• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Violences sexuelles, le grand coup de pied dans la porcherie

Violences sexuelles, le grand coup de pied dans la porcherie

 «  Les agressions sexuelles consistent en une atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte ou surprise (art. 222-22, code pénal) : il s'agit donc de tout acte de nature sexuelle, non consenti. » Wikipédia

Après Dominique Strauss-Kahn voici Harvey Weinstein, l’un des plus grands ponte du cinéma hollywoodien, qui se retrouve empêtré dans un scandale sexuel dont il n’est pas prêt de sortir. Bien sûr, il eut été préférable que cela n’ait jamais eu lieu mais cela aura au moins permis de mettre en lumière ce secret de polichinelle qu’est le harcèlement sexuel tout en faisant descendre de son piédestal un homme qui paraissait jusque-là : intouchable. Toutes les formes de harcèlement ont la même mécanique : un être fort soumet un être faible, et répondent à un même besoin : dominer. Les harceleurs sont souvent des pervers narcissiques, certains dominent par le harcèlement moral obligeant leur victime à les craindre, les obligeants ainsi à prendre des précautions mais surtout ils squattent littéralement leurs esprits ce qui leur confère un sentiment de puissance. D’autres vont jusqu’à la violence physique ce qui est une contrainte par la force qui peut aller jusqu’à la mise en esclavage total de la victime et aura causé la mort de 123 femmes en 2016 rien que dans le cadre conjugal. Le pervers sexuel lui n’est rien de plus rien de moins qu’un pervers narcissique qui prend son pied en soumettant sexuellement ses victimes. Les cas de harcèlements sexuels concernent beaucoup de personnes jouissant d’une position sociale assez haute et évidemment plus ils sont riches et plus le sentiment d’impunité qui les accompagne est grand.

 Ceci-dit qu’elle est l’ampleur réelle du phénomène et qu’est-ce qui est fait concrètement pour l’éradiquer ? Je garde mes précautions mais depuis peu les révélations vont bon train et de grands noms sont mis en cause. Le hashtag « balancetonporc » fait un carnage et la presse fait ses choux gras, ce n’est pas tous les jours que l’on peut s’attaquer à l’élite du show-business ! Concrètement, il suffit de regarder certains chiffres pour se rendre compte de la banalisation du problème tant les victimes sont nombreuses. Les chiffres diffèrent légèrement selon les sites mais il semble qu’il n’y ait pas moins de 80 000 victimes de viol chaque année et pas moins de 600 000 victimes de violences sexuelles, n’oublions pas que certains sont malheureusement victimes de viols réguliers. Ajoutons que 94 % des agresseurs sont connus de leurs victimes, et n’oublions pas surtout que 80 % des victimes sont mineures au moment des faits, dont au moins la moitié est âgés de moins de 11 ans. Bref, la situation est dramatique. Les femmes sont bien évidemment les principales victimes des violences sexuelles mais les hommes aussi sont victimes de viol, pour la plupart avant l’âge adulte ce qui est très difficilement avouable dans notre société.

 

 Comment peut-on atteindre un tel niveau de criminalité sexuelle dans un état de droit ?

Omerta, justice laxiste, moyens insuffisants et inadaptés, on voudrait favoriser « les porcs » que l’on ne s’y prendrait pas autrement. Il semble clair que les moyens mis en place pour éradiquer le problème sont très insuffisants mais ce qui pose le plus de problèmes c’est sans conteste le silence qui entoure généralement les cas d’agressions sexuelles. Sans tomber dans le féminisme, ce n’est pas le sujet, il est clair que les femmes ne jouissent pas de la même protection que leurs collègues masculins et ce parce qu’elles sont d’une part : généralement défavorisées physiquement face à leur agresseur, tout comme les enfants, et d’autre part parce qu’elles sont victimes de leur statut social. Si l’on fait le décompte des siècles, bien plus de femmes ont vécu et vivent encore : esclaves des hommes que toutes autres catégories d’êtres humains, qu’ils fussent classés par âges, par origine sociale ou par couleur. La libération des femmes n’est que très récente, y compris dans les pays soi-disant démocratiques et l’égalité semble être un horizon encore très lointain. Que ce soit en politique, dans le monde de l’entreprise ou même dans le sport, il est clair que rien n’est fait pour aider les femmes à s’imposer en leader et en France nous sommes vraiment en retard, aussi les efforts consentis jusqu’alors se sont montré très insuffisants. L’image de la secrétaire hébétée ou de l’assistante prête à tout pour gravir les échelons reste tenace. Dans le domaine privé le machisme est toujours très présent et il n’est pas rare qu’au sein des familles les femmes soient victimes d’un père, d’un mari dominateur voire tyrannique et dans ce cas il est bien rare de trouver qui que soit pour s’interposer. Les gens se cachent et les proches n’osent que très rarement intervenir. Les raisons sont multiples et sujettes à débat mais ces comportements restent tout de même indissociables d’une forme de lâcheté. Nous avons tous un lâche qui sommeille en nous.

 

Mais que fait la police ?

Et bien pas grand-chose il faut bien le dire ! Il est vrai que peu de femmes portent plainte à peine 16 % dans le meilleur des cas mais il est bon de se demander : pourquoi ? J’ai moi-même accompagné une ex-compagne pour déposer une main courante afin de mettre un terme au harcèlement qu’elle subissait de la part d’un de mes prédécesseurs. Ce type était diagnostiqué schizophrène et potentiellement dangereux. À l’arrivée nous avons été reçus par un flic qui sentait moitié l’alcool et qui nous a gentiment expliqué qu’on pouvait aller se faire dorer parce que son cas n’était pas : « suffisant grave » pour être pris en compte. Et ce scénario n’est pas un cas unique mais bien la normalité ! Dans ces conditions il est facile d’imaginer à quel point l’impunité fait rage. Il faut savoir que la majorité des victimes dénonçant des faits d’agressions sexuelles dans le cadre du travail « perdent leur travail » !

Un autre cas intéressant vu à la télévision où était interviewée une femme dont l’ex-compagnon après des années de violence en tous genres avait fini par abattre son père à coup de fusil, massacré sa mère à coup de crosse de fusil pour finir par lui tirer dessus alors qu’elle tenait leur bébé dans les bras… Ce coup-ci le fusil s’était enrayé. Cet homme a écopé de 20 ans de prison et après 4 années d’incarcération il lui a promis qu’il ne l’oublierait pas. Or cet homme après 12 ans derrière les barreaux me semble-t-il, s’apprêtait à sortir. Nous ne pouvons pas imaginer la peur, la terreur, que peuvent aujourd’hui ressentir ces deux femmes. Qui va les protéger ? Que faire face à un tel monstre ?

Et c’est là qu’intervient la seconde face du problème : d’où ce dégénéré sort de taule ? Est-ce que ça nous viendrait à l’esprit de lâcher un ours dans la rue ? L’État a le devoir de nous protéger, de les protéger. Je suis et je reste contre la peine de mort mais il est clair qu’au-delà du principe de punition il doit y avoir un devoir de protection. Quand un homme atteint un tel degré de violence il représente à jamais un danger trop grand et doit absolument rester hors d’état de nuire. C’est le bon sens. Non seulement la quasi-totalité des violences sexuelles passent sous silence mais nous savons bien que les peines maximales sont rarement infligées et jamais appliquées. Les peines sont trop faibles, trop rares, trop discrètes, il n’y a rien de dissuasif dans notre arsenal judiciaire.

 

 Et que fait le gouvernement ?

Et bien pour ainsi dire : queue dal ! La situation est inacceptable et les mesures préconisées par Marlène Schiappa font office de pansement sur une fracture ouverte ! Trois mesurettes : définir le harcèlement de rue, bon soit, rallonger le délai de prescription à 30 ans au lieu 20 aujourd’hui, d’accord et enfin définir un âge de consentement légal…et c’est tout.

Sincèrement là on a un vrai problème : je rappelle pour mémoire qu’un homme de 28 ans a été jugé pour « atteinte sexuelle sur mineur », les faits de viols n’ayant pas été retenus le tribunal estimant que la fillette de 11 ans, qui a subi deux relations dans un escalier, était consentante ! Là je vous le dis, d’abord je vomis ensuite je finis d’écrire.

