• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Il faut sauver notre école

Il faut sauver notre école

Notre Panoramix BLANQUER pense avoir trouvé la potion magique.

Nous allons faire dans nos classes une dictée par jour pour remettre l'école en ordre de marche.

Bon ! Cela part d'un bon sentiment, mais a-t-il bien analysé les résultats catastrophiques qui sont les nôtres et surtout les raisons pour lesquelles depuis plus de 30 ans notre école part à vau-l'eau. Le bateau éducation nationale prend l'eau et on va écoper à la petite cuillère.

 

 

Nous sommes aussi derniers en Maths en Europe. La situation actuelle est catastrophique : nous sommes derniers en maths en Europe au classement TIMS qui mesure les performances des écoliers de CM1 et la déroute s’accentue encore au lycée et au collège.

Cette mesure concernant les dictées, est comme d'autres mesures à prendre, nécessaire, mais elle ne sera efficace que si l'on règle d'abord les problèmes qui font de nos écoles des lieux inadaptés à la transmission du savoir.

Il faut faire une distinction au départ entre ce qui dépend de l'école et ce qui dépend du milieu familial..

 

Ce qui dépend du milieu familial, les valeurs essentielles.

La politesse, l'honnêteté, ne pas mentir, la ponctualité, la correction, un langage correct, la solidarité, la tolérance, le respect des parents, des personnes âgées, des institutions, des professeurs, le respect de l'environnement.

 

 

ce qui dépend de l'école

les fondamentaux obligatoires, sans lesquels rien n'est possible.

Apprendre à lire, écrire, compter.

L'histoire (de France en priorité) la géographie, les sciences, les mathématiques, les langues,.

en commençant par une condition sine qua non.

la maîtrise de la langue Française, sans laquelle rien n'est possible.

 

Quand on n'a pas les mots, on a le gestes, souvent gestes de violence.

Quand on n'a que 500 mots pour s'exprimer comme c'est le cas de nombreux enfants alors qu'il en faut au minimum 2.500, le danger est que si par les mots on ne peut exprimer son avis, sa colère, son ressentiment, ou simplement son désaccord, on a les gestes et souvent des gestes violents.

 

55% des Français maîtrisent entre 5.000 et 6.000 mots .

10% n'en maîtrisent que 400 à 500.

 

Cette inégalité commence dès le plus jeune âge.

 

Si 20% des élèves qui rentrent en CP possèdent 1 .200 mots environ,

D'autres n'ont que 200 mots.

Cette inégalité va s'aggravant avec les années, et conduit un grand nombre à l'échec social.

 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2005/03/18/vivre-avec-400-mots_628664_3224.html

 

 

Il faut aussi

rétablir la discipline sans laquelle la transmission du savoir ne peut s'exercer.

Il faut que l'école redevienne un sanctuaire. Contrôler les entrés et sorties, comme cela se faisait autrefois.L'école n'est ni un moulin, ni une gare.

les professeurs ne sont pas là pour jouer les policiers, ils n'en ont ni la vocation, ni les moyens, ni l'autorité.

Si la discipline pose des problèmes, il faut comme cela est expérimenté en ce moment à Nice rattacher un policier à l'établissement.

Il ne faut pas hésiter à étendre cette mesure à tous les établissements réputés difficiles.

Quand un professeur a un problème avec un élève, au lieu de tergiverser et de se faire rouer de coups par une rebelle à qui elle a confisqué son portable, comme cela a été le cas récemment, on fait venir le policier rattaché à l'établissement pour qu'il s'occupe du trublion violent.

 

Mais on ne doit pas s’arrêter là, le policier doit convoquer les parents et leur rappeler leur devoir d'éducation, les avertir qu'en cas de récidive ils seront responsabilisés et les aides à l'éducation qu'ils reçoivent pourront être suspendues.

