dans l’ UE à tout prix, ce qui nous attend, c’est la même chose que la Grèce. 

                                    • Legestr glaz Ar zen 21 juin 2018 11:16

                                      Et pour ceux qui voudraient en savoir davantage sur la mort annoncée de l’euro, voici, fraichement sortie, une analyse du « spécialiste » de la monnaie euro, Vincent Brousseau, en charge des questions monétaires à l’UPR. Existe t-il d’autres spécialistes de l’euro de son niveau en France ? Sans doute pas. 


                                      Vincent Brousseau explique avec beaucoup de pédagogie un sujet compliqué et probablement habituellement rébarbatif. En 25mn chrono il évoque la mort future de l’euro et donne toutes les explications. Les lecteurs ne pourront plus dire qu’ils ne savaient pas.


                                      • Legestr glaz Ar zen 21 juin 2018 13:28

                                        @belin

                                        Effectivement ce sont les petites gens et les classes moyennes qui vont payer l’addition, qui vont passer à la caisse. 

                                        Faîtes le stock de bois de chauffage, si vous le pouvez, si vous avez cette chance d’avoir une cheminée. La dégringolade vécu en Grèce attend la France qui suit très exactement le chemin de la Grèce à la demande de l’UE : mise en vente des ports et aéroports, des bijoux de famille, des fleurons industriels, des autoroutes. Il faut tout privatiser parce que les puissances de l’argent veulent toujours et encore placer leur pognon dans ce qui rapporte. Il faut « dégager » l’Etat pour prendre sa place, faire de l’argent, aux détriments des dépenses sociales et de l’intérêt commun. Les gens ne comprennent pas la portée de cette UE ordo-libérale et restent figés dans l’espoir « d’une autre Europe ». L’urgence absolue est de se rassembler, quelles que soit nos convictions politiques, pour sortir de l’UE. Sans ce préalable, rien ne sera possible. L’UE a pris la main sur les Etats à travers les traités. Refuser de le voir, de le prendre en considération, c’est passer à côté de la seule et unique solution favorable au peuple. 

                                      • Eric F Eric F 21 juin 2018 19:44

                                        @Ar zen

                                        J’ai écouté avec attention la vidéo de Vincent Brousseau, absolument passionnante, mais il reste un problème qui ne colle pas, c’est le fait que les comptes target avaient été à peu près équilibrés les 5 ou 6 premières années de l’euro (l’orateur indique que ça na été le cas avant la crise des subprimes), or à cette période, les échanges commerciaux étaient pourtant déjà déséquilibrés, les mêmes mécanismes auraient du produire les mêmes effets.
                                        Par ailleurs, l’« impasse » qui a été faite sur la résolution de ces dettes lors de la mise en place du système monétaire européen est totalement inexplicable, comment l’ensemble des économistes ont ils pu passer à côté ? Il y a imbroglio manifeste entre le rôle de la BCE et celui des banques centrales nationales des pays membres (la vidéo explique que ce modèle complexe a été voulu par l’Allemagne, et c’est elle qui s’en trouve pénalisée). Mais est-ce que ces montants « manquent » vraiment à l’économie allemande, ou est-ce que la BCE ne fait finalement pas l’appoint ?

                                      • Eric F Eric F 21 juin 2018 19:59

                                        (suite commentaire sur la vidéo de Vincent Brousseau) Je viens de lire une toute autre explication, les déséquilibres targets n’auraient rien à voir avec des échanges commerciaux, mais une vente par les investisseurs nationaux des obligations italiennes ou espagnoles (etc) vers la BCE, et le re-placement sur des obligations allemandes ou luxembourgeoises.


                                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 juin 2018 06:46
                                        @Eric F
                                        les comptes target avaient été à peu près équilibrés les 5 ou 6 premières années de l’euro

                                        Oui, parce que dans les premières années, 1 euro = 1 dollar, ce n’est plus le cas par la suite.

                                        Si l’ Italie sort de l’ euro avant l’Allemagne, Draghi l’a bien précisé, les créances doivent être réglées en totalité à la Bundesbank, soit 350 milliards d’euros du système Target + 150 milliards de billets = 500 milliards. Où voulez-vous que l’ Italie trouve 500 milliards d’euros ?

                                        Si cette somme n’est pas remboursée, c’est une perte sèche pour la Bundesbank.
                                        La BCE alors se retournera vers les autres Banques centrales, dont la Banque de France, de qui elle exigera une partie de la somme, 125 milliards d’euros. Voilà pourquoi il fallait sortir de l’UE et de l’ euro avant l’ Italie. Cela ne nous aurait coûté que 40 milliards d’euros, et pas 125.

                                        Les créateurs de l’euro ont joué aux apprentis sorciers.


                                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 juin 2018 07:22

                                        @Eric F

                                        Il y a bien un lien indirect entre Target (dettes interbancaires) et les taux d’intérêts. C’est la conséquence du fait qu’il y a autant d’euros que de pays, et que l’euro n’est pas une monnaie unique.

                                        En clair, on ne prête pas aux mêmes taux suivant les pays, car en cas de sortie de l’euro, certaines monnaies comme le mark seront réévaluées, et d’autres comme la Lire ou la Drachme seront fortement dévaluées. Si vous regardez le 3e graphique, vous voyez que l’Allemagne emprunte quasiment à taux 0%, mais qu’en Grèce, les taux peuvent monter à 29%.

                                        Si l’euro était vraiment une monnaie unique, il n’y aurait qu’un seul taux.
                                        L’euro a été créé artificiellement, en décidant un beau matin que toutes les monnaies européennes étaient égales entre elles et valaient un euro. C’est une monnaie commune à la zone euro.

                                        Si c’était une monnaie unique comme le dollar ou le rouble, toutes les pièces et les billets seraient identiques, et l’ Europe serait 1 seul pays, avec 1 seul peuple et 1 seule économie, ce qui n’est pas le cas. Si vous regardez les pièces que vous avez, elles viennent de toutes la banques centrales de la zone euro, les billets aussi se différencient par une lettre en majuscule.

                                        Comme toutes les monnaies plurinationales, l’euro finira par disparaître, en ayant provoqué des dégâts considérables.


                                      • Legestr glaz Ar zen 22 juin 2018 08:32

                                        @Eric F

                                        L’explication des comptes Target est assez simple.

                                        Pour la démonstration, admettez que vous soyez un riche homme d’affaire italien. Vous avez en banque, en Italie, une somme bien rondelette. Mais, puisque visiblement l’économie italienne est en difficulté, vous vous dites que votre argent serait en sécurité dans une banque allemande dont l’économie se porte bien. Puisque le transfert des capitaux est tout à fait libre au sein de la zone euro, vous transférez tout votre argent dans une banque allemande, bien à l’abri. En cas de coup dur, en cas de fin de l’euro, votre argent sera transformé en Deutsche Mark. Dans l’intervalle, l’Italie revenu à la Lire, verra sa monnaie dévaluée par rapport au Deutsche Mark. Ce sera tout bénéfice pour vous. 

                                        Il ne s’agit donc que d’une question de confiance dans l’économie de votre pays. Des sommes massives d’argent italien se sont réfugiées en Allemagne. De ce fait, la banque d’Italie à des dettes envers la banque d’Allemagne puisque les transferts passent de banque centrale à banque centrale. Cette dette de la banque centrale d’Italie envers la banque centrale allemande n’est pas en lien avec des échanges commerciaux, comme vous l’avez souligné. On assiste à une fuite terrible des capitaux italiens vers l’Allemagne. La confiance n’y est plus du tout ! Ce qui veut dire que les puissances de l’argent subodorent la fin de l’euro, tout simplement, sinon il n’y aurait pas ces mouvements d’une ampleur phénoménale. 

                                      • Jason Jason 22 juin 2018 09:44

                                        @Fifi Brind_acier 


                                        Bonjour,

                                        Vous dites : « Si l’euro était vraiment une monnaie unique, il n’y aurait qu’un seul taux. »

                                        Il y a quelque chose que je ne comprends pas dans votre raisonnement.

                                        Vous dites que l’Euro n’est pas une monnaie unique parce qu’il existe différents taux d’emprunts selon les pays. Mais ces taux sont établis à partir des risques (lesquel et selon quels critères ?) encourus par le créancier, c’est le comportement « normal » de tout prêteur.

                                        Dans cette situation classique je prendrai les cas de deux emprunteurs différents, dans un même pays et avec une même monnaie. Suivant la situation financière, ou personnelle et familiale, ou le bilan d’une société, etc. les taux des emprunts vont varier. Si j’emprunte X € à Lille à 1% et que monsieur Dupont emprunte la même somme à 2% à Perpignan parce que sa situation financière est différente, les taux sont différents, mais la monnaie reste la même.

