• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > E. Macron : « Son idée pour le français » et les nôtres pour le sauver (...)

E. Macron : « Son idée pour le français » et les nôtres pour le sauver !

JPEG

Le Président de la République a souhaité lancer une réflexion citoyenne sur la promotion et l’apprentissage de la langue française dans le monde. Cette initiative, confiée à l’Institut français, a pour double objectif, celui de mobiliser les acteurs de la présence française à l’international autour des enjeux linguistiques et celui d’aboutir à la définition de propositions concrètes pour moderniser l’usage du français et promouvoir le plurilinguisme. Cette opération est appelée « mon idée pour le français ».

JPEG - 35.3 ko

 De prime abord, nous, défenseurs de la langue française et des langues en général, nous devrions être contents d’une telle initiative, cependant, il nous est difficile de ne pas avoir des doutes sur sa réelle portée en France, vu que notre pays est déjà très anglicisé, au point que selon le classement international EF EPI publié le 8 novembre dernier, la France se classe 32e pour ce qui est du niveau en anglais de sa population adulte. La France fait ainsi mieux que dix ex-colonies britanniques ayant toutes l’anglais pour langue co-officielle, comme les Émirats arabes unis, le Qatar, le Sri Lanka ou encore le Pakistan.

Dans ces conditions, comment peut-on demander aux Français de donner des idées pour promouvoir leur langue, alors que tout a été fait pour les angliciser et les persuader, ce faisant, qu’il n’y a pas d’avenir sans l’anglais ?

Il nous est difficile également de ne pas avoir des doutes sur les réelles intentions de M. Macron sur cette opération, vu que notre Président nous donne plus l'impression d'être un VRP de l'anglais que d'être un promoteur de la langue française et du plurilinguisme.

Bien sûr, il ne s'agit pas pour nous d'être négatifs pour le plaisir de nous torturer l'esprit, mais que penser, tout de même, du "Made for Sharing" du Comité de candidature de Paris-2024 que M. Macron a soutenu, alors que des associations de défense de la langue française l'avaient condamné, ainsi que l'Académie française ? ;  

que penser aussi du fait que M. Macron ait laissé la délégation française de candidature de Paris-2024 s'exprimer majoritairement en anglais à Lausanne et à Lima devant les membres du CIO, alors que le français a le statut officiel de première langue de l'Olympisme (art.24 de la Charte olympique) et que chaque membre du CIO disposait, qui plus est, de la traduction simultanée ? ;  

que penser du "Make our planet great again" que M. Macron a lancé aux yeux du monde entier ? Est-ce ainsi que l'on fait la publicité du français ? ; 

JPEG - 64.5 ko

que penser du "One Planet Summit", un Sommet sur le climat que M. Macron a initié ? ; 

que penser encore du "Choose France - International Business Summit " qu'il a organisé à Versailles, le 22 janvier dernier, un Sommet où tout s'est fait en anglais, la langue de la République ayant servi de paillasson à l'entrée ? 

À noter également que pendant que se déroulait le sommet de Versailles, le Premier ministre, M. Édouard Philippe prononçait un discours en anglais au "Youth and Leaders Summit", à Sciences Po, à Paris. 

On pourrait noter encore que dans le cadre du lancement de l’initiative "French Impact" (encore de l'anglais !), Christophe Itier, le Haut-commissaire à l’Économie Sociale et Solidaire et à l’Innovation Sociale a lancé le 18 janvier dernier, avec la Caisse des Dépôts, l’appel à projets "Pionniers French Impact" (encore et toujours de l'anglais !). 

Et que dire de l’Institut français qui, chargé de diffuser cette opération, se présente sur la Toile avec un site qui n’a que l’anglais comme version étrangère, alors que respecter l’esprit de la loi Toubon et l’idée même du plurilinguisme, aurait exigé que le site fût au moins traduit EN DEUX ÉTRANGÈRES (art. 4 de la loi n°94-665) ?   

Faut-il le dire aussi, ces messieurs, dames de l’Institut n’ont pas l’air de connaître le mot français « COURRIEL », puisque dans leurs formulaires de contact, ce sont les termes anglais "e-mail" et "mail" qui apparaissent !  