 

Si l'on tombe sur des parents qui sont incapables d'assurer l'éducation de leur enfant ce qui arrive parfois, ou sur des enfants présentant des difficultés particulières, alors il faut se substituer à l'autorité parentale, ouvrir des centres pluridisciplinaires, avec un personnel formé et qualifié.

Des centres qui prennent en charge l'éducation de ces cas asociaux jusqu'à leur majorité, et si c'est possible pourront les reconfier aux parents, quand ils seront jugés responsabilisés et sociabilisés.

On ne peut garder dans le cursus normal, des jeunes violents envers leurs camarades et leurs professeurs, des perturbateurs qui empêchent toute une classe de travailler.

 

Il faut aussi

Surveiller les dérives comportementales.

Les élèves n'ont pas à décider des matières qu'il veulent ou se refusent à étudier, pour des raisons obscures et inacceptables.

Des sanctions disciplinaires exemplaires sont nécessaires.

L’absentéisme qui est en hausse notoire ne doit plus être toléré.

https://www.lexpress.fr/education/absenteisme-scolaire_1764766.html

 

Le radicalisme doit être éradiqué de l'école, les convictions politiques ou religieuses n'ont pas droit de cité dans nos écoles et ne doivent pas être revendiquées par les élèves en classe et donner lieu à des actes de violence.

https://www.20minutes.fr/marseille/2123347-20170829-derives-religieuses-ecole-ancien-principal-colleges-marseillais-tire-sonnette-alarme

 

Alors après la réalisation de ces mesures, une fois que l'on aura réglé tous ces problèmes, on pourra espèrer instaurer une école de qualité, avec des dictées journalières bien sûr, qui sont indispensables, avec des enseignements de langues vivantes et mortes comme le latin et le Grec, et relever notre niveau.en mathématiques.

Nous sombrons années après années, dans une société ou l'illettrisme et l'inculture ne sont pas suffisament combattus..

Entre 2001 et 2016, les résultats de la France ont suivi une courbe obstinément déclinante, avec pas moins de 14 points perdus.

Seules la Belgique francophone et Malte font pire que nous en Europe.

 

 

Mais il ne faut pas mettre la charrue avant les bœuf, ce que prétend faire notre ministre Blanquer.

Sinon, nos établissements scolaires vont continuer à s'enfoncer dans le médiocrité et la violence et il ne restera qu'une élite, financière surtout, qui fréquentera des écoles privées de qualité et continuera à briguer les postes à haute responsabilité et à prendre les commandes de la nation.

L'inégalité devant le savoir et le pouvoir n'a jamais été aussi grande.

L'accès aux grandes écoles est de plus en plus réservé à certains milieux sociaux. Si quelques progrès avaient été faits dans les années1970, il y a eu blocage puis recul depuis.

Il faut faire vite et fort pour sauver notre école. Espérons qu"il est encore temps.

http://lemonde-emploi.blog.lemonde.fr/2011/11/30/lacces-au-etudes-superieures-de-plus-en-plus-inegalitaire-et-rentable/

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.41/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

140 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 13 février 10:23

    « Infantiliser les Français pour mieux les manipuler » voilà la devise de notre pourriture politicarde.


    • moderatus moderatus 13 février 11:43

      @troletbuse

      « Infantiliser les Français pour mieux les manipuler » voilà la devise de notre pourriture politicarde.

      c’est sur que si on ne leur pas d’accéder au savoir et à la culture, , on va les infantiliser ,et m
      les maintenir dans la médiocrité


    • Christ Roi Christ Roi 13 février 18:34

      Article après article, l’auteur prône le sacro-saint ultralibéralisme moderniste qu’il vénère. Et maintenant il a des larmes de crocodile quand il voit le désastre culturel que cela crée. Pouah ! smiley


    • moderatus moderatus 13 février 18:55

      @Christ Roi

      toujours hors sujet et dans l’attaque ad personam.

      Si c’est pour joindre l’inutile au désagréable je vous conseille d’aller porter vos niaiseries ailleurs et de ne pas intervenir sur mes articles.


