• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Armelle Armelle 12 février 11:49

"On peut également constater qu’il n’est pas facile de changer d’activité quand on est entré dans la carrière d’enseignant, notamment dans les disciplines littéraires« 

Rosemar s’étonne encore de découvrir le monde tel qu’il est. Tel qu’il est par bon sens !!! Déjà ce n’est pas propre à l’enseignement, c’est le même problème en France pour toutes les filières. Les passerelles n’existent pas ou bien sont peu efficaces, les V.A.E par exemple, sont une véritable bouffonade

Mais sinon, que voudriez-vous faire avec si peu d’expérience sinon celle de ressasser aux uns ce que vous avez appris des autres et coller des punitions ?
L’enseignement devrait se concevoir après 10 ou 20 ans de »travail« dans la vraie vie !!! que voudriez-vous apprendre de concret quant à celle-ci sans jamais avoir quitté les bancs de l’école ?
Einstein a dit ;
 »La connaissance s’acquiert par l’expérience, tout le reste n’est que de l’information« 

L’objectif de l’enseignement devrait se limiter exclusivement à la culture générale pour ne maîtriser que le Français, la géographie, l’histoire et les maths, le reste n’est évidemment plus de son ressort, par manque de compétences bien sûr, et le constat est cuisant.
Les seules filières encore viables aujourd’hui sont les formations par alternance, et pour cause ; le concret est complémentaire à la théorie, les autres, style »facultés« ne sont que des usines de production de chômeurs, qui coûtent une fortune à la collectivité, puisque l’année ne coûte que 300 euros aux étudiants qui (pour la plupart) n’en rament pas une de l’année et finissent chez Paul.
90 Milliards d’Euros chaque année au total, pour quel résultat ?!?!???
Les entreprises n’embauchent pas des sujets qui sortent de faculté (à part l’administration bien sûr), ces gens savent (en théorie) mais ne savent rien faire, alors quand on sait qu’il faut minimum un an avant qu’ils soient »opérationnels« , et que les charges doublent le coût, inutile alors de réfléchir bien longtemps...
L’enseignement en France est un échec monumental, et c’est toute la filière qui supporte cet échec y compris vous qui n’y êtes pour pas grand chose dans la discipline que vous enseigner et les cycles qui vous sont attribués.
Pour info, dans nos réunions interprofessionnelles, la questions des candidatures est récurrentes, à l’hunanimité, les rares candidatures d’enseignants ne sont pas lues et vont systématiquement en »classement circulaire« , posez-vous la question du »pourquoi" ?

 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès