• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La rivière, la poule, le coq et l’œuf

La rivière, la poule, le coq et l’œuf

JPEG - 45.1 ko
Cane et canard Photo Orélien Péréol
La cane n’arrive pas à séduire le canard. Pourtant, elle y met les moyens et quand c’est oui, c’est oui.

Le commencement des phénomènes et des choses ne se laisse que peu fréquemment voir. Cet empêchement à connaître le début peut se nommer « l'œuf et la poule ». L'œuf fait le poulet, femelle ou mâle, et la poule et le coq font l'œuf fécond. Comme d'habitude, on ne voit que la femelle pour faire l'œuf, tout comme si le mâle n'était pas impérativement nécessaire. C'est un autre problème. On verra que ce n'est pas tout-à-fait un autre problème.

D'autres façons de voir prennent le contrepied et prennent ce qui se passe, non dans une boucle sans début ni fin, mais avec une origine et un écoulement. Il y a un début. Avant le début, il n'y a rien. La rivière coule toujours dans le même sens, avec une source. L’expression ce qui nous arrive en témoigne.

Cette épistémologie, ce principe de pensée, est nettement plus facile à recevoir et à partager, surtout si l'on parle d'un malheur qui a franchement l’air de venir vers nous et surtout si sa source est constituée de personnes volontaires pour nous créer ce flot, volontaires, donc coupables, donc punissables... etc.

Par exemple, nombre de discours semblent trouver une légitimité dans le fait qu’ils étaient tenus dans des termes quasiment identiques il y a quelques siècles. On pourrait interpréter le contraire : si tant de siècles d’énonciations, faites dans le but de dénoncer, n’ont servi à rien, c’est qu’il faudrait prendre le problème autrement, qu’on peut plutôt prévoir que continuer cette attitude d’énonciation-dénonciation amènera quelques siècles de permanence du problème qu’on veut résoudre.

Cependant, les discours linéaires qui montrent une source du mal sont irrésistibles et perdurent.

Les boucles sont plus difficiles à percevoir, la cause n'agissant souvent que dans un faisceau de causes ; une cause pouvant être effet d'une autre cause, il y a des rétroactions... Il faut bosser. Il est plus commodes de croire qu’un mal vient tout seul en suivant la pente (le mot désastre vient de là : les désastres descendent des astres, désastre mot bâti comme désordre).

Ceux qui défendent l'idée que les choses ont un début ont un pouvoir de séduction beaucoup plus grand que ceux qui veulent parler des choses en respectant la complexité du monde (choses et phénomènes). Surtout que, la plupart du temps, ceux qui prétendent savoir la source des problèmes, savent aussi que c'est un robinet et savent comment le fermer. Dans cette vision, la solution est simple et aisément praticable, elle comporte contraintes pour les autres, forcément pour les autres (donc prise de pouvoir, mais c’est pour le bien) : si l’on suit cette façon de penser et ses remèdes, on obtiendra la fin du mal sur terre et le règne du bien (ce n’est en général pas explicité, juste sous-entendu).

L'œuf et la poule est une boucle à deux termes, trois en fait, mais on en oublie un tout le temps, question de sexe jamais imputée au sexisme.

Le fleuve va à la mer et la mer ne se remplit pas. Parce qu'en vérité, l'eau remonte sans cesse, par évaporation (chaleur, soleil), cette évaporation se condense (nuages), est transportée (vents) et tombe en neige ou en pluie (précipitations). De plus, il y a de la déperdition : il peut se faire que de l'eau de la rivière soit prélevée par la chaleur, portée par le vent vers la mer, où elle serait allée de toute façon. Globalement, il faut bien convenir que l'eau du robinet, des fontaines, des piscines... qui nous parvient, détournée du fleuve, nous est passé par-dessus la tête sous forme de nuages à un moment ou à un autre.

La rivière qui nous paraît une source et un flux est en fait un segment d'une boucle à six termes : source, fleuve, évaporation, condensation, déplacement, précipitation...

Ce mode de pensée « poule et œuf » me semble le plus apte à comprendre ce qui se passe vraiment. Et de loin !

Au moment où il considère que les grands froids actuels contredisent le réchauffement climatique, Trump choisit un petit segment comme exprimant le tout. Beaucoup lui oppose la distinction climat et météo locale, ils ont raison.

Certains appellent le sexe de la femme, l'origine du monde, comme un tableau célèbre. C'est faux et cette erreur est regrettable. Si l'enfant sort de là, il n'y est « entré » que par une certaine interaction entre la femme et un homme. La vie ne commence pas à l’accouchement. Ce n’est pas l’origine, il n’y a pas d’origine, pas même la conception ; car avant, il y a, disons, projet d’enfant, ce qui peut prendre de multiples et singulières formes. J'ai déjà noté que le binôme œuf/poule était incomplet (il y manque le coq), cet oubli, mettons que ce soit de l'oubli, étant régulièrement pratiqué, et toujours celui-là, pas un autre. Il est amputé, on n’arrive pas à parler de ce qui se passe vraiment.

Toute une offensive existe, soi-disant en vue de l’égalité entre les sexes, sur les jouets dédiés aux garçons ou dédiés aux filles. Certains voient là une injonction qui tomberait sur des petits enfants libres, qui se comporteraient tout-à-fait autrement s’ils ne recevaient pas cette injonction. On leur vole leur liberté, on les contraint, on les assigne… En ce moment, cela passe dans certains discours pour le problème politique le plus grave de la terre, à résoudre en toute urgence en désexuant nominalement les jouets, en déclarant qu’ils ne sont pas dédiés à un sexe, qu’ils n’auraient le droit de l’être que s’ils étaient liés aux organes génitaux, (un message de ce type a circulé sur les netagoras). On ne fait pas segment plus petit que de croire que le masculin et le féminin ne déborde pas des organes génitaux, on se demande pourquoi les voix des femmes sont plus aiguës que celles des hommes, leurs cheveux plus longs, en moyenne, leurs performances sportives si différentes qu’il serait injuste de les faire concourir dans les mêmes compétitions (sauf l’équitation)...etc. Les garçons vont plutôt vers les voitures et les filles plutôt vers les poupées et c’est pour cela que les adultes ont tendance à conduire les garçons vers des gondoles avec des voitures et les filles vers des gondoles avec des poupées. Les enfants l’acceptent, ça leur convient, ça leur ressemble.

Faut-il contrarier ces tendances par souci d’égalité ? L’éducation ne doit-elle pas aider chacun à se réaliser dans son être ? Essayer de contrarier les enfants par le discours, vous verrez bien si vous obtenez ce que vous voulez. Par la contrainte, par la punition ne parait guère envisageable. Les enfants sont de nos jours autonomes et débattent de tout. Il est fini le temps où on leur commandait de ne pas parler à table. Si on conduit des enfants vers des comportements dont ils ne veulent pas, ils se fâchent et ne suivent pas ces « consignes », même implicites, tacites…

C’est précisément parce que nous sommes différents que nous avons institué le principe d’une égalité en droit. S’il n’y avait pas de différences naturelles, il n’y aurait pas besoin de parler d’égalité, l’égalité s’accomplirait dans la société par déploiement libre, sans intervention réfléchie, de l’égalité initiale des humains.

Dans l’idée de la poule, du coq et de l’œuf, les humains ne peuvent obtenir que ce que le réel peut accepter comme transformation. On ne peut pas faire frire un glaçon, pas plus qu’on ne peut promener son chien au milieu des quilles (Ah les quilles et les glaçons !).

JPEG - 176.8 ko
Photo Orélien Péréol

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Diogène diogène 6 janvier 08:40

    « Les enfants sont de nos jours autonomes et débattent de tout. » 


    Les enfants ne sont pas autonomes, et certains, comme Tanguy, s’accrochent. Il n’y a pas d’autonomie sans ressources. 

    L’éducation et les systèmes d’aides rendent dépendant.

    • Orélien Péréol Orélien Péréol 6 janvier 09:02

      @diogène
      Je ne parlais pas d’autonomie financière. Je parlais du fait que les enfants donnent leur avis. Vous verrez et entendrez dans un magasin une femme (en général ce sont les femmes) demander à son enfant : « qu’est-ce qu’on mange ce soir ? Est-ce que tu veux une pizza ou un père dodu ? »

      Quand on voit, par exemple, « les 400 coups » de Truffaut de 1959, on voit les garçons d’une école publique de garçons (on séparait les sexes après la maternelle) monter en rang et en silence en classe après la récréation, s’installer en silence... Les enseignants le disent assez : les enfants débattent de tout. C’est ce que je voulais dire.
      Je ne voulais pas parler du phénomène « Tanguy ». Il n’y a pas si longtemps, on quittait la maison tôt et un des problèmes politiques était « le conflit des générations ». Personnellement, j’ai quitté mes parents à 18 ans, et gagné ma vie à partir de ce moment. Mon fils a quitté la maison et mes finances à 26 ans. Dans les deux cas, c’était dans les pratiques courantes.
      Peut-être que les deux sont en lien.
      En tout cas, je voulais dire que les enfants débattent de tout et ne sont pas dans la dépendance des adultes comme ils l’étaient. Gérard Mendel avait écrit « pour décoloniser l’enfant » en 1971. L’idée centrale était que les adultes profitaient de la dépendance financière et affective des enfants pour les dominer : en substance, ils disaient aux enfants : si tu ne m’obéis pas, je ne t’aime plus, et si je ne t’aime plus, je ne te soigne plus, (soigne au sens général, pas seulement la maladie) il fallait donc quitter cette état d’esprit et agir en pensant : même si ces enfants n’ont pas d’autonomie financière et affective ce sont des personnes déjà et je n’ai pas le droit de les commander, de leur faire faire ce que je décide pour eux... Il me semble que cette décolonisation est largement accomplie (je ne suis pas sûr que ce livre ait eu un rôle fort dans ce changement sociétal)

    • Diogène diogène 6 janvier 09:34

      @Orélien Péréol

      L’enfant n’est pas plus autonome qu’avant, sinon moins, mais par contre, il est devenu un « prescripteur » téléguidé par les services de marketing pour le déterminer le comportement de consommateurs de leurs parents.

      Les experts de la publicité et de la manipulation (ce qui est la même chose) ont compris que la résistance à leurs stimuli se renforce proportionnellement à l’age des cibles. Le circuit des injonctions a donc été détourné et passe maintenant par les enfants via la télévision et les cours de récré. Les enfants ne sont pas autonomes, ils sont bien plus dépendants que leurs propres parents de la dictature de la distribution qui a réussi à rendre les parents de ces enfants gâtés-pourris dépendants des caprices de leurs propres têtards. C’est un renversement qui s’est opéré parallèlement au développement de la servitude volontaire.

      Rappel : l’étymologie du mot « éducation » est « ex-ducere »,conduire vers la sortie, la sortie du nid. La sagesse des nations avait considéré que les hommes étaient comme des oiseaux. Après avoir couvé la nichée et les avoir gavés à leur propre détriment, ils les poussaient hors du nid pour les obliger à voler de leurs propres ailes.

      Aujourd’hui, bien des parents ne se rendent pas compte qu’ils élèvent un jeune coucou.

    • Orélien Péréol Orélien Péréol 6 janvier 11:06

      @diogène

      Vous faites exactement ce dont je parle : vous trouvez une source au mal.
      Votre dernière phrase : les parents ne se rendent pas compte, et vous si, vous vous rendez compte... qui illustre parfaitement ce que je décris : "ceux qui prétendent savoir la source des problèmes, savent aussi que c’est un robinet et savent comment le fermer. Dans cette vision, la solution est simple et aisément praticable, elle comporte contraintes pour les autres, forcément pour les autres (donc prise de pouvoir, mais c’est pour le bien)"
      Je ne juge pas, j’essaie de décrire, de dire de quoi sont faits les états et mouvements de la société. Dans cet effort pour décrire, pour comprendre, la façon linéaire causale ne me parait pas performante. C’est le sens de mon article.

    • Diogène diogène 6 janvier 11:30

      @Orélien Péréol


      « ... cet effort pour décrire, pour comprendre... »


      proverbe persan

    • Orélien Péréol Orélien Péréol 6 janvier 12:13

      @diogène
      Où avez vous vu que je veux tout comprendre ? Si je parle d’une chose, c’est pour la comprendre, je ne parle pas pour juger, ni pour croire.


    • Gorg Gorg 6 janvier 16:34


      Lorsque Aurélien disserte, les mouches volent sur le dos... elles ont peur de se faire enc.....er.... smiley


    • Nous pouvons toujours discuter du sexe des anges, mais les jouets ne sont pas aussi clairement identifiés que vous semblez le présenter. Exemple : le train électrique. Si le train me semble phallique, l’ondulation est plus féminine. Quant au tunnel, je ne dois pas trop insister. Et que dire de la fumée,...


      • Gorg Gorg 6 janvier 16:31

        @Mélusée

        Ho la la, Mélusée... Prenez donc une douche glacée... smiley avant qu’on ne vous jette un seau d’eau...


      • @Gorg

        c’est le titre qui m’a inspiré cette réflexion.

      • Orélien Péréol Orélien Péréol 6 janvier 12:23

        J’ai beaucoup écrit sur cette idée que pour bien parler des choses, il fallait en voir le plus possible et que s’en tenir à ce qui est sous nos yeux ne permet pas de dire de quoi ces choses sont faites et du coup de ne pas faire les bonnes actions pour les améliorer. 

        Par exemple cet article sur l’hémiplégie du regard :

        • Gorg Gorg 6 janvier 16:35

          @Orélien Péréol

          « J’ai beaucoup écrit »

          Ne cherche plus, c’est là ton erreur...



          • Orélien Péréol Orélien Péréol 6 janvier 12:37

            Même le rapport à la nature est hémiplégique : l’homme dominerait, c’est la conception commune courante depuis longtemps. En fait, l’homme crée des objets à lui utiles en cocréation avec la nature. Si l’homme avait besoin de frire un glaçon, il n’y parviendrait pas.


            • Zip_N Zip_N 7 janvier 13:45


              La conclusion du glacon frit et du chien jongleur de quille résume bien la pertinence du sujet.


              • Et la pétanque avec son cochonnet. Quelle coquinerie,....


                • Orélien Péréol Orélien Péréol 14 janvier 18:47

                  Eugénie Bastié dit qu’elle a eu un costume de prince sans difficultés, ses parents le lui ont offert.Elle dit aussi que les jouets n’ont jamais été aussi genrés que maintenant. https://www.youtube.com/watch?v=LcHt13o_1Sc


                  J’avais écrit cela : "On pourrait légitimement s’étonner que la situation de discrimination que vivent les femmes, dénoncée si souvent, avec autant de paroles dans les mass media, autant de livres, de colloques, de festivals de cinéma, de théâtre… on pourrait s’étonner qu’avec tout le combat qui est mené contre elle, cette discrimination perdure."

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



-->