    • Christ Roi Christ Roi 13 février 21:56

      @moderatus
      Comme les autres fois, vous pouvez encore me censurer comme votre nom le réclame ardemment. smiley


    • Marc Filterman Marc Filterman 14 février 03:16

      @moderatus
      Bonsoir Moderatus
      Des français top instruit représententt une menace pour nos politiques, si tous les français commencent à de venir intelligent, ils risques de se faire virer.
      C’est comme le CSA qui intervenu contre les chaines TNT 23 et 24 qui dffusaient des émissions sur les ovnis, mais aussi surtout des émissions scientifiques. Or du jour au lendemain, elles ont dégagées, y compris les documentaires scientifiques ou sur le climat. Par contre le CSA ne dit rien contre télé merde, avec de la téléréalité qui occupe au moins 3 chaînes, la 11 et 12 et aussi une autre chaine, je ne sais plus laquelle.


    • moderatus moderatus 14 février 08:51

      @Christ Roi

      Le Christ Roi cherche la crucifiction ?

      Qittez vos postures absurdes.


    • Dzan 14 février 09:14

      @Marc Filterman
      @moderatus
      Bonsoir Moderatus
      Des français trop instruits représentent une menace pour nos politiques, si tous les français commencent à de venir intelligent, ils risques de se faire virer.
      C’est comme le CSA qui intervenu contre les chaines TNT 23 et 24 qui dffusaient des émissions sur les ovnis, mais aussi surtout des émissions scientifiques. Or du jour au lendemain, elles ont dégagées, y compris les documentaires scientifiques ou sur le climat. Par contre le CSA ne dit rien contre télé merde, avec de la téléréalité qui occupe au moins 3 chaînes, la 11 et 12 et aussi une autre chaine, je ne sais plus laquelle.

      4 fautes grosses comme des autobus. Elève Fitterman z’aurez zéro.


    • moderatus moderatus 14 février 09:49

      @Marc Filterman

      C’est comme le CSA qui intervenu contre les chaines TNT 23 et 24 qui dffusaient des émissions sur les ovnis, mais aussi surtout des émissions scientifiques. Or du jour au lendemain, elles ont dégagées, y compris les documentaires scientifiques ou sur le climat. Par contre le CSA ne dit rien contre télé merde,

      Bonsoir Marc ,nous avons le même regard sur notre idiovisuel télé réalité, émissions débiles ou journaux télévisés univoques.

      des émission qui enrichissaient la connaissance, ont été balayées au profit de la téléréalité.

      Nous somme revenus au thème ancien « panem et circences »

      Mais là je crois que nous avons atteint la cote d’alerte rouge.

      Avec internet on ne peut nous cacher que nous somme dans les derniers dans beaucoup de domaine , et surtout dans le système éducatif.
      L’implosion de notre société inégalitaire est proche si on ne fait pas vite le nécessaire pour inverser la vapeur.

       


    • JC_Lavau JC_Lavau 14 février 10:37

      @moderatus :« documentaires scientifiques ou sur le climat », en ce sens qu’ils propagandaient le canular carbocentriste ? Sinon bien sûr, ils n’auraient jamais été autorisées.

      Dans toutes les revues de vulgarisation scientifique en langue française, au moins un article par mois est consacré à propagander « réchauffement climatique », bien sûr miraculeusement médié par le méchant dioxyde de carbone. Ils vous prennent pour des ignares, et là leur prédiction a un succès certain.


    • nemuyoake nemuyoake 13 février 10:35

      Comment faire lorsque la famille n’éduque pas correctement leurs gamins ? Apparemment, vous pensez les mettre en centres fermés (? ?) où des éducateurs (?) ou enseignants (?) s’occuperaient d’eux ? Donc, il y aurait 2 écoles, une pour les élèves « normaux » et une pour les « cas sociaux » à rééduquer ? Ne pensez-vous pas que niveau collège, c’est déjà trop tard ? Ou alors vous envisagez ce système dès l’école élémentaire ?

      Vous pouvez préciser votre pensée ? Merci.


      • moderatus moderatus 13 février 11:48

        @nemuyoake

        Ne pensez-vous pas que niveau collège, c’est déjà trop tard ? Ou alors vous envisagez ce système dès l’école élémentaire ?

        Au,niveau de l’école élémentaire , il faut
        que les parents fassent leur travail., et l’école le sien, c’est à dire donner absolument les fondamentaux , lire écrire , compter.

        Ensuite pour les collégiens , il y avait autrefois des maisons de correction ,mais qui étaient accès uniquement sur la discipline,
        il faudrait ouvrir des établissements pluridisciplinaires avec des intervenants compétents pour s’occuper des cas différents , les violents, les asociaux , les radicalisés aussi, ceux qui sont en absentéisme répétitif.

        on ne peut laisser ces éléments dans un circuit normal.


      • nemuyoake nemuyoake 13 février 12:04

        @moderatus
        Merci pr la précision mais concernant les écoliers, certains d’entre eux sont déjà d’un niveau exceptionnel de violence etc, et pas mal d’entre eux sont mal élevés et refusent les enseignements, les parents ne faisant pas leur travail d’éducation. Que pensez-vous qu’il faille faire dans leur cas ?

        Si les parents n’éduquent pas quoi qu’il arrive (suppression allocations ou autre), que faut-il faire ?Qui va s’occuper de les éduquer ? (c’est une vraie question)


      • moderatus moderatus 13 février 12:35

        @nemuyoake

        Si les parents n’éduquent pas quoi qu’il arrive (suppression allocations ou autre), que faut-il faire ?Qui va s’occuper de les éduquer ? (c’est une vraie question)

        c’est une vrai question ! et il faut la poser.

        Je vous dirai qu’il faut sensibiliser les parents de toutes les manières possibles, et que si certains n’arrivent pas à collaborer et progresser, il faut que la société prenne en charge ces enfants, quand on peut encore les modeler, plus tard ce la sera beaucoup plus difficile et beaucoup plus couteux, et on aura sacrifié pas mal de jeunes .

        Tout a un prix, mais prendre le mal à la racine est toujours préférable.


      • nemuyoake nemuyoake 13 février 12:45

        @moderatus
        Je vais peut-être jeter un pavé dans la mare, mais dans le pays où j’enseigne, le Japon, ce sont les enseignants qui éduquent les élèves (si les parents ne le font pas).

        Les enseignants japonais ont un bien meilleur salaire (presque 4500 euros de salaire en fin de carrière + 4 mois de primes par an), mais bien moins de vacances (20 jours en plus des jours fériés nationaux) et travaillent plus (au moins 40 h à l’école en semaine, plus les WE pr les plus chevronnés d’entre eux, souvent leur choix, ce que je ne comprends pas personnellement, mais bon...) Les gens se bousculent pour devenir enseignants en province, beaucoup moins dans les grandes métropoles car le salaire est considéré trop faible.

        Qu’en pensez-vous ? Déjà sur le principe que ce soit les enseignants qui éduquent leur élèves si besoin.


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 13 février 13:06

        @nemuyoake
        Qu’en pensez-vous ? Déjà sur le principe que ce soit les enseignants qui éduquent leur élèves si besoin.

        Emmanuel Todd vous dirait que c’est sans doute valable pour une société « holiste » comme le Japon, mais difficilement concevable dans une société individualiste comme la nôtre (du moins la France du bassin parisien et de la méditerranée smiley )


      • nemuyoake nemuyoake 13 février 13:14

        @Olivier Perriet
        Le type de société est différente, c’est certain.


      • moderatus moderatus 13 février 13:53

        @nemuyoake

         Vous soulevez plusieurs problèmes tout à fait cruciaux.

        Les enseignants japonais ont un bien meilleur salaire (presque 4500 euros de salaire en fin de carrière

        Il est certain , que les professeurs en france n’ont pas un salaire en rapport avec leur travail et leur responsabilité envers l’avenir de nos enfants , responsabilité énorme.

        Qu’en pensez-vous ? Déjà sur le principe que ce soit les enseignants qui éduquent leur élèves si besoin.

        L’éducation fait aussi partie du travail des enseignants , mais comme complément , elle ne peut se substituer au travail essentiel des parents .


      • Dzan 14 février 09:18

        @nemuyoake
        Le Japon et la Corée du Sud ont en commun le suicide comme première cause de mortalité dans la tranche d’âge des 15-34 ans,


      • Très bon article, comme toujours avec Moderatus. Hélas, ce sont les plus pauvres qui font des enfants en quantité, foire aux allocations oblige... De plus, ceux qui ont de l’argent vont vers le privé. Pour le niveau en maths, il faudrait déjà recruter des profs en la matière, mais il y a pénurie de candidats... Et ce n’est pas la baisse des salaires de janvier 2018 qui arrangera les choses ! 


        • moderatus moderatus 13 février 11:54

          @France Républicaine et Souverainiste

          Pour le niveau en maths, il faudrait déjà recruter des profs en la matière, mais il y a pénurie de candidats...

          Exact, nous manquons de professeurs en mathématiques. Les profs ont plutot une formation littéraire.

          Le ministre Villani
          propose un plan avec formation des profs et changement du processus d’enseignement,
          faire aimer les maths.

          Déjà le mot de faire aimer me désole, en faire ressentir la nécessité oui.
          Ce n’est pas un pot de confiture.

          https://www.ouest-france.fr/education/rapport-villani-faire-aimer-les-maths-equation-delicate-5561145


        • JC_Lavau JC_Lavau 13 février 12:28

          @France Républicaine et Souverainiste. De l’intérieur, j’ai à en ajouter. On fait enseigner des couillonnades impardonnables, par pure inertie, par mépris des métiers et des utilisateurs.

          Je ne détaillerai donc pas plus ici.

        • HELIOS HELIOS 13 février 14:30

          @JC_Lavau


          Désolé, mais quand je lis le 3.2.1 dans le texte du lien que vous nous indiquez je comprends tout de suite que l’école se casse la gueule !


          ... outre le titre, le contenu est absolument insoutenable... question enseignement, mais surtout en termes de sémantiques, et je n’ai pas que 200 mots dans mon dictionnaire.

          Continuons comme cela... 

        • JC_Lavau JC_Lavau 13 février 16:28

          @HELIOS. C’était un mémoire universitaire. Pas un ouvrage de vulgarisation.


        • Dzan 14 février 09:24

          @moderatus
          Que a+b² = a²+2ab+ b², ne m’a ervi à rien.
          Mais dans mon métier des années plus tard, travaillant sur des machines a mesurer tridimensionnelles, la trigonométrie, je le palpais tous les jours.
          L’enseignement de mon époque ( années 50) était très ...abstrait. Nous avions un prof, qui faisait sont cours, sans nous faire aimer les maths.


        • Dzan 14 février 09:24

          @Dzan
          ne m’a servi oeuf corse


        • moderatus moderatus 14 février 09:58

          @Dzan

          Que a+b² = a²+2ab+ b², ne m’a ervi à rien.

          Vous vous trompez , je crois , cela vous a appris à apprendre des choses que vous n’aimiez pas, car l’acquisition des connaissances ne se fait pas toujours dans la facilité.

          La frustration est une des clefs de l’éducation.

          Personnellement je n’avais pas la bosse des Maths, ;, et j’a eu 1 au baccalauréat afin de ne pas être éliminé.
          Mais j’ai eu de périodes où je m’étais réconcilié avec les mathématiques.

           Si vous étiez en classe dans les années 50, vous saviez lire écrire et compter au cours moyen, et c’était cela l’essentiel, qui n’est pas atteint aujourd’hui.


        • JC_Lavau JC_Lavau 14 février 11:24

          @Dzan. Le latin je détestais, il a fini par me servir. Mais c’est vrai que la dernière publication scientifique en latin fut « Theoria residuorum biquadraticorum, Commentatio secunda », de K. F. Gauss, 1828. Alors le latin devint langue morte.


          Appris en seconde, le théorème des arcs capables, ou angles inscrits dans un cercle, n’a jamais cessé de me servir.
          En revanche les faisceaux de cercles de Poncelet ne servent en physique que pour un problème d’électrostatique en dimension 2, qui revient souvent au CAPES.

          Le problème majeur de l’enseignement des maths, est qu’il se fiche des utilisateurs et des utilisations : il a remplacé le latin pour servir à la sélection sociale. Il tourne en rond en circuit fermé.
          L’ergonomie qui était utile aux astronomes des 19e et 18e siècles, à savoir les identificateurs réduits une seule lettre, est un rébus indéchiffrable pour beaucoup de nos élèves, qui décrochent avec le calcul littéral. Pendant quelques funestes années, les BASIC interprétés n’autorisaient que les identificateurs à une ou deux lettres. Le résultat est que personne ne pouvait relire le programme ; tenter le faire progresser faisait tout sauter.

          L’identité remarquable qui t’irrite a été facilement démontrée dès l’antiquité par deux carrés et des rectangles. Elle est la base des développements limités, dont on a un usage permanent. Ils ont notamment servi fin 18e siècle pour calculer les tables indispensables à la navigation astronomique. Ta calculatrice s’en sert pour chaque fonction trigo.

        • bluerage 13 février 10:53

          Vos propositions vont dans le bon sens...

          Mais peut être est il déjà trop tard, comment revenir en arrière avec le cadavre de l’institution scolaire qu’ont laissé les pédagogistes à la Meirieu derrière eux ?


          • moderatus moderatus 13 février 11:59

            @bluerage

            Mais peut être est il déjà trop tard,

            Vous posez la vraie inconnue, mais je crois que si on prend l’ensemble de ces mesures que j’ai citées , en y ajoutant certaines auxquelles je n’ai pas pensé, on devrait arrêter l’écroulement de notre système scolaire et commencer à se redresser.

            seulement il faut arrêter les demi mesures , ,une par ci, une par là ; inutiles, il faut une volonté de fer et un vrai séisme.

            A voir !


          • zygzornifle zygzornifle 13 février 11:06

            ça sert a quoi tout ce bruit autour de l’école ?


            Bientôt avec la robotique et son IA on ne sera plus obligé d’apprendre quoi que ce soit cela ne servira plus a rien , on sera assistés pour tout , plus besoin d’apprendre ni de savoir travailler , tout se fera grâce aux machines , ça sera ringard d’utiliser ses mains ou de réfléchir .... 

            • Olivier Perriet Olivier Perriet 13 février 11:37

              @zygzornifle
              ça sera ringard d’utiliser ses mains ou de réfléchir ....

              Dans La Machine à remonter le temps, écrit en... 1895 (!) Wells annonçait déjà ça


            • moderatus moderatus 13 février 12:04

              @zygzornifle

              tout se fera grâce aux machines ,

              Ce sera la déshumanisation, la machine qui régentera l’homme ,

              Cavanna avait écrit ’’ et le singe devint con’

              devenir humanoïde c’est pire.
              pour faire de l’humour comme vous savez le faire zygornifle il faut un cerveau , ne nous laissons pas emporter par l’IA


            • oncle archibald 13 février 12:48

              @zygzornifle : "plus besoin d’apprendre ni de savoir travailler , tout se fera grâce aux machines , ça sera ringard d’utiliser ses mains ou de réfléchir"

              Et ceux qui auront compris que c’est complètement faux deviendront les kékous. Suivant leur niveau ils seront soit ceux qui conçoivent et programment les machines soit le plombier ou le menuisier capable de réparer une fuite ou de raboter une porte dont on s’arrachera les services au prix de l’or !


            • zygzornifle zygzornifle 13 février 14:51

              @moderatus

              Je crains le jour où la technologie dépassera les capacités humaines. Le monde risque alors de voir une génération de parfaits imbéciles.

              ― Albert Einstein


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 13 février 11:31

              Mais en fait vous lui reprochez quoi à Blanquer ?

              C’est juste une accroche pour dire qu’il est mauvais, présenter l’état des lieux (qui est catastrophique, comme on peut s’y attendre - pourquoi changer un message qui marche smiley ), ce que vous voudriez (revenir à l’école des années 1950 - là encore pourquoi changer un message qui gagne smiley ) , et reconclure qu’il est mauvais, sans avoir parlé une seconde de ses propositions smiley


              • moderatus moderatus 13 février 12:25

                @Olivier Perriet

                Bonjour ,
                ne déformez pas ce que je dis juste pour le plaisir d’être dans la contrediction .

                Je dis que la dictée est essentielle et l’orthographe aussi, mais que si on ne fait que cela, sans prendre le problème dans sa globalité on n’avancera pas , je propose un tas de pistes différentes qui permettraient je pense d’aller vers l’amélioration que veut Blanquer.

                Vous avez lu les classement de la France

                dans les 4 derniers en Europe pour la compréhension de la langue sans laquelle rien n’est possible
                et derniers en Maths.

                J’attends de vous des propositions , ce serait plus positif et on pourrait en discuter, je n’ai pas la science infuse, mais la lucidité de voir que nous ne pouvons continuer vers cet effondrement de notre école et des disparités sociales qu’elle entraine.


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 13 février 13:02

                @moderatus

                j’avais lu il y a quelques temps le livre Transmettre, apprendre, dirigé par marcel Gauchet, qui posait assez justement les questions , notamment de l’individualisme de notre temps, qui remet en cause l’autorité « hiérarchique » qui fondait l’école de jadis.

                Bien sûr (et malheureusement...) il n’y a pas de réponse toute simple à donner à cette question, mais il y a tout à inventer. On ne reviendra pas en 1930, et l’ultra individualisme poussé à l’extrême finit par nier tout apprentissage (et même toute société)

                J’avoue que je n’ai pas suivi toutes les péripéties du nouveau ministre, mais il me semble (? ?) que, tout « macronien » qu’il soit, il dénote de la plupart de ses prédécesseurs qui n’ont jamais remis en cause l’air du temps.


              • moderatus moderatus 13 février 13:32

                @Olivier Perriet

                J’avoue que je n’ai pas suivi toutes les péripéties du nouveau ministre, mais il me semble (? ?) que, tout « macronien » qu’il soit, il dénote de la plupart de ses prédécesseurs qui n’ont jamais remis en cause l’air du temps.

                Je partage votre analyse, Blanquer veut avancer, il remet en cause l’air du temps comme vous le dites justement, , mais je maintiens que ces mesures sur la français et les mathématiques, doivent être accompagnées de réformes permettant cette transmission du savoir.


              • Giordano Bruno 13 février 12:31

                Vous avez écrit :

                « 55% des Français maîtrisent entre 5.000 et 6.000 mots. 10% n’en maîtrisent que 400 à 500. Cette inégalité commence dès le plus jeune âge. Si 20% des élèves qui rentrent en CP possèdent 1 .200 mots environ, D’autres n’ont que 200 mots. »

                Je n’en crois pas un mot. A moins d’être très exigeant sur le sens du verbe « maîtriser ». Ces chiffres sont bien trop faibles pour être crédibles. Il faudra une source plus sérieuse que « Le monde » pour me faire changer d’avis. En avez-vous une à proposer ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



-->