                                        Donc, je ne vois pas en quoi les différences de taux d’emprunts au niveau de plusieurs pays ne suivraient pas ce raisonnement. Plus de risques, taux plus élevés, même monnaie.

                                      • Legestr glaz Ar zen 22 juin 2018 15:31

                                        @Jason

                                        La taux d’emprunt représente, effectivement, le risque auquel est soumis l’emprunteur. Plus le risque est élevé, plus l’argent est prêté à un taux important. C’est une Lapalissade. 

                                        La capacité à rembourser leurs prêts est donc, visiblement, évaluée d’une manière différente pour chacun des Etats membres. La Grèce emprunte à des taux très élevés et l’Allemagne aux taux les plus bas. Il faut donc considérer que les risques sont grands de voir la Grèce faire défaut, de ne plus pouvoir rembourser ses emprunts. Quid dans ces circonstances ? Dans un pays souverain, la monnaie de ce pays chuterait d’une manière conséquente. En revanche, puisque la Grèce utilise l’euro, il ne peut y avoir de chute. C’est la BCE qui tient les cordons de la bourse. Que ferait la BCE si la Grèce faisait défaut ? La Grèce appartient bien au système européen des banques centrales et à l’eurosystème. Et cet eurosystème a des missions dont la stabilité des prix. Qu’advient-il de cet eurosystème si la Grèce fait défaut alors qu’elle est partie prenante à ce système ? Tout l’édifice s’écroule ! Le risque de prêt d’argent à la Grèce devrait, par conséquent, se reporter sur l’eurosystème. Et pourtant il ne l’est pas. 




                                      • Jason Jason 22 juin 2018 17:10

                                        @Ar zen


                                        Merci pour ces précisions et pour les liens que je vais consulter. Ma première réaction (avant lectures recommandées) serait de dire que si la Grèce avait fait banqueroute, elle aurait dû sortir de l’Euro, à l’invitation pressante de la BCE. Et ainsi l’Euro aurait été sauvé. Et donc loin du cataclysme annoncé.

                                        Bien sûr, tout le monde a poussé des cris d’horreur pour décourager le mauvais exemple. Car un effet de contagion n’était pas à exclure entièrement.

                                        Toutefois, je campe sur mes positions et je dis que les différences de taux n’empêchent pas une monnaie unique. Ce qu’avance Fifi me semble inexact.

                                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 juin 2018 19:02

                                        @Jason



                                        Ce n’est pas une monnaie unique, car elle ne dépend pas d’une seule Banque centrale, comme dans tous les pays du monde.

                                        Les Banques centrales ayant été conservées, « un euro est une « créance sur l’Eurosystème », lequel compte la BCE et 17 banques centrales nationales (BCN). »



                                      • chantecler chantecler 25 juin 2018 08:01

                                        @Fifi Brind_acier

                                        Oui, c’est évident : pour l’instant l’euro grec ,par exemple , sa parité est conservée mais au prix d’une paupérisation de la population, d’une politique d’extrême rigueur pour la population , de la vente de ses actifs (ports aéroport, terrains , bâtiments , iles , sans compter les intérêts d’emprunt pour rembourser les banques , façon FMI ...
                                        L’euro grec in fine, indiqué sur les billets , n’est pas l’euro allemand , pas plus que les autres euros : français , espagnols portugais , italiens et de celui de tous les pays de la zone en grave difficulté .
                                        Que se passera t’il si ces pays quittent l’euro ?
                                        Des sommes astronomiques leur seront demandées .
                                        Qu’elles ne pourront payer vu la faiblesse de leur économie , leurs déficits , leurs endettements, leurs balances commerciales etc, etc ...vu la faiblesse de la monnaie nationale qui sera alors en fonction .
                                        J’ai lu des articles là dessus et peut être même un ou deux sur agx .
                                        L’euro est une monnaie commune certes mais pas du tout unique dans le cadre de l’UE .
                                        Ce n’est pas la monnaie fédérale comme aux USA qui en principe était valable pour chaque pays US.
                                        Où d’ailleurs ça grince car certaine zones riches tentent de reprendre leur autonomie pour ne pas financer le désastre de l’ensemble des USA et de ses zones sinistrées ....

                                      • Eric F Eric F 27 juin 2018 10:36

                                        @Ar zen
                                        on est d’accord que c’est une question de placements venant d’Italie vers des valeurs allemandes, donc cela n’a rien à voir avec la balance commerciale des biens et services. mais des flux purement financiers.


                                      • Eric F Eric F 27 juin 2018 10:43

                                        @Fifi Brind_acier

                                        le qualificatif de monnaie unique versus monnaie commune se pose en effet du fait du système de banques centrales au lieu d’une banque centrale unique (toutefois, elle est unique dans le sens où il n’y a plus de monnaies nationales concurremment, et les billets et pièces émis par les différents pays membres ont la même valeur partout). 
                                        Mais la question des taux d’intérêts différents selon les états emprunteurs n’est pas lié à l’existence de BC nationales, puisque les états empruntent auprès des banques privées, exactement comme le feraient des ménages ou des particuliers.

                                      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 21 juin 2018 18:11

                                        Laurent Herblay 


                                        Rien à voir avec ce que vous dites ! Si vous aviez lu mes articles et si vous les aviez compris vous auriez pu faire une meilleure conclusion. Vous dites bien que «  »L’UE et l’euro sont morts...«  », ce que moi-même j’avais annoncé en 2001, mais la cause ne vient pas de l’Europe mais de « la-bas » ! 

                                        Les français sont orgueilleux et sont les plus bêtes de la Terre, ils sont allergiques à « Mohammed », les autres Européens ont quelque chose de naïf ... Tout le monde avait donc sous-estimé l’intelligence des « Visages Pales » qui de tout temps avaient empêché la deuxième renaissance de la « Vieille Europe » ! 

                                        Voir suite...



                                        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 21 juin 2018 18:12
                                          SUIVI PERMANENT DE L’ACTUALITÉ INTERNATIONALE : https://www.facebook.com/M.A.Madjour

                                          Félicitation monsieur Donald TRUMP, authentique Visage Pale et président des Etats Unis d’Amérique !!!

                                          - Retrait des USA de l’UNESCO parisienne,
                                          - Refus d’adhérer à la Comédie de Hollande sur le climat,
                                          - Enfin retrait des USA de l’orchestre risible de la chanson française périmée des Pieds droits de l’homme !

                                          RAPPEL DE QUELQUE UNS DE MES ARTICLES :





                                          • zygzornifle zygzornifle 22 juin 2018 08:00

                                            Il n’y aurait pas eut d’Europe il n’y aurait pas eut de migration ou très peu car chaque pays aurait sa frontière bien gardée et basta , les pays de l’Europe sont devenus comme une poutre bouffé par les thermites il n’y a plus que de la sciure de patriotisme a l’intérieur elle a tout bouffé et n’est meme pas capable de garder ses frontières et sa propre sécurité intérieure trop occupée a démolir le social .... Vive le populisme qui est la seule arme des pauvres et des déshérités , l’Europe est comme une vache crevée au bord de la route qui file sa nécrose a tout ceux qui s’approchent ....


                                            • Eric F Eric F 28 juin 2018 10:37

                                              @zygzornifle
                                              c’est factuellement exact : l’ouverture des frontières intérieures de l’UE dans le cadre du « marché unique » visait bien évidemment à faciliter les mouvements des citoyens de l’UE, mais les portes étant ouvertes, c’était bien évidemment un effet d’opportunité pour ceux qui souhaitent entrer depuis l’extérieur. Un peu comme un lotissement où chacun laisse sa porte ouverte pour que les voisins puissent emprunter l’échelle ou la tondeuse en votre absence, mais aujourd’hui, un tel lotissement aurait une enceinte extérieure cadenassée !


                                            • Eric F Eric F 28 juin 2018 10:39

                                              @zygzornifle
                                              Le fait que les questions migratoires sont aujourd’hui la préoccupation exclusive de l’UE montre bien la dérive de cette institution, qui n’a absolument aucune considération pour l’intérêt des citoyens de l’Union.


                                            • malitourne malitourne 29 juin 2018 11:36

                                              Macron aurait pu entrer dans l’histoire s’il était vraiment le garant, le promoteur, le défenseur des intérêts de la Nation :

                                              Mais Macron n’est qu’un factotum...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès