• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de doctorix

sur Tous à la même table


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

doctorix doctorix 13 février 19:36

@C’est Nabum
Vous avez oublié de dire que la crémière coupait le beurre au fil et que le café était moulu au moulin en bois.

Aussi qu’on allait chercher le lait dans un pot d’aluminium, et les oeufs dans le panier à salade, à la ferme d’à-côté, en pleine banlieue.
Oublié aussi la bonne odeur qui émanait de la boulangerie tous les matins.
Et la télé plus profonde que large, avec Zorro ou Tartarin de Tarascon, qu’on allait voir chez une riche voisine.
Les pièces de théâtre qu’on écoutait à la radio.
Et le crottin de cheval répandu sur la route par le marchand de blocs de glace, que se disputaient ma mère et les voisines pour leurs rosiers.
Et le cri du rémouleur...
Et la cueillette du muguet ou des jonquilles en forêt de Chantilly, après 40 km sur le porte-bagage des mobylettes de mes parents, sans casque et les cheveux au vent, quand ils ont pu abandonner le vélo..
Et la 2CV 1957 de mon grand-père, 13,5cv pour 425 cc, les vacances à la ferme, chez mon oncle, dans le limousin, 160 hectares, deux étangs, et 40 vaches, où on allait en train puis en carriole à cheval.
Et tant de choses qui me manquent tellement...
Sans rire, à tout prendre, je choisirais cette vie-là, maintenant, parce qu’alors on vivait vraiment.
Et je donnerais à qui veut mon smartphone, mon imac, ma voiture climatisée et ses 160CV.
Oui, sans rire.
Merci Nabum, pour ce grand moment de nostalgie.

Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès