• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sigmund Freud au coeur d’un festival de désirs inaperçus

Sigmund Freud au coeur d’un festival de désirs inaperçus

Nous quittons maintenant la longue note ajoutée ultérieurement, et nous retrouvons Sigmund Freud et Emmy von N… le 15 mai 1889 au soir…

« Pendant l’hypnose, elle avoue avoir encore de temps en temps des craintes au sujet de ses enfants, elles pourraient tomber malades, cesser de vivre ; un accident pourrait arriver à son frère actuellement en voyage de noces ; la femme de ce frère pourrait mourir, aucun de ses frères et sœurs n’a été marié longtemps.  » (page 920 du PDF) 

Toujours rangé dans le droit fil des thérapies dont Hippolyte Bernheim de Nancy s’était fait le prophète, le médecin viennois passe aussi rapidement qu’il le peut sur le questionnement (rien que la mort !) qui apparaît ici…
« Je lui interdis de s’effrayer sans motif. Elle promet de m’obéir « parce que vous l’exigez ». » (Idem, pages 920-921)

La formule est effectivement typique… Nous allons voir ce que pouvaient en être les suites…

Elles sont là dès le lendemain 16 mai… Et c’est comme une avalanche qui tombe sur le grand protecteur…
« Elle sursaute à mon arrivée. « Heureusement que vous arrivez, j’ai eu si peur. » » (Idem, page 922)

Freud doit aussitôt l’admettre : tous les barrages qu’il avait tenté de mettre en place pour défendre sa patiente contre d’importants troubles du langage sont en train de céder devant une nouvelle vague d’angoisse…
« Cela avec tous les signes de la terreur, bégaiement, tics […]. » (Idem, page 922)

À cet instant, nous sommes dans la libre discussion. Celle-ci se poursuit un petit instant encore et pour évoquer certains des contenus qui ont effrayé Emmy von N…
« Dans le jardin, une souris monstrueuse a tout à coup frôlé sa main » ; « Sur les arbres, des quantités de souris étaient perchées. » (Idem, page 922)

Mais avec l’hypnose, nous allons être tout aussi bien servi(e)s…
« Elle répète l’histoire des souris avec toutes les manifestations de la terreur : alors qu’elle traversait l’escalier, une horrible bête y était couchée et a disparu aussitôt. » (Idem, page 922)

Nous voici le 17 mai… durant la libre discussion.
« Dans le bain de son qu’elle a pris aujourd’hui, elle a plusieurs fois crié, prenant la boue pour de petits vers. » (Idem, page 923)
« Elle bégaie plus que ces jours derniers, et raconte qu’elle s’est vue en rêve, cette nuit, marchant sur des tas de sangsues. » (Idem, page 923)

Or, nous n’avons bien sûr pas oublié les trois notes tardives dans lesquelles Freud se faisait le reproche de n’avoir pas accordé la moindre attention à la signification de tout ce bestiaire qui n’en finit pas de se déployer dans les terreurs de sa patiente. De même, face à ses angoisses de mort du 15 mai, il n’avait fait que lui en recommander le rejet… Et voilà que le thème de la mort se renouvelle maintenant :
« La nuit précédente, elle avait eu d’affreux cauchemars où elle devait faire la toilette d’une quantité de morts et les mettre en bière. » (Idem, page 923)

Ici, toutefois, pointe quelque chose d’un peu différent qui pourrait s’assimiler à une piste :
« Mais elle se refusait toujours à fermer les couvercles (évidemment un souvenir de son mari. » (Idem, page 923)

Impavide, Freud ne fait qu’ajouter une petite parenthèse (« voir plus haut  ») qui lui permet de ne pas en dire plus, et il passe à la suite. Elle nous replonge dans ce même univers resté non analysé… tout au moins pour ce que nous en savons :
« Elle dit encore comment, au cours de sa vie, elle a eu une foule de mésaventures avec des animaux, la plus horrible avec une chauve-souris qui s’était laissé enfermer dans l’armoire du cabinet de toilette. » (Idem, page 923)

Mais là également, il y a une accroche possible :
« Emmy s’était alors précipitée nue hors de la pièce. » (Idem, page 923)

Ayant recueilli un matériel aussi riche, quelle orientation Sigmund Freud va-t-il donner à la séance sous hypnose qui s’annonce ?