 D’où une gamine de 11 ans peut être reconnue comme consentante !? Avec ce fait nous avons un bel exemple de la stupidité qui règne au sein de nos administrations, en sachant que l’âge légal prévu dans le projet de loi est de 15 ans mais pourrait être finalisé à 13 ans ! Pour moi cela revient à autoriser les pédophiles à passer à l’action, cela ne fera qu’aggraver le problème. Combien de juges, de flics ou de politicards n’ont aucun intérêt à voir la situation évoluer ? Les « porcs » sont partout et selon moi s’il y a si peu de choses qui sont faites pour enrayer le problème c’est parce que les femmes n’ont pas assez de pouvoir pour changer les choses en profondeur, ou alors elles sont douteuses comme peut l’être notre actuelle secrétaire d’État chargée de l’égalité homme-femme. Ensuite je pense qu’il y a en haut lieu un certain nombre de personnalités (cela n’inclut pas tout le monde que les choses soient claires) faisant preuve d’un certain machisme et d’un appétit pour la domination, qui ne doivent pas se priver pour empêcher toute action allant dans le sens des victimes. Cet avis est personnel mais dans tous les cas les résultats et les faits son là, les agressions sexuelles ne sont que très peu portées en justice, 70 % d’entre elles sont classées sans suite pour d’obscures raisons et les pervers sexuels continus de sévir en faisant des ravages car au-delà de l’agression en elle-même il y a bien sûr les séquelles. Le souvenir à vie, la honte, la peur, le désespoir, parfois les séquelles sont physiques. Et que dire de la solitude face au silence de ceux qui savent mais ne font rien, devant ce mur qu’est la justice ?

 

 Mais alors que faire ?

Un tas de choses essentielles et sans lesquelles, toute évolution ne sera que mineure et sans intérêt. Déjà il faut refondre entièrement les règles de justice en punissant réellement et sévèrement les agresseurs et la justice se doit de traiter « l’ensemble des cas d’agression sexuelle », les faits mineurs et sans importance n’existe que dans la tête des juges ! Mais cela ne peut être efficace qu’avec une prise en charge totale des victimes aussi bien en matière de reconstruction que de protection. Le laxisme pseudo humaniste de la justice est dangereux, peu importe les droits individuels un criminel sexuel doit être surveillé à vie, voire même enfermé selon les cas. Les mineurs doivent à tout prix être protégés et aucun consentement ne doit être retenu dans le cas d’une relation entre un adulte et un mineur car dans le meilleur des cas elle est le fruit d’un abus de faiblesse. (En estimant une certaine souplesse de deux ou trois ans car entre deux adolescents de 19 et 17 ans il est clair que le cas est différent). Des centres d’urgences suffisants doivent être à disposition des victimes et des moyens doivent être alloués notamment pour les mères de famille souvent prisonnières de conditions précaires. Les victimes doivent être d’autant plus protégées qu’elles sont fragiles.

Ensuite il faudrait aussi mettre plus l’accent sur l’information, utiliser enfin la propagande à des fins heureuses et ce dès le plus jeune âge. L’école qui a vocation à éduquer doit aborder ces problèmes dans son programme, l’État doit mettre des moyens publicitaires et autres pour informer sur le sujet. Comment lutter, à qui s’adresser en tant que victime mais aussi en tant que témoin ? Tellement de gens ne savent pas comment agir. Il faudrait aussi apprendre à détecter les signes, chacun peut changer les choses à condition d’ouvrir les yeux. Certaines victimes le sont des années durant, la preuve est faite que l’omerta règne en maitre dans nos maisons et dans nos entreprises. Pour Weinstein tout le monde savait, personne n’a bougé mais ce n’est là que le sommet de l’iceberg.

Il y a aussi le problème de la récidive, la prise en charge des agresseurs est nulle quant à celle des possibles agresseurs elle est carrément inexistante. Tu mets un malade mental en taule et tu en ressors un fou furieux ! La prise en charge des criminels sexuels après leur condamnation ne rime strictement à rien, il n’y a aucun suivi. Ils sont relâchés dans la nature tel quel, il n’y a plus qu’à attendre que ça recommence. Il faut un suivi efficace pendant et après l’incarcération et une surveillance accrue pour les violeurs.

 

 « Et comment tu finances tout ça ? »

 « J’en ai rien à cirer, il faut le faire c’est tout. »

 « Et les circonstances atténuantes t’en fait quoi ? »

 

 Est-on moins victime quand on porte une jupe et des talons ?

En ce qui me concerne il n’y a pas de débat, un agresseur est toujours le seul fautif, une victime est une victime. Ni le fait d’avoir eu une enfance difficile, ni le fait d’avoir soi-même été victime d’agressions sexuelles ne sont des excuses. Les traumatismes infligés sont d’ordre criminel et si toutes les victimes ou encore tous ceux qui ont vécu une enfance difficile devaient se mettre à violer nous n’en sortirions pas. Il n’y a pas d’excuses, chacun est en droit de disposer de son corps comme bon lui semble et le fait qu’une femme se présente publiquement en affichant sa beauté n’autorise personne à en abuser contre son gré. « Elle la bien méritée » : est une expression qui aggrave considérablement le traumatisme des victimes. Rien, absolument rien ne justifie ce type d’agression. Il n’y a pas de circonstance atténuante ou alors ils sont détraqués et là il faut les tenir éloignés dans un centre adapté.