JPEG - 166.9 ko

Oui, nous voudrions bien avoir un avis positif de l'opération « Mon idée pour le français » de M. Macron, mais cela est tout de même difficile pour nous, au vu de toute l’anglomanie que dégage, crée et soutient notre Président. 

Difficile de croire aussi que M. Macron soutient le plurilinguisme, alors que transparaît de sa personne, un homme bilingue français-anglais et non pas un homme ouvert aux langues étrangères dans leur diversité.  

Par exemple, pourquoi s'est-il exprimé en anglais le 10 janvier 2017 devant les étudiants allemands de l'Université Humboldt de Berlin ? Ceux qui, dans cette université, ont appris le français, ont dû apprécier ! ;  

JPEG - 114.1 ko
Intervention en anglais, de M.Macron, à l’université Humboldt de Berlin, le 10 janvier 2017

pourquoi, lorsqu'on a fêté le 55e anniversaire du traité de l'Élysée, M. Macron n'a-t-il pas mis en avant avec son homologue allemand, l'enseignement mutuel de nos langues dans nos pays respectifs ? Pourtant, Konrad Adenauer et Charles de Gaulle s'étaient engagés, lors de la signature de ce traité en 1963, de développer respectivement l'enseignement de l'allemand en France et du français en Allemagne, et pour quel résultat aujourd'hui : M. Macron parle en anglais à Mme Merckel (bonjour le Traité de l’Élysée, bonjour le plurilinguisme !) ; 

et pourquoi continuer a donné la priorité dans nos écoles, à l'enseignement de l'anglais (obligatoire dès le CP), délaissant ainsi les grandes langues de nos voisins immédiats : l'espagnol, l'italien et l'allemand (difficile, voire impossible, d'apprendre aujourd'hui, une de ces langues en LV1) ? Etc.

Alors oui, n’est-on pas en droit de se poser des questions sur l'initiative de M. Macron, une initiative qui pourrait cacher une réalité : la démolition en cours de la langue française, de la Francophonie et du plurilinguisme, une démolition organisée par l’anglosphère et soutenue de près, de très près, par de serviles collaborateurs franco-français, en France même. 

Voici les principaux aspects de cette démolition en cours :

1) En France

- Enseignement : basculement progressif vers l’anglais dans l’enseignement Supérieur et la Recherche, les garde-fous de la loi Fioraso étant ignorés et piétinés, sans sanction des tribunaux administratifs saisis de recours par nos associations. Pourtant, selon l’article 2 de la loi du 22 juillet 2013, dite « loi Fioraso », le tout-anglais est interdit dans l'enseignement Supérieur et la Recherche, mais la loi est appliquée avec mollesse par le ministère, ce qui fait que plus de 800 masters délivrés dans les écoles de management, écoles d'ingénieurs et universités, le sont de manière virtuellement illégale en attendant une hypothétique invalidation par le Conseil d'État ; 

réduction des horaires de français, de littérature, d’histoire, dans le primaire et le secondaire ; marginalisation des langues anciennes, et des langues vivantes autres que l’anglais. Choix gouvernemental délibéré et outrancier de l’anglais omniprésent, bientôt jusque dans l’école maternelle ;

- Médias : cinéma, télévision, organes de publicité, producteurs de « variétés » et de chansons, avec la complicité active des « collabos de la pub et du fric » (dixit, le Pr Michel Serres), et la complaisance des contrôleurs publics (CSA, BVP…), mettent de l’anglais partout. Nous en sommes rendus au point que, pour le concours de l’Eurovision de la chanson, il faille se battre chaque année pour que la France y chante en français et que la personne qui donne les points du jury français (l’an dernier, Élodie Gossuin) les donne en français et non pas en bilingue français-anglais ! 

PNG - 257.4 ko
Pourquoi, sur France Inter, radio publique, n’emploie-t-on pas les termes français : « infolettre » et « courriel » ? Que fait le CSA ?

- Entreprises : basculement de nombre d’entreprises au tout-à-l’anglais, entraînant souffrance au travail pour le personnel, risques et insécurité dans la maîtrise des processus de production, viol de la dignité de nos compatriotes, recrutement de cadres « anglais maternel exigé », contraire au principe d’égalité.

- Pouvoirs publics hors enseignement : les autorités censées faire respecter la loi le font peu, au point que la fameuse loi Toubon régissant l’emploi de la langue française en France, est bafouée à longueur de journée. Récemment, il a même fallu que notre association fasse un procès à l’Université de Paris Sciences et Lettres (PSL) pour que son président daigne enlever le logo Research University. Et que dire des responsables publics qui encouragent l’anglomanie en subventionnant des manifestations publiques dont les dénominations sont en anglais (Fashion Week, Parisian Games Week, Digital Summit, DigiWorld Week, Let’s Grau, Sèvres Outdoors, OPENîmes, etc.), et des entreprises publiques qui participent à l’anglolâtrie générale avec des produits comme : Smart Navigo francilien, City Pass parisien, TGV Family, id Night by iDTGV, The Christmas fever, by Orange… nommés en globiche. 

Que penser aussi de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) qui ne   répond même pas à une demande de renseignement que nous lui avons adressée (voir, la lettre de l'Afrav à Loïc  Depecker : https://www.francophonie-avenir.com/Archives/A-Loic-Depecker-au-sujet-de-l-affaire-Lorraine-Airport-octobre-2017.pdf) ?  

JPEG - 11.4 ko
L’Afrav condamnée à verser 1513 euros à l’aéroport de Metz-Nancy-Lorraine, alors qu’elle voulait défendre la langue française contre l’humiliante appellation anglaise : Lorraine Airport. Pour le coup, le juge n’a même pas tenu compte de l’état financier de l’Afrav, comme pourtant l’article 75 de la loi n°647 du 10 juillet 1991 l’y invitait.

2) Par l’Union Européenne (UE)

- Marginalisation constante, en petites étapes, des langues officielles européennes autres que l’anglais devenu    aujourd’hui quasi monopolistique dans la production de textes ; étranglement croissant de la traduction en d’autres langues, obligation faite aux administrations des États membres de répondre en anglais ;

- Obligation faite aux pays francophones du Sud souhaitant obtenir des aides du Fonds européen de Développement (FED) de présenter leurs dossiers uniquement en anglais.

3) Par l’anglosphère :

démantèlement de la Francophonie - Québec, Wallonie, communautés acadiennes et canadiennes hors-Québec, de langue maternelle française, subissent des politiques de lent et efficace étranglement.

- Britanniques et surtout États-uniens ont œuvré avec succès pour faire passer du français à l’anglais le Laos, le Cambodge, le Vietnam, puis le Ruanda.

- Depuis longtemps, l’anglosphère œuvre au changement de langue seconde dans la plupart des pays en développement membres de cette Francophonie à l’énorme potentiel selon les rapports du député Pouria Amirshahi (2013), puis de Jacques Attali (2014). Les principaux pays visés sont les plus stratégiques : R.D.Congo, Gabon, Maroc, Tunisie, Sénégal, Côte d’Ivoire, Madagascar, Haïti, Liban…

Forts de toutes ces constatations, nous voudrions dire à M. Macron qu’il ne s’agit pas seulement d’organiser la PROMOTION de notre langue, mais qu’il faut également organiser sa DÉFENSE, sa défense contre les prédateurs qui ne pensent qu’à la faire disparaître, de la scène internationale, notamment. Pour prendre un exemple concret, à quoi servirait de « promouvoir » l’élevage de poules en plein air, si rien n’était fait par ailleurs pour les « défendre » contre la voracité du renard ? Il faut donc lier « promotion » et « défense », et en cela, nous demandons instamment à M. Macron de faire quelque chose pour la langue française qui ne soit pas que de la communication, mais quelque chose comme : 

1. Remettre à sa due place, première et prioritaire, la langue française dans les écoles maternelles, primaires, secondaires et professionnelles, en accroissant les horaires de son étude, les niveaux de formation des maîtres et d’exigence de qualité et en optant pour des méthodes éprouvées d’apprentissage (méthode syllabique, méthode Freinet…).

2. Imposer le français majoritaire dans toutes les formations diplômantes des universités et grandes écoles françaises.

3. Proposer une loi Toubon renforcée de protection de la langue française et du plurilinguisme, une loi de type Loi 101 du Québec, et la faire appliquer, en instituant un véritable « droit au français », dans les entreprises, dans l’affichage, dans la publicité, dans le numérique, dans la nouvelle  technologie, etc..

4. Accroître les aides publiques aux institutions officielles et associations chargées de développer les productions terminologiques et les traductions, et mettre obligatoirement les journalistes et le personnel travaillant pour le Service public de la télévision et de la radio en relation directe avec ces institutions et associations. 

JPEG - 102.9 ko
Est-il normal d’être décorés des Arts et des Lettres, ici les Shaka Ponk, lorsqu’on est Français et que l’on préfère chanter en anglais ?

5. Promouvoir la communication scientifique en français ; réserver les subventions aux colloques et manifestations en France à ceux qui accordent un droit de cité réel au français. N’accorder de subventions publiques qu’au cinéma français qui se joue en français, et plus globalement, qu’aux artistes dont l’œuvre s’exprime en français. 

6. Veiller au rétablissement de la diversité réelle des langues étrangères enseignées dans nos écoles en LV1 (première langue étrangère apprise), et veiller au rétablissement de la diversité réelle des langues étrangères offertes dans les concours d’accès à la fonction et aux services publics, et pas d’anglais obligatoire pour le concours de la Magistrature. 

7. Enjoindre aux administrations publiques de ne pas traiter les documents de travail reçus uniquement en langue étrangère, et de ne répondre qu’en français.

JPEG - 38.3 ko

 8. Exiger des organismes publics de contrôle des médias et de la publicité, un respect strict, assorti de sanctions réelles, pour ceux qui ne respecteraient pas la loi régissant l’emploi de la langue française.

9. Instaurer une prime « Franco-Responsable » pour les entreprises qui jouent la carte de la langue française, de la Francophonie et du plurilinguisme : nom de l’entreprise en français, musique d’ambiance - s’il y en a -, majoritairement en français (80%), le reste étant réservé aux langues du monde ; communication en français en France et en Francophonie ; communication en bilingue langue du pays-français, pour les pays non francophones ; emploi systématique des équivalents français aux mots étrangers, équivalents pris dans le registre de France Terme ou dans le dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française, et encouragement à la création de néologismes d’essence francophone lorsque l’équivalent français n’existe pas encore (exemple : « meuneuriat », « cheffériat » pour "leardership"), etc. 

10. Rétablir, puis accroître, le niveau de financement de l’action culturelle à l’étranger : écoles et lycées ; filières universitaires ; instituts et centres de langue et de culture, de recherche et de soins, Alliances françaises et O.N.G. travaillant en Francophonie.

11. Mettre en place un Erasmus francophone et une Académie francophone internationale de la langue   française pour l’élaboration en commun d’un dictionnaire officiel du français international.

12. Augmenter l’aide française au développement, et la concentrer sur les pays francophones et francisants, notamment d’Afrique. 

13. Faire respecter le statut existant du français langue officielle et de travail dans diverses institutions internationales, européennes au premier chef, et à l’Office des Brevets.

14. Contester officiellement, en Conseil européen, le statut de l’anglais langue officielle des institutions de l’UE, afin de tirer – là aussi – toutes les conséquences du Brexit.

15. Engager, avec nos partenaires dans l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), une négociation d’ensemble pour en faire, dans une relation de respect mutuel, une Communauté de solidarité réelle à la fois linguistique et de développement concerté, notamment en la rapprochant d’une valorisation enfin accrue tant de nos départements et territoires d’outre-mer que de notre vaste espace maritime, le deuxième du monde.

16. Puisque l’Eurovision est devenue l’Anglovision, faire en sorte que la France quitte ce concours et que l’argent consacré à l'Eurovision aille au Concours de la chanson des Jeux de la Francophonie, un concours qui a lieu chaque quatre ans sous l'égide de l’organisation internationale de la francophonie (OIF). Pour le coup, et pour la grandeur de l'affaire, les Alliances françaises du monde entier, ainsi que toutes les radios et télévisions publiques des pays concernés, seraient mobilisées.

Voilà « Nos idées » pour que cesse l’assassinat programmé de la langue française. 

Puisse M. Macron tenir compte de nos remarques, puisse-t-il aussi allier « promotion » et « défense » pour que la « promotion » ne se fasse pas manger par le premier prédateur venu, puisse-t-il enfin adopter, comme nous, la maxime du philosophe et patriote québécois Pierre Bourgault : « lorsque nous défendons le français chez nous, ce sont toutes les langues du monde que nous défendons contre l’hégémonie d’une seule ».  
 

Régis Ravat,

Président de l’Afrav,

alias Pasagenoux

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Verdi Verdi 13 février 12:21

    Félicitations pour votre article ! 


    • JL JL 13 février 13:58

      Oui, bravo.


    • doctorix doctorix 13 février 19:07

      @Verdi
      Pour ceux qui n’auraient encore rien compris, macron n’en a rien à battre, ni de la France, ni des Français.

      C’est un young leader mis en place par l’élite américaine et la banque Rothschild pour vassaliser et coloniser la France, ce qui commence par la destruction de sa langue au profit d’un baragouin américain.
      Le reste de son oeuvre consiste en un asservissement de la France aux décisions des commissaires européens non élus, dont les ordres sont résumés dans les GOPE, et de mettre de plus en plus la France sous tutelle étrangère.
      Macron est à l’évidence un traître à notre patrie.
      En dehors d’une belle dentition et d’être bien propre sur lui, ce pantin au service de l’oligarchie n’a aucune qualité pour diriger ce pays.


    • nemuyoake nemuyoake 13 février 12:22

      Pour que les étrangers veuillent apprendre le français, il faut que la France ait un rayonnement plus important dans divers pans de culture (cuisine, mode etc.). Il faut des créateurs brillants en littérature, arts etc. qui vont donner envie aux étrangers d’apprendre le français. Mais ça peut aussi être de la « sous-culture » (la pop/séries TV qui poussent les jeunes à apprendre l’anglais, anime/manga/jeux vidéo qui les poussent à apprendre le japonais) qu’on appelle « soft power ».


      • JC_Lavau JC_Lavau 13 février 14:49

        @nemuyoake. Je tâche de diffuser en français.

        Mais je ahane quand même pour faire une version anglaise, qui est imaginée se vendre dix fois davantage. La francophonie scientifique est bien petite, de nos jours.

      • Alren Alren 13 février 13:07

        Macron est un hypocrite.
        Confronté à une baisse de popularité, et à deux défaites électorales lors de législatives partielles, il va faire semblant de défendre ce à quoi tiennent les Français très majoritairement dont la défense de la langue.
        Mais ce n’est que poudre aux yeux. On le voit bien à ces discours en anglais face à des étudiants allemands dont ce n’est pas la langue maternelle.


        • ZenZoe ZenZoe 13 février 14:41

          Pour défendre sa langue, encore faut-il la maîtriser ! Même dans les journaux dits « sérieux » comme le Monde et le Figaro on voit des fautes énormes, et je ne parle même pas des commentaires ! On n’y comprend rien quelquefois.
          L’anglais n’y est pour rien là-dedans, on s’est sabotés tout seuls.


          • sirocco sirocco 14 février 00:33

            @ZenZoe

            Il y a une chose qu’il faut reconnaître à Macron : il parle un peu mieux français que Sarkozy, cette petite frappe n’ayant jamais été foutue, durant tout son quinquennat, d’aligner correctement un sujet, un verbe et un complément.


          • Choucas Choucas 13 février 14:58

             
             
            Suffit d’écouter son discours « en français » de Davos ...
             

            « blame and shame » et autres conneries de snobinards mondialistes bobo de gôôôche
             
             
            « Yes ! La old meuf is dead » cacique colon en marche vers le gland remplacement


            • Le421 Le421 14 février 08:54

              @Choucas
              conneries de snobinards mondialistes bobo de gôôôche

              Complètement siphonné mon pauvre.
              Macron de gauche...


            • zygzornifle zygzornifle 13 février 15:04

              Sacré macron va , il veut sauver le Français mais se fiche totalement des Français .


              Presque 11 millions de sans emplois, presque 10 millions de citoyens sous le seuil de pauvreté , des milliers de migrants qui rentrent en France chaque mois par l’Italie et il veut sauver le Français ....
              lui qui se disait différent il n’est pas mieux qu’un Sarko-Bismuth ou qu’un Hollande , la France se tape une baudruche de plus pour 5 ans .....

              • Jeekes Jeekes 13 février 15:19

                @ l’auteur
                 
                ’’Il nous est difficile également de ne pas avoir des doutes sur les réelles intentions de M. Macron’’
                 
                Oh mais personnellement je n’ai aucun doute sur les réelles intentions de cet enculé !
                 


                • Ken_le_sous-vivant Ken_le_sous-vivant 13 février 15:43

                  Nous n’avons malheureusement aucun leviers pour faire entendre nos voix et les mougeons continueront de voter pour des bonimenteurs, du moment que le Nutella est à 1€50 tout va bien.

                  Les manifs et référendums ne servent plus à rien.

                  Reste la résistance passive chacun dans notre coin en serrant les dents jusqu’à l’écroulement de notre civilisation ou alors...

                  Aux Armes Citoyens...


                  • Pasagenoux Pasagenoux 13 février 17:31

                    Bonsoir à tous, pour ceux que cela intéresserait, demain 14 février à 8 heures, à la Cité internationale universitaire de Paris (CIU), nous organisons une distribution de tracts pour dénoncer l’anglicisation et faire des propositions pour le français. Contact : Thierry au 06 66 46 77 07


                    • Le421 Le421 13 février 20:19

                      @Pasagenoux
                      Ça va encore être l’occasion d’un « brain storming » en « open space » pour disrupter le « bizness plan ».

                       smiley

                      ’sont complètement fadas !!


                    • Pasagenoux Pasagenoux 13 février 22:53

                      @Le421- Merci de venir nous aider à distribuer nos tracts, ne serait-ce que pour montrer que vous êtes un vrai Insoumis, plutôt que de vous faire plaisir à jouer avec le franglaid et nous soumettre ainsi, encore un peu plus, à la l’impérialisme d’une langue qui n’est pas la nôtre.


                    • Le421 Le421 14 février 09:00

                      @Pasagenoux
                      C’était du second degré, bien sûr.
                      Je hais, je dis bien « je hais » ces petits cons avec le smartphone en main qui abreuvent le populo de base dont je fais partie avec des expressions à la con « qui font bien » et se trouvent la queue entre les jambes quand leur vol a deux heures de retard...
                      Mes mains sont maintenant ridées et marquées par les trop nombreuses blessures, chocs et autres brûlures subies lors de mes 45 années de labeur.
                      Et encore aujourd’hui, mon multimêtre ou mon poste à souder ne chôment pas beaucoup.
                      Il faut dire que j’ai toujours aimé bosser.
                      Et pas forcément devant un écran, bien que cela fasse partie de mon job aussi...


                    • Le421 Le421 14 février 09:25

                      @Pasagenoux
                      Merci de venir nous aider à distribuer nos tracts

                      Si vous saviez...


                    • _bakounine 13 février 18:14

                      « Courriel ». Quelle horreur. 


                      Et il est tout à fait logique que l’anglais soit en priorité appris à l’école : il s’agit de la langue de l’internet et de l’informatique en général. Pas d’économie sans internet, pas de « rayonnement francophone », rien. Débattez autant que cela vous plaira sur la raison de ce fait, mais c’est un fait, et je fais le pari peu audacieux que cela ne changera pas de si tôt.

                      Les langues changent, évoluent, se mélangent, disparaissent, et jamais aucune association ou volonté politique n’a eut aucune influence à ce titre. Il s’agit d’un phénomène lent et inéluctable au niveau civilisationnel, rien que vous ne puissiez faire à ce sujet.
                      « Deal with it. »

                      • Jeekes Jeekes 13 février 18:47

                        @_bakounine
                         
                        « Deal with it. »
                         
                        No Way !


                      • Pasagenoux Pasagenoux 13 février 23:22

                        @_bakounine - Quelle horreur de dire que le mot « COURRIEL » est une horreur ! C’est plutôt le mot « e-mail » qui est une horreur en français, car ce mot anglais dans notre langue ne veut rien dire. Pire, il nous fait prononcer le « e » de notre alphabet, « i ». Et après, on dira que notre langue est difficile ! Et que dire du mot « mail », qui existe en français, mais qui ne se prononce pas pareil et qui veut dire « promenade publique », en fait, à l’origine un « mail », c’était un endroit où l’on jouait au MAILLET.

                        Je pense aussi qu’il n’est pas normal que l’anglais soit appris en priorité dans nos écoles, car c’est de la discrimination faite aux autres langues étrangères, tout simplement. À moins que l’anglais soit une langue supérieure, comme certains disent qu’il y a une race supérieure ! Mais penser cela, pardonnez du peu, ce n’est pas ma vision des choses. Si l’anglais est omniprésent en informatique ou ailleurs, c’est que nous nous laissons faire, ou du moins, nous nous sommes laissés endormir et il serait temps de nous réveiller.

                        Enfin, sur l’évolution des choses, et que face à leur disparition rien ne sert d’agir, puisque tout est inéluctable, selon vous, je suppose et déduit qu’avec une pareille mentalité en 42, vous auriez opté pour la collaboration, laissant la Résistance aux pauvres « demeurés » qui croyaient, eux, que la défaite n’était pas inéluctable.


                      • Le421 Le421 13 février 20:17

                        Son idée pour le français.
                        Perso, je la roule, je la scotche et je lui mets - sans lubrifiant - là où je pense.
                        Ce pays n’est pas une « start-up ».
                        C’est avant tout des êtres humains.
                        Qu’il serait souhaitable de considérer autrement que comme des cons-sommateurs.


                        • totrob 13 février 21:19

                          Mais c’est pas notre brillant président qui a dit qu’il n’y a pas de culture Française ??? C’est vrai que l’anglais est une langue passe partout dans le monde , mais moi je préconiserai pour la France , l’arabe à la vue du nombres de personnes ayant cette langue maternelle.


                          • Le421 Le421 14 février 09:02

                            @totrob
                            Et bé, qu’oy fi péti !!


                          • Nestor Nestor 14 février 09:12

                            @Le421

                            Ma toupourier ! Oh ! Milodiou qué yo do chautéreille què cho perdo ! Gouya qué chiey pas my birou qué ta faye !


                          • Le421 Le421 14 février 09:29

                            @Nestor
                            C’est cool !!
                            Un qui comprends !!
                            Par contre, c’est vrai que suivant les coins, ça varie.
                            L’occitan est une langue très riche, que j’adore.
                            Dire que gamin, c’était totalement interdit à l’école...

                            Certains de mes copains de l’époque n’ont rien perdu. Et celle-là, je l’adore :
                            https://www.youtube.com/watch?v=bjTiKhnJp10


                          • Le421 Le421 14 février 09:31

                            @Le421
                            Un demi siècle d’amitié entre Patrick Salinié et moi...


                          • totrob 14 février 12:58

                            @Le421
                             Je vais vous répondre dans le mien de patois : ma socche di bruttou dizpetouzou , che lou li me semeia che le oun disgraciaou.


                          • troletbuse troletbuse 13 février 23:13

                            D’abord il devrait commencer lui même à prendre des cours de français et de vocabujlaire


                            • mursili mursili 13 février 23:18

                              OK, on peut comprendre votre coup de blues, mais wtf parlons cash ! si vous voulez faire un bon score en termes de soft power, il est primordial d’être cool et sexy pour ne pas passer pour des losers. Tout miser sur la répression est inapproprié. Par ailleurs Macron est déjà assez occupé à lutter contre les fake news et à donner une orientation pro-business à sa politique, inutile de le stresser plus que de raison. Cela dit, bonne chance dans votre combat et « keep up the good work ! » comme disent nos amis anglo-saxons. 


                              • Pasagenoux Pasagenoux 14 février 09:01

                                @mursili - Ce genre de jeux de mots (laid), serait-il possible avec une autre langue que l’anglais, l’allemand, le russe, le polonais, l’arabe, le chinois, le serbo-croate, etc. ? - Je pense que non, preuve, s’il en fallait une, que nous sommes vraiment sous tutelle linguistique et culturelle états-uniennes.

                                De plus, que dire de votre « bonne chance dans votre combat » ? - Oui, que dire de cela, alors que promouvoir et défendre la langue française devraient être le combat de tout francophone qui se respecte et non celui de quelques uns. La langue française fait partie de notre patrimoine et c’est tout le monde qui doit veiller à le mettre en valeur !
                                Enfin, pour changer, voici un peu d’italien, une si belle langue qui disparaît, hélas, des classes LV1 de nos écoles, et cela même dans les écoles du Sud de la France :
                                 L’inglese non è un grande mezzo di comunicazione universale ma un pericolosissimo mezzo di colonozzazione e di evangelizzazione mondiale. Utilizzando l’inglese perdiamo i nostri propri punti di riferimento legati ai valori della nostra civiltà, la civiltà greco-latina.

                                 


                              • Le421 Le421 14 février 09:06

                                @mursili
                                Honnêtement, je ne me sers pas du tout de ces expressions que je qualifierais de « new age ».
                                Et pourtant, je suis presque parfaitement trilingue, français, anglais et espagnol.
                                J’ai l’impression d’avoir à faire à des gens ne pouvant porter que des chaussures basses... A cause des chevilles.  smiley
                                Pire, en général, ils sont habillés de la même façon que nous... Lors des enterrements !!


                              • mursili mursili 14 février 11:27

                                @Pasagenoux

                                En lisant hier cet article du Point sur la fermeture soudaine par le ministère de la Culture du théâtre du Tarmac à Paris, je suis tombé sur cette phrase vers la fin de l’article : 

                                " La plupart ressortent de la salle de spectacle avec le sourire en nous disant : finalement le théâtre c’est cool. On sait alors que c’est gagné pour nous, et pour eux ».

                                En d’autres termes : finalement la francophonie c’est cool. Est-ce gagné pour vous ?

                                http://afrique.lepoint.fr/actualites/fermeture-du-tarmac-et-la-francophonie-chancelle-encore-13-02-2018-2194649_2365.php

                                Malgré cette actualité navrante, j’espère que cet extrait des Exercices de style de Raymond Queneau aura encore le pouvoir de vous faire sourire :

                                Anglicisme

                                Un dai vers middai, je tèque le beusse et je sie un jeugne manne avec une grète nèque et un hatte avec une quainnde de lesse tressés. Soudainement ce jeugne manne bi-queumze crézé et acquiouse un respectable seur de lui trider sur les toses. Puis il reunna vers un site eunoccupé. A une lète aoure je le sie egaine ; il vouoquait eupe et daoune devant la Ceinte Lazare stécheunne. Un
                                beau lui guivait un advice à propos de beutone.


                              • damocles damocles 14 février 09:14

                                ....et après ça , c’est le corse qui menace la langue française .....




                                • Sébastien A. 14 février 09:29

                                  Merci pour votre article.

                                  Je subis à longueur de journée ce flot d’anglais et d’anglicisme qui est ridicule. Nos compatriotes oublient souvent à quel point notre langue est importante, riche et glorieuse. L’anglais est une mode, elle passera ; cependant elle est épouvantable à vivre pour les amoureux du français.

                                  Je me souviens d’une réclame dans le métro parisien - datant de quelques années - pour vanter le département de l’Aisne dont le slogan était « Aisne it’s open ». A ce point de pathétique, il vaut mieux en rire.

                                  La seule consolation que j’en tire est qu’un anglais éduqué doit maintenant savoir ce que cela fait de voir sa langue martyrisée et dévoyée. Je me suis toujours demandé, lorsque j’ai eu à échanger en anglais avec des collègues de travail (autrichiens, albanais, arméniens...), comment un anglais aurait pu comprendre un traître mot de nos conversations, cependant que nous nous comprenions à merveille nous-mêmes.

                                  Bien à vous et continuez votre noble combat pour le français.


                                  • Le421 Le421 14 février 09:37

                                    @Sébastien A.
                                    Je confirme... J’ai eu la même réflexion bien des fois à l’étranger.


                                  • soi même 15 février 02:07

                                    je vous dit pas comment je suis arriver à cette constatation, notre play-boy Nation, le Cerf du Palais de l’Élysée est en faite un plat de lasagne qui a raté sa sortie du four, il avait plient d’ atout le gugusse, c’est les lampes uv qui lui on gagée son aura.


                                    • troletbuse troletbuse 15 février 05:10

                                      Si Micron a une idée, c’est qu’on lui a soufflé au cul, non . Je devine un peu de quelle façon.  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



-->