Manifestement, il s’en tient à l’aspect factuel…
« Sa peur des vers vient de ce qu’ayant reçu un jour une jolie pelote à épingles, elle s’aperçut, en voulant s’en servir le matin suivant, qu’un tas de petits vers en sortaient, le son utilisé pour la rembourrer n’étant pas tout à fait sec.  » (Idem, page 924)

Ici apparaît une nouvelle petite parenthèse : (« hallucination ou réalité ?  »). Ce qui s’appelle : tourner en rond… Et aussitôt Freud y repique :
« Je lui demande d’autres histoires d’animaux. Un jour qu’elle se promenait avec son mari dans un parc de Saint-Pétersbourg, toute la route jusqu’à l’étang se trouva couverte de crapauds, de sorte qu’ils durent rebrousser chemin. A certaines époques de sa vie, elle ne pouvait tendre la main à qui que ce fût de peur de la voir se transformer en quelque horrible bête, comme cela lui était arrivé si souvent. » (Idem, page 924)

Encore un boulevard, vraisemblablement… Mais toutes choses qui, sans tout le travail subséquent de Sigmund Freud, ne nous diraient rien de plus aujourd’hui qu’à lui en 1889.

NB. Pour comprendre dans quel contexte politique de fond se situe ce travail inscrit dans la problématique générale de l'amour courtois...
https://freudlacanpsy.wordpress.com/a-propos/


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Giordano Bruno 9 février 12:29

    Vous comptez utiliser Agoravox pour publier tout votre bouquin ? Est-ce vraiment le lieu adéquat ?


    • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 9 février 13:15

      @Giordano Bruno
      Merci pour votre commentaire.
      Il me semble surtout intéressant de mettre en situation de suivre un travail de recherche de ce type les personnes qui souhaitent vivre ainsi une expérience encore jamais vue dans l’histoire...
      Je souligne, par ailleurs, que Françoise Petitdemange et moi-même vivons depuis 1976 d’un travail d’écriture qui n’a cessé de se développer d’une façon elle-même totalement inconnue jusqu’à présent.
      Merci de m’avoir permis de le préciser.
      Pour plus d’informations...
      https://unefrancearefaire.com/biographies/


    • devphil30 devphil30 9 février 18:36

      @Giordano Bruno

      C’est son habitude.

      La saga anti De Gaulle et les autres issus de son écriture avec la petite.
       
      Tant que Agorax autorise alors il publie chaque jour quelques pages de son recueil soporifique avec bien entendu un lien vers son site.

      L’altruisme est une chose mais le commerce permet a notre écrivain professionnel de perdurer dans sa quête du petit bout de la lorgnette.

      Toujours est il que personne ne le connaît sauf depuis qu’il a trouvé un moyen qui lui permet de sortir de l’anonymat en publiant chaque jour sa ritournelle extraction de ses livres.

      J’ai laissé tomber , il est indécrottable et fier dans ses bottes.

      Quand on voit l’enthousiasme pour ses articles il y a de quoi en démoraliser plus d’un mais lui il continue.
      3 à 5 votes au plus bas de la notation , même pas mal je continue
      Aucun commentaire sauf le troll dédié , toujours le seul à être enthousiaste.

      Bref le vide abyssal , à éviter

      Philippe
       


    • bob14 bob14 10 février 07:42

      @Giordano Bruno.....Il fait comme 95% des « articleux » sur agora qui ne sont là que pour se faire mousser !


    • bob14 bob14 10 février 10:14

      @bob14....mais lui à fait un vrai travail de recherche avec talent..ça change des bouffons habituels... smiley


    • Diogène diogène 9 février 15:50

      c’est vraiment très intéressant


      • devphil30 devphil30 9 février 18:28

        @diogène

        Change de commentaire le troll ............


      • Diogène diogène 10 février 07:50

        @devphil30

        « C’est vraiment très intéressant

        [Vraiment très intéressant]
        [Vraiment très intéressant]
        Cet été j’pars en juin
        [C’est vraiment très intéressant] 
        Oh la la qu’est-ce que c’est intéressant !
        Ah oui ! mon frère est marié avec une conne [Vraiment très intéressant]
        [C’est vraiment très intéressant]
        [Vraiment très intéressant]
        Je n’aime pas le thon en miettes
        [C’est vraiment très intéressant]
        [Vraiment très intéressant]
        Je ne comprends rien à l’Euro
        [C’est vraiment très intéressant]
        [Vraiment très intéressant]
        J’ai encore oublié mes gants
        [Cest vraiment très intéressant]
        [Vraiment très intéressant]
        Je connais quelqu’un qui connaît un peu Jean-Claude VanDamme
        [Cest vraiment très intéressant]
        [Vraiment très intéressant]
        Personnellement je digère mal les concombres
        [Cest vraiment très intéressant]  »

        Patrick Topaloff

      • totrob 9 février 20:44

        De toute manière Freud était un escroc ,qui a bien profité des gogos de l’époque , ce qui est plus grave c’est qu’il a fait des émules et que çà continu. Quant votre analyste vous facture un bras la séance et qu’il vous dit que çà fait parti de la thérapie , y a de quoi pisser de rire.


        • arthes arthes 10 février 10:09

          @totrob
          Faut faire du SM...Parait qu une bonne seance de SM est plus efficace qu une seance chez un psy...Il parait hein, j ai pas verifie (en ce qui concerne le psy).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



-->