 

 Et demain ?

Dans certaines régions du monde, des jeunes femmes ont été condamnée à être violé publiquement. En France comme je l’ai expliqué plus haut, les projets ne semblent pas être de caractère à régler quoi que ce soit. La place de la femme dans le monde et son image, y compris dans les pays les plus développés, reste trop marginale. La protection infantile se résume à peau de chagrin. À mon sens, ce qui se passe avec « #balancetonporc » reste l’un des meilleurs moyens de faire avancer les choses. Pour en sortir il va falloir faire en sorte que les victimes puissent sortir plus facilement du silence. Le problème est complexe et comme pour tout problème complexe il n’y a pas de solution simple. Il faut multiplier les actions, libérer la parole mais cela ne suffira pas car le harcèlement sexuel et n’est qu’un symptôme parmi d’autres d’une société malade qui favorise les puissants, délaisse sa jeunesse et livre les plus faibles d’entre nous à leur destin et aux plus dangereux prédateurs.

 

 Attention tout de même au revers de la médaille

Un petit bémol tout de même car en ce moment les affaires se multiplient et les têtes tombent mais, soyons prudents : rien n’est plus affligeant pour un homme innocent que d’être accusé d’agressions sexuelles et encore plus de pédophilie. La justice doit se pencher sur toutes les affaires mais doit aussi bien sûr prendre garde aux abus car une vie peut être détruite sur la base de simples accusations. Aussi les cas de diffamations ne doivent pas être pris à la légère et être sévèrement punis.

Pour conclure je dirais que je connais plusieurs personnes ayant subi des agressions plus ou moins graves et cela est toujours un événement marquant et traumatisant. Ce n’est pas demain que nous nous débarrasserons de ce fléau pas plus que de la criminalité en général mais pour autant il n’est pas humainement possible de ne rien faire. Dans tous les cas il ne faut plus se taire.

 

« Cet article est dédié aux victimes avec une pensée pour les futurs jambons qui sont innocents dans cette histoire. » C.H.

Visitez la chaine et le blog :

https://www.youtube.com/channel/UCKpctdrmDm3ZkCzveO5v3nw

http://chroniques-humaines.over-blog.com/

Quelques sources :

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/10/18/les-violences-sexuelles-touchent-plusieurs-millions-de-femmes-en-france_5202391_4355770.html

http://www.liberation.fr/france/2017/10/24/violences-sexuelles-la-justice-participe-a-la-loi-du-silence_1605103

http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/violences-de-genre/reperes-statistiques-79/

http://stop-violences-femmes.gouv.fr/Les-chiffres-de-reference-sur-les.html

http://www.huffingtonpost.fr/2015/03/01/violences-sexuelles-victimes-mineurs-agresseurs-proches-enquete-unicef_n_6751902.html

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/le-viol_1784600.html

http://www.justice.gouv.fr/publication/fp_agressions_sexuelles.pdf

http://wanted-pedo.com/videos/video/les-violences-sexuelles-sur-mineurs-en-10-chiffres-cles/


Moyenne des avis sur cet article :  3.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 27 octobre 2017 08:26

    Les accusations mensongères bénéficient de la prescription au bout de trois ans. Leur effets durent toute la vie.

    Les féminazies trouvent que trois ans, c’est encore beaucoup trop long et trop dangereux pour elles.

    • Christ Roi Christ Roi 27 octobre 2017 09:22

      Article d’un auteur féminisé par le lesbiennisme ambiant. Tout cela va se terminer comme en Allemagne par une invasion de migrants qui eux ne harcèlent pas mais violent.


    • Chroniqueshumaines Chroniqueshumaines 27 octobre 2017 09:43

      @Christ Roi
      Nan mais qu’est-ce que c’est ? Je te parle de violences sexuelles, de viols et toi tu atterris sur les migrants ! Ça s’arrange pas. Jésus lui-même te cracherais dessus


    • Christ Roi Christ Roi 27 octobre 2017 10:05

      @Chroniqueshumaines
      Eteignez votre télé, arrêtez de penser comme Le Monde, et vous comprendrez ce que je dis.


    • Joseph Joseph 27 octobre 2017 15:21

      @JC_Lavau « Les accusations mensongères bénéficient de la prescription au bout de trois ans. Leur effets durent toute la vie. »

      Tout à fait.

      Dans l’Antiquité la personne qui calomniait devait marcher dans tout le village une lourde pierre au coup qui représentait un visage avec une langue « pendue ». Dans le but que tout le village sache à qui il a affaire, et ne pas semer la discorde entre les gens pour de mauvaises raisons. Ils étaient bien conscient du danger ( voir « la zizanie », un Astérix où César envoie une personne calomnieuse pour perturber le village et désunir les gens).

      De nos jours la calomnie est une arme qui présente peu de risque à utiliser, et aux effets potentiellement dévastateur. Pourquoi certains s’en priverait ? D’autant plus dans nos sociétés peu intéressée sur les questions d’éthique.

      Mais une solution serait de punir la personne coupable de calomnie d’une peine au moins égale à la peine prévue pour le crime faussement dénoncé. Sinon, c’est trop facile d’utiliser une tel arme.

      Ça limiterait les vocations à utiliser la calomnie. Ça permettrait aux victimes d’abus de continuer à se défendre. Donc une justice équitable et égalitaire.


    • Chroniqueshumaines Chroniqueshumaines 27 octobre 2017 21:13

      @Christ Roi Penser comme le monde ? Moi je pense seul, je cherche, je fouine, j’apprends, je n’ai pas besoin d’un jésus. 


    • spearit 27 octobre 2017 21:23

      @Chroniqueshumaines
      ... et je l’ouvre bien grande parce que de toute façon j’ai raison

      un petit oubli pour terminer votre phrase, non ne me remerciez pas !!!


    • picpic 28 octobre 2017 11:16

      @Joseph

      Raisonnement qui semble logique, mais pourtant, on retrouve toujours le même travers inhérent à la « justice »...car dans votre logique, si le coupable parvient à faire croire qu’il est victime de calomnie lorsque c’est faux...la pauvre victime se retrouverait en plus en prison pour un moment ?
      Quelle solution ?
      Peut être que le problème au fond, est dans ce besoin de justice conditionné dans l’esprit humain ?
      Est ce que celui qui commet un crime ne se fait pas déjà justice ?
      Où est véritablement la racine du problème ?


    • Joseph Joseph 28 octobre 2017 13:00

      @picpic « si le coupable parvient à faire croire qu’il est victime de calomnie lorsque c’est faux...la pauvre victime se retrouverait en plus en prison pour un moment ? »

      De la même façon qu’un innocent pourra se retrouver en prison, deviendra une victime, et un coupable sera en liberté. Qu’est-ce qui est le plus morale si on va par là ?

      Toutefois vous avez aussi raison de soulever ces questions. Mais si la perfection n’existe pas, cette solution semble moins perfectible que sans garde fous.

      Il semble important de ne pas laisser une arme potentiellement destructrice pouvoir être utilisé gratuitement. Tel est le problème que je soulève.

      Sinon ça ouvre la porte à tout un tas d’attitudes sociopathiques, donc c’est l’ensemble de la société qui en pâtira (imaginer si l’on pouvait se baladez dans la rue avec un flingue à la main et tirer où bon nous semble sans aucune répercussions pour nous).

      Une question de responsabilité d’autant plus importante dans une société qui tend à devenir immature (donc qui facilite l’utilisation d’une telle arme sans réellement en comprendre les conséquences).

      Sans compter que les allégations fausses jeteront le discrédit sur les vrais. Elles maintiendront donc la croyance que les accusations fausses permettent de dédouaner les vraies.


    • Joseph Joseph 28 octobre 2017 13:11

      @picpic

      Je veux dire aussi par là que ce n’est pas un jeux. Des vies peuvent être brisées. Que ce soit par un harcèlement qui s’étale sur une longue période, ou une agression sexuelle conséquente. Ou par le fait d’une calomnie grâve.

      Voir que tout se règle sur Twitter dans une espèce d’hystérie, où dragues lourdes côtoient des viols et autres agressions conséquentes me fait poser la question de savoir si certains ont réellement conscience de la gravité des choses en jeu.


    • Christ Roi Christ Roi 1er novembre 2017 08:33
      Pour se rassurer, Chroniqueshumaines hurle avec les loups, mais il ne s’est pas aperçu qu’il était un mouton et qu’il allait être dévoré par eux.

    • Diogène diogène 27 octobre 2017 08:46

      Weinstein, c’est la dernière « wedge issue », et elle fonctionne bien : les chevaliers blancs sont plus blancs que blancs et les midinettes attendent avec impatience la suite du roman-photo pour s’égosiller de stupeur avec les voisines chez le coiffeur en attendant de se faire troncher par leur mari beauf après le foot et « plus belles la vie ».

      Les rentiers peuvent dormir tranquilles : big brother fait du bon boulot !

      • sarcastelle sarcastelle 27 octobre 2017 08:53

        Pour moi, j’ai bien d’autres ambitions.

        De même que la révolution communiste n’a pu répandre ses bienfaits sur l’ensemble de la planète qu’après une phase de dictature du prolétariat, l’égalité entre les sexes n’existera qu’après une période transitoire de dictature féminine. 

        • Diogène diogène 27 octobre 2017 09:00

          @sarcastelle

          Alors, ça devrait être incessamment sous peu, paskeu du côté de chez moi, c’est les filles qui commandent depuis belle lurette ! 

        • spearit 27 octobre 2017 21:25

          @sarcastelle
          Et qui te dis que cette période n’a pas déjà eu lieu et qu’elle est la cause de la dictature masculine actuelle !!!


        • Pierre 29 octobre 2017 15:24

          @sarcastelle
          Les bienfaits communistes ? Mdr, va falloir que je cherche...


        • Franck Einstein Franck Einstein 27 octobre 2017 09:11

           
          La féminité démythifiée va de pair avec une sexualité non sublimée
          c.a.d plus d’amour courtois, puis d’étiquette, seule la loi peut dans la société libérale, d’où la diarrhée régmenetaire dans touts les domaines.
           
          Sexe déssentimentalisé et désengagement affectif sont vertu pour le progressiste nomade
          Tuer le père, tuer la famille, vive l’achat de bébé gpa. Alors la pornographie est le marketing d’un corps superficiel démythifié, blasé, désincarné. La femme est celle de la valeur d’échange de la pub pas la réelle, dans une mode spéculative sans fin. (au moyen_âge les habits ne changeaient pas en une génération)
           
          La morale libérale individuelle remplace l’éthique social
          Le corps, seul propriété non acheté dorénavant, le reste, nation, peuple, histoire et état sont partis au dépeçage. Alors le capital doit se montrer très dévot sur la morale individuelle et inter-sujets car ça ne l’engage à rien, ce n’est pas de l’éthique du bien commun. CETA instaure pendant ce tps la privatistion de l’éthique des états ;.. diversion.

          Droit féodal + sauver l’âme devient CETA + sacraliser le corps
          Et le coach sportif, l’avocat, le chirurgien esthétique sont les nouveau confesseurs.

          Chalot peut se complaire dans sa charité privée
          Le corps est de droit divin capitaliste, la morale privée supplante l’éthique publique, sociale, commune. C’est une morale kantienne de l’individu et de inter-individuel, alibi pour détruire le droit éthique des peuple disparaissant. L’étranger illégal a plus de droit que le peuple en entier.

           


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 octobre 2017 11:21

            @Franck Einstein


            Premier commentaire intéressant. Lisez Christian Nots. Hitler n’est pas mort, il s’est ré-incarné dans le Bilderberg. Les camps de concentration étaient-ils vraiment différents du monde actuel ? L’humain réduit à un porc sur lequel on écrivait un numéro de série. Il paraît que la fumée des fours crématoires sentait le cochon brûlé.

          • bob14 bob14 27 octobre 2017 09:11

            La pulsion est définie par Freud comme une poussée constante et motrice qui vise à une satisfaction et est le moyen initial de cette satisfaction. « Processus dynamique », elle est dotée de quatre caractéristiques :

            • la poussée (sa tendance à s’imposer, ou « le facteur moteur de la pulsion ») ;
            • sa source (« le processus somatique qui est localisé dans un organe ou une partie du corps » : la source pulsionnelle) ;
            • son « objet » (« … ce en quoi ou par quoi la pulsion peut atteindre son but » et « ce qu’il y a de plus variable dans la pulsion, il ne lui est pas originairement lié ») ;
            • son but (qui est, in fine, « toujours la satisfaction d’un désir qui ne peut être obtenue qu’en supprimant l’état d’excitation à la source de la pulsion »
            • La gestion de la sexualité masculine n’est jamais mise en avant parmi les problèmes sur lesquels nos sociétés devraient se pencher. Pourtant, il s’agit peut-être de l’un de nos problèmes les plus cruciaux....Les chiffres de violences à l’égard des femmes restent, dans un pays comme la France, absolument inacceptables. Plus de 75 000 femmes seraient victimes de viol chaque année, soit une toute les 7 minutes....Car si la pulsion sexuelle a effectivement tant d’empire sur les hommes, et que son déséquilibre a de si tragiques conséquences, alors oui, il s’agit d’un problème de santé et de sécurité publique, dont nous aurions tort de ne pas nous préoccuper.

            • Diogène diogène 27 octobre 2017 09:16

              @bob14

              La pulsion sexuelle n’aurait donc aucune « empire » sur les femmes ?

              Zarbi !

            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 octobre 2017 11:30

              @bob14


              Cette pulsion décrite par Freud ressemble plus à la pulsion intestinale que sexuelle. Ou plutôt, le sexuel régresse au niveau de l’analité. Lisez Jean Bergeret : l’homme est plus proche de la névrose obsessionnelle et la femme de l’hystérie. Et en cas de régression personnelle ou civisationnelle, la névrose obsessionnelle et ses fixations anales (l’humain réduit à sa valeur marchande) étant très proches de la paranoïa (homosexualité déniée) sombre dans la psychose. https://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9vrose_obsessionnelle

            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 octobre 2017 11:42

              Remarquons que toute cette problématique est caractéristique du signe du scorpion que nous traversons actuellement : sado-masochisme, fixation à l’analité (pouvoir financier), pulsion d’emprise et de domination, pulsion possessive et destructrice, sexualité dépravée. Les plus beaux exemples : Dutroux, scorpion ascendant scorpion (https://www.astrotheme.fr/astrologie/Marc_Dutroux) et Sade, ascendant scorpion, mais Pluton (planète du scorpion) dominant (https://www.astrotheme.fr/astrologie/Marquis_de_Sade). Je laisse Mythe Errant de côté (vous jugerez par vous-même). Je ne dis pas que le signe du scorpion est le plus mauvais. Ceux qui subliment ces pulsions, passeront de l’autre côte du miroir : de l’Hadès infernal, vers la lumière et la clarté (signe aussi des chercheurs, des psychologues). Freud était ascendant scorpion. Du pire peut naître le meilleur.


            • JC_Lavau JC_Lavau 29 octobre 2017 15:58

              @Mélusine ou la Robe de Saphir. Plus Freud déconne et plus ça te convient. Or il a énormément déconné.


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 octobre 2017 16:09

              @JC_Lavau

              vous voulez savoir exactement ce qui nous attend dans le futur (à moins que vous vous en foutiez comme de votre dernière chemise, ce qui est aussi votre droit). je vous invite à lire ce livre :  : Les Mystères De L’oeuvre Divine kabaleb. Et comme par un des ces hasard auxquels je ne crois pas : Kabaleb est d’origine Catalane et Rose-CROIX, comme Françoise NYSSEN. Tout est écrit, et son message n’est pas nécessairement apocalyptique (dettes karmiques-nous en avons toutes et tous, pensons seulement aux petits enfants des allemands). Seuls ceux qui ne veulent pas payer leurs dettes karmiques (les douzes travaux d’hercules très bien décrits dans une série astrologique chez Tchou seront confrontés à l’enfer.http://www.autourdelalune.com/autour-du-zodiaque/nos-12-travaux-d-hercule.html. aucune étape ne doit être sautée (celle du scorpion est essentielle pour passer à l’étape suivante : l’enseignement,...). Ce que vous avez évité, vous reviendra de l’extérieur. N’oubliez pas que je suis l’amie de la cousine de votre Ministre de la culture française. Et que j’en sais donc mille fois plus que vous. Niez l’apport de Freud (quelles que furent ses erreurs de parcours, c’est nier le pouvoir du karma et de l’inconscient). Et l’heure est arrivée de payer,...

            • JC_Lavau JC_Lavau 29 octobre 2017 16:19

              @Mélusine ou la Robe de Saphir. Comme quoi tu n’as même pas besoin de Freud pour sommedéquer à pleins tubes.


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 octobre 2017 16:26

              @JC_Lavau

              En lisant votre profil,je constate que vous en avez un fameux de KARMA. smiley. Vous en êtes où dans vos douze travaux d’Hercule ? Coincé dans le bélier (les ennemis intérieurs qui viennent de l’extérieur ?).http://www.autourdelalune.com/autour-du-zodiaque/nos-12-travaux-d-hercule.html

            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 octobre 2017 16:29

              @JC_Lavau


              En plus : vous écrivez que vous avez fait tomber un escroc du Giec. Comme il se fait que je connais quelqu’un de bien placé au GIEC. De qui s’agit-il ????

            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 octobre 2017 16:34



              Je ne vous autorise pas à me tutoyer..

            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 octobre 2017 16:38

              Ah, j’ai compris. L’auteur de l’article est LAVAU-sûrement pas Sainte ANNE.


            • JC_Lavau JC_Lavau 29 octobre 2017 16:45

              Mélusine ou la Robe de Saphir radote n’importe quoi, n’importe quoi, n’importe quoi....


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 octobre 2017 16:48

              @JC_Lavau


              Résumé : j’ai piqué juste ou il faut. Freud appelait cela une : DENEGATION.

            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 octobre 2017 16:49


              @JC_Lavau


              Résumé : j’ai piqué juste où il faut. Freud appelait cela une : DENEGATION.

            • JC_Lavau JC_Lavau 29 octobre 2017 19:30

              @Mélusine ou la Robe de Saphir. Et si tu rouvrais ton cours, à la rubrique « délire chronique » ?

              Ah c’est vrai, tu n’as jamais suivi d’études. Tu fais juste semblant, en espérant que ça fasse illusion.

            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 29 octobre 2017 20:57

              @JC_Lavau


              Vous me répondez exactement comme le ferait un parfait : manipulateur pervers. Un, en assurant sa domination en me tutoyant. Deux, en mettant en doute ma formation (autre terme pour dénigrer).

            • JC_Lavau JC_Lavau 29 octobre 2017 23:25

              @Mélusine ou la Robe de Saphir. Conduis-toi autrement qu’en délirante chronique, et alors on pourrait te considérer comme une non délirante. Tu en es très très loin jusqu’à présent.


            • gaijin gaijin 27 octobre 2017 09:20

               « Comment peut-on atteindre un tel niveau de criminalité sexuelle dans un état de droit ? »

              parce que vous croyez qu’il existe un état de droit ?
              mais de telles affaires comme d’autres montrent bien que « selon que vous serez puissant ou misérable vous serez jugé blanc ou noir »
              pas plus d’état de droit que de démocratie ou de beurre en broche mais une ploutocratie dans une société en réalité ultra violente ou règne la loi du plus fort ....Vae victis

              le principal intérêt du déballage en cours étant de sortir des grands mots dont on se glorifie pour montrer la vraie face du « système » non pas seulement l’ existence d’un pourcentage calamiteux de pervers et de sociopathes dans la population et a fortiori dans l’élite mais l’omerta qui règne autour ........chacun étant au courant et se taisant pour préserver ses intérêts ou son confort personnel ........


              • Chroniqueshumaines Chroniqueshumaines 27 octobre 2017 09:46

                parce que vous croyez qu’il existe un état de droit ? 
                mais de telles affaires comme d’autres montrent bien que « selon que vous serez puissant ou misérable vous serez jugé blanc ou noir »


                Excellente remarque

                • Jeekes Jeekes 27 octobre 2017 10:10

                  @Chroniqueshumaines
                   
                  ’’entre deux adolescents de 19 et 17 ans’’
                   
                  Oupps !
                  Aujourd’hui à 18 ans on est majeur. Comment peut-on être considéré à la fois comme adolescent et comme majeur ?
                   
                  Comprenez que c’est une question, ce n’est pas une attaque ni une critique...
                   


                • ZenZoe ZenZoe 27 octobre 2017 17:40

                  @Jeekes

                  L’OMS considère que l’adolescence est la période de croissance et de développement humain qui se situe entre l’enfance et l’âge adulte, entre les âges de 10 et 19 ans.

                  La majorité quant à elle relève de la loi et varie d’un pays à l’autre.


                • Chroniqueshumaines Chroniqueshumaines 27 octobre 2017 21:17

                  @Jeekes Je pense que la majorité et l’adolescence sont deux choses différentes. Contrairement à la majorité l’adolescence n’est pas quelque chose qui commence ou fini d’un coup d’un seul, tout est relatif. Certains seront plus précoces que d’autres d’où la nécessité d’une souplesse mais il faut clairement mettre des barrières et pas à 13 ans !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



-->